1. En 2019, suivez Sara, en bac ES : "J’ai besoin d’être rassurée dans mes choix d’orientation"
Témoignage

En 2019, suivez Sara, en bac ES : "J’ai besoin d’être rassurée dans mes choix d’orientation"

Envoyer cet article à un ami
Sara a renoncé à son vœu en DNMADE pour valider définitivement sa proposition en licence de psycho. // © Photo fournie par le témoin
Sara a renoncé à son vœu en DNMADE pour valider définitivement sa proposition en licence de psycho. // © Photo fournie par le témoin

TIMELINE, ÉPISODE 3. Les recherches se précisent pour Sara, en terminale ES. La lycéenne garde en tête le DNMADE (diplôme national des métiers de l’art et du design), mais préfère assurer ses arrières en sélectionnant des formations non sélectives sur Parcoursup. Les licences de sociologie et de psychologie pourraient faire partie de sa liste de vœux.

À l’ouverture de Parcoursup le 20 décembre 2018, la lycéenne comptait sur la plate-forme pour affiner ses choix. Un mois plus tard, les vacances de Noël ont porté leurs fruits. "Je suis vraiment rassurée et j’y vois beaucoup plus clair dans mon orientation", s’exclame-t-elle. Sara va maintenant pouvoir commencer à remplir son dossier sur Parcoursup dans les prochains jours de manière plus sereine.

Lire aussi l'épisode 1 : "Le DNMADE ou la licence de socio, je suis perdue !"

Des recherches bien ciblées

Pour cette élève de terminale, l’orientation postbac est le fruit d’un long travail de réflexion et d’informations. "J’ai d’abord fait des recherches sur le DNMADE parce que c’est toujours ce qui m’intéresse le plus", confie-t-elle.

Lire aussi l'épisode 2 : "Parcoursup va me permettre d’être mieux informée"

En fonction des mentions (graphisme, espace, animation…), du secteur géographique, du type d’établissement (privé ou public) et des conditions d’admission, Sara a fini par sélectionner quatre ou cinq écoles sur Parcoursup. "Certaines sont plus exigeantes et plus chères que d’autres, cela m’a aidé à faire un choix", poursuit-elle.

Se rassurer dans ses choix

En parallèle, Sara a aussi pris rendez-vous avec un conseiller d’orientation. "J’avais besoin d’encouragement et de savoir si je devais vraiment postuler en DNMADE", explique-t-elle. Un entretien nécessaire où la lycéenne a pu exprimer ses doutes et ses premières réflexions. "Il m’a beaucoup rassurée sur les passerelles. Je me suis dit que quoi qu’il arrive je pourrai toujours m’en sortir."

Lire aussi : Candidater en DNMADE sur Parcoursup, l’art et la manière

Comme ses professeurs principaux, le conseiller lui a aussi recommandé de choisir des formations non sélectives. "On a parlé de la sociologie, j’ai dû expliquer ce qui me plaisait dans cette matière. C’est comme ça qu’il m’a présenté la licence de psychologie. Ce sont toutes les deux des sciences humaines où l'on cherche à comprendre les autres et à les aider, cela m’a beaucoup intéressée", avoue-t-elle.

Là encore, Sara a concentré ses recherches sur un critère bien précis : celui de l’académie. Au total, elle aurait déjà sélectionné sept à huit formations. "Je préfère faire le plus de vœux possibles, juste par sécurité. D’ailleurs, je pense reprendre rendez-vous avec mon conseiller et participer au forum des métiers de mon lycée cette semaine pour me conforter dans mes choix."