Université : qu'apprend-on en licence de sociologie ?

Par Amélie Petitdemange, publié le 06 Avril 2022
5 min

Les lycéens qui souhaitent s'orienter vers une licence de sociologie peuvent se poser de nombreuses questions sur cette filière. Charge de travail, pédagogie, débouchés… Un professeur et des étudiants vous racontent tout sur cette formation délivrée à l'université.

Entre théories sociologiques, travail de terrain et enquête de terrain, la sociologie est une discipline phare des sciences humaines. Si vous êtes attiré par cette filière, nous faisons le point sur ce qu'on apprend en licence de sociologie et comment y réussir.

Tout d'abord, la maquette du diplôme de sociologie est nationale. Quelle que soit l'université, vous aurez donc des enseignements sur l'histoire de la sociologie, sa théorie, ses auteurs, ses méthodes… En plus de ces cours propres à la discipline, vous assisterez à des enseignements voisins comme la psychologie, les sciences de l’éducation, les sciences de l’information et de la communication, l’histoire, la géographie, l’économie, le droit, une langue vivante…

Au lycée, les spécialités de sciences humaines et sociales, comme la philosophie, la littérature, l'histoire-géo ou l'économie peuvent être utiles avant d'entrer en sociologie.

Lire aussi

En licence de sociologie, l'ouverture à l'autre essentielle

"Pour réussir en licence de sociologie, vous devez avoir le goût du travail, une extrême ouverture à l’autre, aux autres cultures et identités, et beaucoup d’humilité", prévient Ali Aït Abdelmalek, professeur de sociologie à l'université Rennes 2.

Pour réussir, le professeur livre deux conseils : la présence en cours et la lecture. "On n’apprend pas la sociologie sur internet. C'est essentiel d'assister aux cours en présentiel. Concernant la lecture, les bibliothèques universitaires sont très riches. Pour devenir sociologue, il faut acquérir les discours, les pensées, les analyses…"

Pour Clémence, en troisième année de sociologie, cette formation requiert de la curiosité car les sujets d'analyse sont très variés : sociologie du sport, de l’éducation, de la géographie… Une bonne capacité d'écoute est aussi un avantage pour réaliser des entretiens sur le terrain, ainsi que de la rigueur pour analyser les résultats des questionnaires.

Environ 20 heures de cours par semaine en licence de socio

Les étudiants en sociologie ont environ 20 heures de cours par semaine et les professeurs conseillent le double de travail personnel. En pratique, Clémence passe environ six heures par semaine à la bibliothèque, même si la charge de travail varie beaucoup selon l'année d'études et la période. "En licence 1 et 2 il y a plus de cours et moins de travail personnel. En licence 3, nous avons un mini mémoire de 40 pages à écrire pour nous préparer au master. Et bien sûr je révise plus avant les partiels", raconte la jeune femme.

Clément, également en licence 3 de sociologie, travaille 10 à 15 heures en plus des cours. "Si on veut des bonnes notes, il faut travailler autant d’heures en cours que chez soi, mais ça dépend des étudiants".

Lire aussi

Enquêtes sur le terrain

En licence de sociologie, la pédagogie varie en fonction des cours. Vous aurez des travaux dirigés (TD) et des travaux pratiques (TP) en petits groupes ainsi que des cours magistraux (CM) en amphithéâtre. Vous pourrez travailler seul mais aussi construire des exposés en groupe.

En sociologie, vous serez aussi amené à aller sur le terrain pour réaliser de petites enquêtes et des dossiers. "On nous demande d’observer les gens dans Rennes, dans un parc par exemple, et de relever ce qu’ils font, qui ils sont, pourquoi ils viennent là et ce qui nous intrigue", raconte Clément.

Cela dit, les cours théoriques sont majoritaires, surtout en début de cursus. "Quand on sort du lycée, c'est dur de s'adapter. Cela demande du travail personnel, de reprendre ses notes… Mais les TD permettent de rencontrer des gens et nous sommes bien suivis", assure Clémence. "Il ne faut pas hésiter à aller voir les professeurs et les responsables de licence", ajoute Clément.

Lire aussi

Des débouchés variés au-delà du métier de sociologue

Très peu d'étudiants s'insèrent sur le marché du travail directement après une licence de sociologie. Avec ce bagage pluridisciplinaire, la poursuite d'études est possible dans de nombreux masters et écoles. Clémence souhaite, par exemple, faire un master de géographie et d’urbanisme, tandis que Clément aimerait poursuivre en master de recherche en sociologie à Lille.

"La licence de sociologie apporte une connaissance du fonctionnement de la société. Vous pouvez devenir éducateur spécialisé, assistant de service social, infirmier, aide-soignant, professeur des écoles ou dans les lycées, journaliste… Il est aussi possible de mener des expertises et des audits en sociologie, ainsi que des recherches dans des établissements publics ou privés", énumère Ali Aït Abdelmalek. Un horizon qui va bien au-delà du métier de sociologue !

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !