1. Bourses : toutes les aides financières pour étudier à l’étranger
Boîte à outils

Bourses : toutes les aides financières pour étudier à l’étranger

Envoyer cet article à un ami
Plusieurs aides financières existent si vous partez étudier à l'étranger. // © Adobe Stock/smolaw11
Plusieurs aides financières existent si vous partez étudier à l'étranger. // © Adobe Stock/smolaw11

Passage désormais quasi obligé au cours des études, partir à l’étranger peut coûter cher. Voici les aides financières européennes, nationales et régionales dont vous pouvez bénéficier.

Extrêmement valorisée sur le CV, la mobilité à l’étranger est presque devenue obligatoire dans la plupart des cursus. Mais l’aventure peut être très onéreuse. Pour vous aider à payer loyer, transports et dépenses quotidiennes, de multiples aides financières existent. Renseignez-vous le plus tôt possible pour pouvoir percevoir ces bourses dès votre arrivée dans votre nouveau pays. Attention, elles ne sont pas toujours cumulables entre elles.

La bourse Erasmus+

Si vous partez via le programme Erasmus+ – c’est à dire uniquement dans un pays européen via un échange entre établissements -, vous pouvez bénéficier d’une bourse européenne. Selon que vous êtes étudiant ou stagiaire, le montant de l'aide varie de 150 à 450 € par mois, en fonction du pays d’accueil et son niveau de vie. À savoir : ces bourses sont accessibles uniquement si vous partez plus de deux ou trois mois et jusqu’à neuf mois maximum.

Lire aussi : #Erasmusdays 2019 : les lycéens à la découverte du programme Erasmus+

Si vous êtes boursier, vous êtes également éligible à l'aide à la mobilité internationale, à hauteur de 400 € par mois pour un séjour entre deux et neuf mois consécutifs.

Les bourses régionales

Pour encourager la mobilité, les régions vous proposent également des aides, pouvant aller jusqu’à 2.900 euros en Nouvelle-Aquitaine par exemple. Elles sont spécifiques à chacune d’elle : Hauts-de-France, Normandie, Bretagne, Île-de-France, Grand Est, Pays de la Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Occitanie, et enfin Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Certaines régions permettent aussi aux apprentis de bénéficier d’un coup de pouce, c’est notamment le cas en Auvergne-Rhônes-Alpes. Attention, la plupart de ces bourses ne sont pas cumulables avec la bourse Erasmus+.

N’oubliez pas, non plus, de demander si votre établissement fait bénéficier ses étudiants de bourses spécifiques.

Lire aussi : Erasmus+ : la carte des établissements qui peuvent vous envoyer à l'étranger

Les autres bourses

Quelques fondations vous aident également dans votre projet de voyage à l’étranger. C’est le cas du Rotary Club, qui propose des programmes d’échanges entre jeunes avec hébergement et pension complète dans une famille d’accueil.

Des aides ciblées pour certains pays sont aussi possibles. N’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur ce qui est proposé du côté de l’Allemagne (avec le DAAD) et des Pays-Bas (avec la bourse Eole). Quant aux pays asiatiques et nord-américains, où le coût de la vie et de la scolarité peut effrayer, des solutions existent. C’est le cas au Canada, aux Etats-Unis ou encore à Taiwan.

Et pour ceux qui voudraient voir du pays en période de césure, sans études ni stage, des plate-formes sont là pour vous aider à trouver un job sur place, comme le programme vacances-travail (PVT) ou encore le woofing. Car, peu importe la forme qu’elle prendra, toute expérience à l’étranger sera une plus-value dans votre parcours.

Des aides pour les étudiants handicapés

Pour les étudiants en situation de handicap, il existe aussi des aides supplémentaires, dans le cadre du programme Erasmus+. Elles sont dédiées au paiement des frais liés à vos besoins spécifiques (suivi médical, auxiliaire de vie, assistant…). Il faut en faire la demande un mois minimum avant le départ, auprès du service des relations internationales de votre établissement. Certaines régions proposent aussi des bourses pour les étudiants en situation de handicap, comme l’Occitanie avec une aide au départ de 600 €.