1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Ce qu’il faut savoir avant d’étudier… en Belgique
Boîte à outils

Ce qu’il faut savoir avant d’étudier… en Belgique

Envoyer cet article à un ami
16.856 Français sont partis étudier chez nos voisins belges en 2016. // © Adobe Stock/LALSSTOCK
16.856 Français sont partis étudier chez nos voisins belges en 2016. // © Adobe Stock/LALSSTOCK

La Belgique est la première destination des étudiants français. Démarches, budget, vie étudiante… Avant de passer de l’autre côté de la frontière, l’Etudiant fait le point sur ce que vous devez savoir.

D’après les chiffres de Campus France, 16.856 Français sont partis étudier chez nos voisins belges en 2016. Faisant du "plat pays" la destination la plus plébiscitée par les étudiants de l’Hexagone. Francophonie, proximité géographique, facilités pour intégrer le supérieur… La Belgique a toutes les cartes en main pour attirer les jeunes français. D’autant que le système de l'enseignement supérieur belge a de fortes ressemblances avec le nôtre.

Zoom sur les écoles belges

En Belgique, il existe trois grands types d’établissements : les écoles supérieures des arts, très spécialisées ; les universités, ouvrant à de nombreux domaines d’études, et les hautes écoles, pour les cycles d’études plus courts et plus professionnalisants. Après trois années d’études post-bac, vous obtenez le diplôme de bachelier. Vous pouvez poursuivre jusqu’au grade master (bac+5) ou doctorat (bac+8), comme en France.

À savoir : le diplôme que vous validez en Belgique est aussi reconnu en France grâce au système européen de transfert et d’accumulation de crédits, les fameux ECTS. Chaque année, vous obtenez 60 crédits.

Parmi les établissements les plus connus : l’université catholique de Louvain, l’université libre de Bruxelles, l’université de Liège et celle de Mons pour la partie francophone, mais aussi la KU Leuven, l’université de Gand, celle d’Anvers, d’Hasselt et la Vrije universiteit Brussel, pour la partie néerlandophone.

Lire aussi : Erasmus+ : partir étudier en Europe, pour quoi faire ?

Volet administratif : ce que vous devez anticiper

Si vous partez étudier en Belgique, vous aurez uniquement besoin d’une carte d’identité (ou d’un passeport) valide. Pas besoin de visa, quelle que soit la durée de votre séjour. Pas besoin non plus de faire une demande permis de conduire international, le vôtre suffit.

Concernant votre santé, pensez à demander une carte européenne d’assurance maladie. Elle est gratuite, valable deux ans et vous permet la prise en charge de vos soins médicaux sur place.

Prévenez aussi votre banque de votre départ. Les frais bancaires en Europe sont gratuits, mais mieux vaut se renseigner en amont.

Budget : la Belgique, plus abordable que la France

Avant de partir, prévoyez aussi votre budget. La facture risque de grimper, même si le pays est plus abordable qu’en France que ce soit au niveau des loyers, de l’abonnement aux transports en commun ou de l’alimentation et des sorties (-16% en moyenne d'après Le coût de l'expat).

Coût à Paris Coût à Bruxelles Différence en pourcentage
Loyer mensuel d'une chambre en centre-ville 1.186,45 € 835,49 € – 29,6 %
Pass mensuel pour les transports en commun 75 € 49 € – 34,7 %
Restaurant modeste pour une personne 15 € 15 € 0 %
Menu fast food 8,60 € 8 € – 7 %
Bouteille d'eau (1,5 L) 0,87 € 0,94 € + 8 %
Bière locale en pression (0,50 L) 6,50 € 4 € – 38,5 %
Riz (1 kg) 1,79 € 2,31 € + 29,1 %
Pommes de terre (1 kg) 1,92 € 1,50 € – 21,9 %

Pour ce qui est des frais de scolarité, ils varient selon l’établissement, le niveau d’étude, la région (flamande ou wallone) et si vous êtes boursier ou non. Ces frais peuvent atteindre 835 €. Si vous partez dans le cadre d’un programme Erasmus, vous ne paierez que les frais français.

Pour ce qui est des bourses et des aides financières, plusieurs options sont possibles. Pensez aux bourses Erasmus (entre 150 et 250 € par mois dans le cadre d’un séjour d’études), à celles sur critères sociaux du Conseil de l’Europe et à l’aide à la mobilité internationale (400 € par mois). Sachez qu’il existe des aides régionales, départementales et municipales. Votre établissement français et/ou belge peut parfois vous octroyer une bourse.

Lire aussi : Bourses : toutes les aides financières pour étudier à l'étranger

Logement : des kots, plutôt que des studios

En Belgique, vous vous familiariserez très vite avec le terme "kot". Il s’agit en fait d’un studio en résidence étudiante, un peu comme nos résidences universitaires en France. Les prix sont plus accessibles (jusqu’à 550–600 € pour un kot à Bruxelles contre 600 à 800 € pour un studio) et ces logement se situent souvent à proximité des campus. Il vous faudra cependant partager votre cuisine et parfois votre salle de bain avec les autres kotteurs. Rendez-vous (entre autres), sur les sites ple.bru ou Bru kot pour trouver le logement le plus adapté.

Lire aussi : Etudier à l'étranger : ce qu'il faut régler avant de partir

Vie étudiante : les bons plans

La Carte Jeunes Européenne paraît incontournable. Valable un an, son coût est de 10 € et elle vous permet de profiter de nombreux avantages partout en Europe. Pensez aussi à la carte culture. Proposée par des établissements d'accueil comme l’université catholique de Louvain, elle vous donne accès à des réductions et invitations pour assister à des spectacles, vous rendre à des expositions, participer à des ateliers artistiques…

Renseignez-vous auprès de l'ambassade française en Belgique, du site France Diplomatie et sur celui du ministère de l'enseignement supérieur belge pour plus d'informations.

Pour aller plus loin : Comment s’y retrouver parmi toutes les certifications en langues étrangères ? / Erasmus+ : partir étudier en Europe, pour quoi faire ? / Étudier en Allemagne : "Je suis en pleine immersion dans le pays" / Étudier en Angleterre : "Londres, la ville de toutes les opportunités"