Coaching

Collégien : 5 conseils pour ne plus être Facebook dépendant

Par Isabelle Dautresme, publié le 02 avril 2013
2 min

Facebook fait partie de votre vie, il n'est donc pas question de vous demander de ne plus vous connecter. L'idée, c'est de simplement vous aider à prendre un peu de distance et à ne pas vous laisser submerger.

Fixez-vous des règles !
 

Flore, en troisième à Chaville, se connecte une première fois pendant une dizaine de minutes en rentrant du collège, "juste pour voir ce qui s'y passe", puis elle fait ses devoirs et "y retourne après jusqu'à l'heure du dîner".

- Imposez-vous des horaires : trois quart d'heure, pas plus en semaine. Si vous n'y parvenez pas, demandez à vos parents, un frère, une sœur de vous aider. Il existe même des logiciels qui limitent la durée de connexion :

> Poser des limites avec Mess@geur, système de contrôle du temps passé sur ordinateur par SMS.
> Contrôle parental : limiter le temps sur les réseaux sociaux.
> Les logiciels de contrôle parental à télécharger.

- Désactivez l'application Facebook sur votre smartphone et supprimez les notifications par mail.

- Et pourquoi plutôt que de "discuter" avec votre ami sur Facebook, ne pas lui téléphoner ou aller le voir ?

- Ne refusez pas de rendez-vous extérieurs sous prétexte de rester planté derrière votre ordinateur...

- Inscrivez-vous à un club de sport, de peinture, de théâtre... Excellent moyen de vous sortir la tête de l'écran et de vous faire des amis, en vrai.

- Gardez-vous des moments à ne rien faire.... Juste à réfléchir ou rêvasser !

Et pourquoi pas une journée sans Facebook ? Le 28 février, est déclaré journée sans Facebook... par Facebook. L'objectif de ce jour sans "likes" et "pokes", est de lutter contre la cyberdépendance. Mais, après deux ans d'existence, cette journée n'affiche pas un grand succès !

Twitter fait-il de l'ombre à Facebook ? 
Facebook est-il en train de perdre les 13-25 ans ? Il faut dire qu'avec plus d'un milliard d'utilisateurs, le réseau social a perdu le côté intimiste de ses débuts. Vous êtes nombreux à mal vivre que vos parents soient également sur Facebook. D'où votre engouement pour Twitter (plus 10 % d'augmentation chez les 13-19 ans d'après Ipsos) , Myspace, et dans une moindre mesure, Instagram et Snapacht, un peu plus confidentiel.

Vous aimerez aussi

Contenus supplémentaires

Partagez sur les réseaux sociaux !