1. Étudier dans les Hauts-de-France
Décryptage

Étudier dans les Hauts-de-France

Envoyer cet article à un ami
La métropole lilloise concentre près de la moitié des étudiants des Hauts-de-France. // © Phovoir
La métropole lilloise concentre près de la moitié des étudiants des Hauts-de-France. // © Phovoir

Première région de France pour la formation des ingénieurs, les Hauts-de-France comptent plus d’une trentaine de grandes écoles et six universités, dont une privée. Concentrée sur sa métropole, Lille accueille près de la moitié des étudiants du territoire.

Trouvez la formation qui vous convient

En fonction de la filière que vous choisirez, différentes opportunités s'ouvrent à vous dans la région.

Dans une école

• d’ingénieurs : Centrale Lille, Arts et Métiers Lille, Polytech Lille, ENSAIT Roubaix, ENSCL, HEI-ISA-ISEN (Yncréa), ICAM Lille, IMT Lille-Douai, CESI Arras, ESME Sudria, ELISA Aerospace, UTC Compiègne, ESIEE Amiens, ESCOM Amiens…
• de commerce : EDHEC BS, Skema BS, IESEG, IAE (Lille, Valenciennes et Amiens), IMMD, FFBC, ISG Lille, EGC Lille, ESTICE, ISCID-CO, ESC Amiens, ESC Compiègne
• de journalisme : ESJ Lille, ESJ Paris-Grand Lille TV…
• de science politique : Sciences po Lille.
• de communication : ISTC, EFAP, ISCOM, ISEG marketing et communication, ESUPCOM
• du numérique, du digital ou de l'audiovisuel : Exia.Cesi, Epitech, EPSI, Supinfo, Pôle IIID, ECV, 3 Axes, E-artsup, WIS, Le Fresnoy, lycée Jean-Rostand à Roubaix, ISTV, Rubika (Supinfocom, Supinfogame, ISD)…
• d’art, d’architecture, de théâtre ou de mode : ESA (Tourcoing, Dunkerque), ESAAT Roubaix, ENSAP de Lille, ESMOD Roubaix, École du Nord…
• de sport : CREPS Wattignies, AMOS Lille

À l’université

Université de Lille (en sciences et technologies : 21.160 étudiants ; en droit et santé : 31.408 étudiants ; en sciences humaines et sociales : 20.000 étudiants).
Université catholique de Lille (28.400 étudiants).
Université d’Artois (11.000 étudiants).
Université du Littoral Côte d'Opale (10.000 étudiants).
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (11.361 étudiants).
Université de Picardie-Jules-Verne (30.000 étudiants).

Où sont inscrits les étudiants des Hauts-de-France ?

Voici la répartition des étudiants des Hauts-de-France dans les principales filières de l'enseignement supérieur public et privé sous contrat.

 // © l'Etudiant
// © l'Etudiant

Ils étudient dans les Hauts-de-France

Éma, 22 ans, en première année à l’IMT Lille-Douai

Une scolarité épanouissante. "Originaire de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines [78], j’y ai effectué une classe préparatoire MPSI [mathématiques, physique, sciences de l’ingénieur]. J’ai intégré l’IMT [Institut Mines-Télécom] en septembre 2017. Sur le campus, il règne une douceur de vivre. Il y a un très bon esprit dans ma promotion, notamment grâce à notre implication dans le monde."

S’il y a peu de femmes ingénieures, c’est parce que nous n’en parlons pas assez

Arras : le bon compromis. "S’installer à Arras (62) était un choix stratégique : mon compagnon travaille à Paris et la gare dessert bien mieux la capitale que Douai. Pour ma part, je ne suis qu’à trente minutes du campus. Le coût du loyer est similaire à celui de Douai et moins cher qu’à Lille. Nous payons 700 € pour 60 m2 en centre-ville et nous avons une superbe terrasse de 22 m2 avec vue sur le beffroi !"

#JeSuisIngénieurE. "Avec cinq autres étudiantes, nous avons monté un projet : promouvoir le métier d’ingénieur et les métiers scientifiques auprès des jeunes filles. Notre objectif : communiquer au maximum sur les femmes ingénieures. S’il y a peu de femmes dans le domaine, c’est parce que nous n’en parlons pas assez. Nous étions présentes au Salon de l’Etudiant, à Lille, pour encourager les lycéennes à suivre la voie de l’ingénierie."

Valentin Le Blan, 23 ans, en master data analytics et digital business, à l’EDHEC Business School Lille

Un parcours atypique. "J’ai passé deux ans en classe préparatoire maths sup-maths spé, à Antony [92], mais j’ai réalisé qu’une école de commerce me correspondrait davantage qu’une école d’ingénieurs. J’ai donc candidaté à l’EDHEC Business School à Lille, parce que c’est l’un des rares établissements qui ouvre son concours aux filières scientifiques et qui est en tête des palmarès."

Tout est prévu dans l’école pour notre épanouissement

Coût de la vie. "L’avantage d’étudier dans la métropole lilloise, c’est que le coût de la vie y est beaucoup moins élevé qu’à Paris. Pour le loyer, il faut compter entre 400 et 450 € par mois, ce qui me permet d’avoir un budget pour les sorties."

Un campus à l’américaine. "Le campus de l’EDHEC dispose d'un complexe sportif avec un terrain de foot, une salle de danse, un club de squash, une piscine… Depuis cette année, une 'black room' a été mise à notre disposition pour se reposer. Tout est prévu pour notre confort et notre épanouissement."

Des conférences. "L’EDHEC organise souvent des conférences avec des personnalités. La venue d’Herman Van Rompuy, ancien président du Conseil européen, m’a beaucoup marqué."

Être étudiant dans la région des Hauts-de-France

Se loger

Le CROUS de Lille et Amiens gère une soixantaine de résidences universitaires, l'université catholique de Lille, une vingtaine.
Les loyers du CROUS s’élèvent à 200 € pour une chambre et 500 € pour un studio. Dans le privé, comptez 400 € pour un 20 m2 et 600 € pour un 30 m2 à Lille. À Amiens, Calais, Lens ou Valenciennes, les loyers oscillent entre 250 et 450 €.

Se déplacer

À Lille, le Pass-Pass de Transpole permet d’utiliser métros, tramways, bus ou trains. Son coût : entre 3 € et 28 € par mois, selon le quotient familial. Avec TER’ Études et Pass Études, les étudiants peuvent prendre le train dans toute la région pour un peu plus de 50 € par mois (gratuit pour les boursiers). Avec un peu plus de 20 €, ils peuvent se déplacer en vélo, avec V’Lille ou en Vélam (à Amiens).

Sortir

La région compte une centaine de musées : Matisse au Cateau-Cambrésis, le Louvre-Lens… Et la Braderie de Lille, chaque premier week-end de septembre, le plus grand marché aux puces d'Europe.

Bénéficier des aides

Le conseil régional donne accès à plusieurs aides : mobilité internationale (Mermoz), parcours et réussite en études longues (PREL), bourse d’études sanitaires et sociales (BESS). hautsdefrance.fr.
La carte Génération #HDF ouvre droit à de nombreuses aides.