1. S'inscrire dans le supérieur : nos conseils pour faire les bons choix
Boîte à outils

S'inscrire dans le supérieur : nos conseils pour faire les bons choix

Envoyer cet article à un ami
La période des inscriptions dans le supérieur est très avancée. // © Adobe Stock / Pakorn
La période des inscriptions dans le supérieur est très avancée. // © Adobe Stock / Pakorn

Le bac terminé, une dernière étape reste à finaliser avant de partir en vacances : votre inscription dans l’enseignement supérieur. Voici comment réussir vos démarches.

Depuis quelques mois, certains d’entre vous ont sans doute entamé des démarches auprès des écoles, classes prépas ou section de BTS. Si vous n’avez pensé à rien de tout cela, pas de panique : il est encore possible de vous trouver une place dans certains établissements. Sachez cependant que vous devrez faire une croix sur les classes préparatoires, les grandes écoles de commerce et d’ingénieurs, les écoles paramédicales et sociales… les plus prisées. Pour intégrer ces cursus, des concours et des procédures d’admission particulières se sont succédés depuis le début de l’année. Dans certaines filières sélectives comme les BTS et les DUT, les inscriptions sont déjà bien avancées mais il reste encore des possibilités selon l’établissement et la formation que vous visez. Pour cela rendez-vous sur Parcoursup et inscrivez-vous à la procédure complémentaire.

Lire aussi : Palmarès 2019 des BTS : les taux de réussite par académie

Posez-vous les bonnes questions !

Certes, il n’est plus temps de tergiverser mais accordez-vous quand même un délai de réflexion avant de vous inscrire dans le premier établissement venu qui vous accepte. Vous éviterez ainsi de regretter votre choix d’orientation en cours d’année. Un phénomène constaté par une enquête du ministère, qui révèle que près de trois étudiants sur dix ne sont pas satisfaits de leur cursus. Pour faire le bon choix, il faut définir un projet professionnel, résultat d’une réflexion personnelle et d’une meilleure connaissance de ses compétences, ses qualités, ses ambitions… Les rencontres avec des professionnels et des étudiants peuvent favoriser cette prise de décision. C’est seulement une fois ce bilan établi que pourrez envisager une orientation sereine qui servira votre projet.

La procédure complémentaire de Parcoursup, la voie n° 1

La procédure complémentaire reste la voie à privilégier pour trouver un établissement. La phase complémentaire est une session de rattrapage pour les candidats malchanceux qui n’auraient pas obtenu de proposition d’admission. Lors de cette étape, qui débute le 25 juin pour s’achever le 14 septembre, il est possible de formuler dix nouveaux vœux (et 20 sous-vœux) dans les formations où il reste de la place. Comme lors de la phase d’admission, si vous recevez au moins deux réponses positives, vous devrez choisir une seule proposition. L’année dernière, plus de 100.000 places étaient encore disponibles pendant la procédure complémentaire. Il restait notamment de la place dans certaines filières sélectives comme les BTS, les prépas et même quelques licences dites "en tension" comme en droit et psychologie.

Lire aussi : Parcoursup : candidats refusés, quelles pistes juridiques s'offrent à vous ?

Renseignez-vous sur les écoles privées

Il est encore possible de vous inscrire dans le privé : contactez les établissements qui vous intéressent, mais assurez-vous de leur qualité. Ces écoles, aux frais de scolarité souvent très élevés, se nourrissent parfois de bacheliers en mal d’inscription pour grossir leurs rangs sans assurer une formation de qualité. Vérifiez cependant les labels et les moyens dont dispose l’école. Dans une école reconnue par l’État, vous pourrez par exemple décrocher une bourse. Ne vous fiez qu’aux labels officiels, ceux du ministère, de la CTI (Commission des titres d’ingénieur) ou de la CGE (Conférence des grandes écoles) et non à des appellations "reconnue par les professionnels" qui n’ont aucune valeur. Rendez-vous sur place pour vérifier la qualité des équipements, consulter l’annuaire des anciens.

Des journées d'intégration pour découvrir la vie étudiante

La transition entre le lycée et le supérieur n’est pas toujours évidente pour les néo-étudiants. Pour faciliter cette nouvelle vie, la plupart des universités et des écoles ont mis en place plusieurs dispositifs d’accueil et d’accompagnement pour informer les nouveaux arrivants à l’image des JIVÉ (Journées d'intégration et de vie étudiante) de l’université de Lille, des visites du campus et des installations, etc. Ces temps forts sont aussi l’occasion pour les jeunes de se familiariser avec les CM (cours magistraux), les TD (travaux dirigés), la BU (bibliothèque universitaire), etc.

Lire aussi : Week-ends d’intégration : 5 clichés passés au crible

Le service civique, un dispositif pour les 16–25 ans

Vous avez besoin d’une transition entre le lycée et le supérieur, pourquoi ne pas envisager un service civique ? Lancé au printemps 2010, ce service d'intérêt général est ouvert aux 16–25 ans (30 ans pour les jeunes en situation de handicap). Ce dispositif propose des missions rémunérées de 6 à 12 mois dans des associations, des administrations ou des collectivités aux jeunes, moyennant une rémunération en France et à l’étranger. Au-delà de l’engagement associatif, le service civique permet aux jeunes d’acquérir de nouvelles compétences et de définir un vrai projet professionnel. Plus d’infos. service-civique.gouv.fr

Nadège Chapillon, psychologue de l'Éducation nationale du CRES (Centre ressources enseignement supérieur) Lille

"Ne vous découragez pas si vous êtes sur liste d’attente ou sans proposition d’admission. Demandez conseil à vos enseignants ou au CIO (Centre d’information et d’orientation) de votre établissement pour envisager de nouvelles pistes pour la rentrée prochaine. Sur Parcoursup, n’hésitez pas à élargir vos vœux à d’autres zones géographiques pour maximiser vos chances. Autre possibilité, reporter vos choix sur des formations similaires auxquelles vous n’avez pas forcément pensé. Par exemple, sélectionner un BTS Négociation et Digitalisation de la Relation Client (ancien BTS NRC), si vous avez été refusé en BTS Management commercial opérationnel (MCO, ex-BTS MUC). Même si le programme pédagogique peut vous sembler différent, ces deux diplômes ont en commun de former des commerciaux avec les mêmes compétences."

Salon de la Rentrée à Lille, Lyon et Paris – 7 et 11 septembre
Vous n’avez pas encore trouvé de formation pour la rentrée 2019 ?Une journée pour vous aider à préparer votre rentrée : orientation, réorientation, césure, job, stage, alternance. Découvrez toutes les formations encore accessibles de bac à bac+5. Téléchargez votre invitation gratuite ici !