1. Faire médecine après un diplôme paramédical : bon plan ou pas ?
Boîte à outils

Faire médecine après un diplôme paramédical : bon plan ou pas ?

Envoyer cet article à un ami
L'université Lyon 1 accueille des places du nombre complémentaire de reçus en 2e année de médecine. // © Sophie Blitman
L'université Lyon 1 accueille des places du nombre complémentaire de reçus en 2e année de médecine. // © Sophie Blitman

À la fin de l’année universitaire, une soixantaine d’étudiants seront admis en deuxième année de médecine sans faire partie du “numerus clausus” de PACES (première année commune aux études de santé). Comment ? Grâce au “nombre complémentaire”. Explications.

Poursuivre des études médicales après la PACES (première année commune aux études de santé) sans faire partie du numerus clausus, c'est possible. Car il existe un “nombre complémentaire” de reçus. Comme le nombre de places dit “principal”, il est fixé par un arrêté. Pour l’année universitaire 2013-2014, il s'élevait à 60 en médecine, à 14 en odontologie, à 10 en pharmacie et 7 en sage-femme. Des places réparties entre sept universités : Aix-Marseille, Lille 2, Lorraine, Lyon 1, Paris 6, Rennes 1 (et non Tours comme le mentionne l'arrêté), et Toulouse 3.

Réservé aux paramédicaux

Les étudiants concernés doivent être titulaires d'un diplôme paramédical (infirmier, ergothérapeute, masseur-kinésithérapeute, psychomotricien, pédicure-podologue, manipulateur radio, audioprothésiste, technicien en analyses biomédicales, orthophoniste ou orthoptiste) ou du diplôme d'État de sage-femme (pour les étudiants qui ont accédé aux écoles avant 2002-2003), et avoir exercé leur métier au moins deux ans après l'obtention de leur diplôme.

Un classement à part

À l'issue de leur année de PACES, ces candidats passent le même concours que les néo-bacheliers, mais bénéficient d'un classement à part. Ils doivent toutefois avoir obtenu 10/20 de moyenne aux épreuves et être classés en “rang utile” pour être potentiellement admis.

Les candidats peuvent présenter le concours de médecine mais aussi celui de dentaire, pharmacie et sage-femme. "S'ils se sont déjà inscrits à deux reprises en PACES, le nombre complémentaire leur procure une troisième (et dernière) chance. S'ils ne sont jamais passés par la PACES, ils ont le droit de tenter deux fois le concours", explique Jean-Marc Léger, gestionnaire de la PACES à l'université Rennes 1.

Des statistiques favorables...

Cette passerelle est-elle un bon plan ? Les chances de réussite à un concours en fin de PACES (médecine, odontologie, pharmacie ou sage-femme) sont de l'ordre de 20 % par la voie "classique", mais vous avez le droit de redoubler. Le nombre de places est conséquent : 7.492 places, simplement en filière médecine en 2013-2014 au niveau national. Le nombre complémentaire, lui, est très réduit : il ne doit pas dépasser 3 % du numerus clausus. Mais le nombre de candidats aussi…

“Cette année, nous avions 17 candidats, toutes filières confondues, pour 10 places en médecine, 2 en dentaire, 1 en pharmacie et 1 en sage-femme. Les années précédentes, certains étudiants ont été admis avec 10 de moyenne, quand d'autres avaient été refusés avec 15 de moyenne par l'autre voie d'admission. Il est déjà arrivé de ne pas accorder toutes les places disponibles quand les notes obtenues aux épreuves étaient insuffisantes”, déclare Myriam Torre, responsable de la scolarité administrative du campus santé de l'université d'Aix-Marseille. Rennes 1 affiche les mêmes proportions. Moins d'une dizaine de candidats paramédicaux ont passé le concours en 2014, alors que la fac offre 4 places en deuxième année de médecine, 2 en dentaire, 1 en pharmacie et 1 en sage-femme.

... mais forte motivation indispensable

Pour autant, cette voie d'accès aux études médicales n'est pas la plus simple. "Les candidats au concours n'ont pas la même pression que les autres car ils ont déjà un savoir. Néanmoins, il faut se replonger dans les études comme un lycéen. Il est donc déconseillé de travailler en même temps", indique Jean-Marc Léger. Ainsi, pour repartir sur un cursus de quatre à onze ans après avoir effectué jusqu'à parfois cinq ans d'études et deux ans d'exercice professionnel, mieux vaut être ultra-motivé.

S’inscrire en PACES après un premier diplôme
Pour rejoindre une PACES, si vous n'êtes pas bachelier de l'année, deux possibilités s'offre à vous :
• si l'université visée est en Île-de-France, vous devez prendre contact directement avec l’établissement ;
• dans les autres cas, il faut passer par APB (Admissions-postbac) et se préinscrire avant le 20 mars.
Plus d'informations dans notre article “S'inscrire en PACES sur APB, mode d'emploi”.

Médecine // © plainpicture/CulturaDécouvrez les autres voies pour contourner la PACES dans notre dossier Faire médecine sans passer par la PACES.

POUR EN SAVOIR PLUS
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir ses études de santé”, par Ludivine Coste.