1. Médecine et dentaire : la Belgique suspend son concours
En bref

Médecine et dentaire : la Belgique suspend son concours

Envoyer cet article à un ami
Le Conseil d'État belge a tranché : le concours de médecine est suspendu. // © plainpicture/Bildhuset/Jerker Andersson
Le Conseil d'État belge a tranché : le concours de médecine est suspendu. // © plainpicture/Bildhuset/Jerker Andersson

En juin 2016, la Belgique francophone organisait son premier concours de fin de première année de médecine et de dentaire, comme en PACES (première année commune aux études de santé) en France. Mais une poignée d’étudiants a fait suspendre le classement. Explications.

Une édition et c'est (déjà) le couac. Le concours de fin de première année de médecine et dentaire mis en place en Belgique francophone en 2015-2016 a été suspendu par le Conseil d'État du pays, mardi 26 juillet 2016, indique la presse belge. Motif : le nombre de places fixé par le ministère de la Santé ne reposerait sur aucune donnée précise. Ce quota avait été mis en place pour contingenter, au niveau fédéral, le nombre de praticiens. Mais celui-ci est également remis en cause...

Cette décision est le fruit d'une action menée auprès de la haute juridiction par une dizaine d'étudiants en médecine reçus-collés, c'est-à-dire qui ont validé leur première année mais ne faisait pas partie des 605 étudiants autorisés à passer en deuxième année via le concours.

En stand-by

Tous les candidats qui ont validé leur année seront-ils admis (comme avant) ? Seuls les étudiants qui ont saisi le Conseil d'État seront-ils classés ? Pour l'heure, en pleine période de vacances, la Belgique n'a pas de réponse à donner. Seul élément : le principe de sélection par concours, qui n'a pas été jugé illégal, n'est pas remis en question. La rentrée va se révéler difficile pour les étudiants en santé de Wallonie.