Comment préparer sa candidature pour une alternance en école de commerce ?

Par Hélène Brunet-Rivaillon, mis à jour le 04 Mai 2022
4 min

Occuper un emploi salarié en lien avec sa formation tout en poursuivant ses études : voilà ce qu’offrent les cursus en alternance possibles dans beaucoup d’écoles de commerce. Si l'apprentissage requiert un bon sens de l’organisation et une bonne capacité de travail pour assurer des deux côtés, il facilite grandement l’accès à un CDI. Comment faire la candidature qui vous permettra de décrocher une alternance en école de management ? Nos conseils.

CV, lettre de motivation, entretien, recherche d'entreprise… Comment préparer et réussir une alternance en école de commerce ? On vous explique tout.

Les clés pour trouver une entreprise pour une alternance en école de management

Pour trouver l’apprentissage de vos rêves dans une entreprise qui correspond à votre projet professionnel, mieux vaut anticiper ! "Il faut s’y prendre six mois à l’avance, prévient David Buvat, de l’Unité Développement et Orientation Professionnelle du Crédit Agricole Centre France, partenaire de l’ESC Clermont. Pour un début en septembre, l’idéal est d’avoir trouvé son entreprise au printemps et de passer ses examens et ses vacances en étant libéré de cette recherche." Pour optimiser ses chances, Claude Bensimon, professeur associé à la Paris School of Business, conseille de solliciter son réseau personnel élargi (sa famille, ses amis et les amis de ses amis) et de rejoindre une plateforme telle que myjobglasses.com, qui met en relation étudiants et professionnels. "Sans oublier de répondre à des annonces sur Indeed ou Welcome to the Jungle", ajoute-t-il.

Quelle est la posture de l'apprenti en école de commerce attendu par l'entreprise ?

Romain Zerbib, enseignant chercheur à l’ICD Business School, insiste sur le fait que "l’alternant doit être force de proposition et autonome". Claude Bensimon abonde dans son sens : "Il doit noter un maximum de choses pour être très rapidement opérationnel et ne pas demander aux autres collaborateurs ou à son tuteur de répéter les informations à plusieurs reprises."

D’autres comportements risquent de compromettre le bon déroulement de l’expérience en entreprise : la procrastination, la désorganisation ou le manque d’implication. "La pire erreur est de prétendre qu’on sait déjà tout faire. Il faut impérativement rester humble", assure Romain Zerbib. Il estime cependant qu’en cas d’échec, il est inutile de paniquer : "Même les expériences difficiles sont bénéfiques. Elles aident à réaliser qu’on n’est pas fait pour ce secteur d’activités ou pour un type de poste et poussent à se réorienter."

Lire aussi

Que faire après une alternance en école de commerce ?

Etienne Duboisset, responsable des relations entreprises à l’ESC Clermont l’affirme : "Quand les entreprises investissent sur nos étudiants pendant 12 à 24 mois, selon les modalités du cursus, elles le font avec l’intention d’acquérir des ressources et des compétences pour leurs équipes."

L’apprentissage mène très souvent à une offre d’embauche. C’est pourquoi il est important de bien cadrer les choses dès le départ. "Le contenu du programme de l’élève doit être en adéquation avec le poste, insiste-t-il. Et l’apprenti s’assure que les missions qui lui sont confiées correspondent bien à sa fiche de poste. Si ce n’est pas le cas, il faut en rediscuter avec l’école et avec l’employeur." Car l’enjeu est de taille !

Lire aussi

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une Alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !