1. Parcoursup : "J'ai testé le module d'évaluation en droit"
Témoignage

Parcoursup : "J'ai testé le module d'évaluation en droit"

Envoyer cet article à un ami
Pour postuler en licence de droit, vous devez fournir l'attestation de suivi du questionnaire d'auto-évaluation. // © Camille Stromboni
Pour postuler en licence de droit, vous devez fournir l'attestation de suivi du questionnaire d'auto-évaluation. // © Camille Stromboni

Lisa et Dan, élèves de terminale, veulent postuler en licence de droit. Pour pouvoir valider leurs vœux sur Parcoursup, ils sont obligés de répondre à un questionnaire qui leur permettra d'évaluer leur niveau par rapport aux attendus dans la filière. Mais, pas de stress, le score n'est pas pris en compte par les universités. Récit de leur expérience.

Droit devant ! Lisa, 17 ans, en terminale ES à Brive-la-Gaillarde (19) s'est lancée sans trop d'appréhension dans le test d'auto-évaluation présent sur Parcousup pour ceux qui veulent se diriger vers une licence de droit. "Depuis le collège, j'ai envie de faire du droit, confie-t-elle. Cette année, j'ai participé à une journée d'immersion à la fac de Brive, où j'ai suivi un cours de droit constitutionnel. Ça m'a plu ! Sur Parcoursup, j'ai mis des vœux en licence de droit à Brive, à Limoges et à Bordeaux."

Dan, 17 ans, en filière scientifique aux Pavillons-sous-Bois (93) a, lui aussi, choisi trois licences de droit : l'une en dehors de son secteur, à Paris, et deux autres dans son académie, à Créteil et à Bobigny. Pour lui, le test d'auto-évaluation est "une initiative originale". "Cela permet d'avoir un aperçu de ce qui nous attend !", souligne-t-il.

Lire aussi : SOS Parcoursup : combien faut-il faire de vœux ?

Un test obligatoire

Le questionnaire d’auto-évaluation est un passage obligé. Il vous faut fournir l’attestation de suivi de ce module pour pouvoir confirmer vos vœux en droit (avant le 31 mars 2018). Pour y accéder : ouvrez votre vœu de licence en droit, puis l'onglet "Caractéristiques", et cliquez en bas sur le lien questionnaire d'auto-évaluation.

N’ayez crainte : votre score ne sera pas communiqué aux universités. Il s’agit de vous donner une idée des prérequis souhaités pour réussir dans la formation. Vous pourrez ainsi avoir une idée de votre niveau et de vos éventuelles lacunes. "Le fait qu'il n'y ait aucune répercussion sur la décision du jury permet de déstresser", confirme Dan.

Inutile donc de tricher en allant chercher les réponses sur Internet : vous fausseriez le résultat sans que cela ne vous apporte rien, mis à part surestimer vos capacités. "J'ai rempli le questionnaire seule, confirme Lisa. Je l'ai trouvé un peu long, mais pas particulièrement dur." Comptez une demi-heure environ pour venir à bout des 25 questions.

Maîtrisez-vous la langue française ?

Dans une première partie, votre capacité rédactionnelle va être mise à l’épreuve en cinq questions. En effet, un juriste passe beaucoup de temps à écrire. Il faut être irréprochable en matière de syntaxe, d’orthographe et de vocabulaire. "Au début, j'ai été un peu surprise, reconnaît Lisa. Je n'avais pas compris que la différence entre deux réponses se jouait à un mot près, alors j'ai fait quelques erreurs."

Cinq questions plus tard, vous testerez votre aptitude à comprendre et à analyser un texte. Le formulaire vous informe de l’aridité des textes qui vous attendent dans vos futures études : “Un juriste passe de longues heures à lire : des textes de lois, des décisions de justice, des articles de doctrine… Le style de certains de ces textes est parfois, disons-le, assez hermétique !”

Commencez par cliquer sur le lien en bleu et lisez très attentivement l’article de presse qui vous est proposé. Puis répondez aux cinq questions de compréhension. "Je ne me suis pas trop mal débrouillée !" estime Lisa. Pas de difficulté particulière, toutes les réponses se trouvent dans le texte. Seul petit piège : il y a parfois plusieurs bonnes réponses à cocher. Il ne faut pas en oublier pour obtenir le score maximum.

Savez-vous raisonner comme un juriste ?

Troisième partie : saurez-vous raisonner comme un juriste ? Autrement dit : tirez-vous des conclusions hâtives ou réfléchissez-vous aux liens de cause à effet avant de vous prononcer ? "Les lois paraissent compliquées, mais il y a toujours une question de logique", commente Dan, amusé par l'exercice.

Do you understand ?

Vous parviendrez ensuite à la partie internationale, qui porte sur votre compréhension de l'anglais. Dans un monde interconnecté, il va sans dire que ce qui se passe dans les autres pays, en matière de droit, peut avoir de l’importance pour des dossiers traités en France. Une partie du questionnaire qui a étonné la lycéenne de Brive-la-Gaillarde : "Je ne pensais pas qu'il y aurait de l'anglais !". Dan a été "gêné par le fait qu'il n'y ait qu'une seule langue proposée".

Si vous n’avez pas suivi de cours d’anglais, seules les deux premières questions sur les cinq qui composent cette partie seront prises en compte pour l’évaluation. Les trois dernières portent en effet sur un texte rédigé dans la langue de Shakespeare.

Là aussi, il faut cliquer sur le lien et lire le texte – un article de "Newsweek" – avant de répondre aux questions de compréhension. Indice : il peut y avoir deux bonnes réponses…

La curiosité est-elle votre meilleur défaut ?

Enfin, la dernière partie vise à vous faire réaliser l’importance de vous intéresser aux questions de société si vous voulez vous engager dans des études de droit, discipline relevant des sciences sociales. En clair, il s’agit de tester votre culture générale ! Lisa, qui s'informe régulièrement par la télé, la radio et Internet, s'en est bien sortie.

Après votre 25e réponse, votre score final s’affiche. "J'ai eu 16 ou 19 sur 25. Je ne sais plus bien. En tout cas, plus que la moyenne !", confie Lisa, confortée dans son choix d'orientation. Si la jeune fille n'a guère confiance dans la nouvelle plate-forme d'admission postbac, elle se rassure : "Brive est une petite université et je suis dans le secteur, donc ça devrait passer." De son côté, le lycéen des Pavillons-sous-Bois a obtenu 22 bonnes réponses. "Même si j'avais eu un mauvais résultat, ça n'aurait rien changé. Je fais des vœux en droit car la filière me plaît."

Tous deux ont ainsi décroché le précieux sésame à fournir aux universités. Comme eux, vous devrez enregistrer l’attestation prouvant que vous avez répondu au questionnaire d’auto-évaluation. Vous pouvez aussi la recevoir par mail.

Retournez ensuite dans votre dossier Parcoursup et téléchargez l'attestation dans une de vos candidatures en licence de droit (elle vaut pour toutes les candidatures similaires, vous n’avez pas à la télécharger plusieurs fois). "En deux clics, c'est fait !" conclut Dan.

C'est anecdotique, mais notez que ce document indique le jour et l'heure où vous avez passé le test. Même s’il y a fort peu de risque que les universités se préoccupent de ce détail, elles pourraient en théorie regarder si vous êtes du genre à compléter vos dossiers le 31 mars à 23 heures !