Communication

L’organisation et l’animation d’événements reste un secteur porteur dans la communication, mais très concurrentiel. Le niveau de connaissances exigé pour exercer ce métier a évolué, notamment en communication digitale.

Communication

De bac+2 à bac+5, formations courtes ou longues, à l’université ou en école… les cursus en communication sont nombreux, mais ne mènent pas tous aux mêmes métiers ni aux mêmes niveaux de qualification.

BTS et DUT* : vers une licence professionnelle

Le DUT (Diplôme Universitaire de Technologie) Information-communication, option Communication des organisations aborde tous les aspects de la communication interne ou externe, à travers des cours d’expression écrite et orale et de sciences humaines et sociales (sociologie, économie, théorie de l’information, linguistique et sémiologie, culture générale, ­culture numérique). Côté pratique professionnelle, les techniques d’enquête, la PAO (Publication Assistée sur Ordinateur), la sémiologie de l’image, etc. sont au programme de ce cursus.

Le BTS (Brevet de Technicien Supérieur) Communication comprend une trentaine d’heures de cours hebdomadaires : ­cultures de la communication, langue, management des entreprises, économie, droit, projet de communication, conseil et relation annonceurs, veille opérationnelle, relations commerciales. Le BTS, plus technique et pratique que le DUT, forme à la production et à la commercialisation de solutions de communication.

Après le BTS ou le DUT, il est possible de poursuivre en L3 Information-communication, ou en licence professionnelle Métiers de la communication.

Lire aussi : Êtes-vous fait(e) pour devenir chargé(e) de communication en collectivité locale ?

Licence Info-com : une formation pluridisciplinaire

La licence Information-communication pose les bases théoriques et méthodologiques en sciences de l’information et de la communication (sociologie de la communication, histoire de l’information et de la communication, économie et politique de la communication…). À ces disciplines s’ajoutent une langue vivante, des enseignements professionnels et de l’informatique. La mention est assortie de parcours différents selon les universités (culture et médias, librairie, création numérique, journalisme, communication et multimédia…).

Après la licence, une quarantaine d’universités dispensent un master en info-com dont certains sont proposées en alternance. Pour atteindre des postes stratégiques à responsabilités, il faut envisager un bac+5 de type master (IEP, Celsa...) ou des formations en école de commerce qui allient marketing et communication.

Les écoles spécialisées : de deux à cinq ans d’études

Des établissements privés forment aussi à la communication. L’Iscom, l’EFAP, à Paris, ou Audencia Sciences Com, à Nantes, sont régulièrement cités par les professionnels.

Ces écoles recrutent de bac à bac+3, pour des études de deux à trois ans qui débouchent sur la délivrance du diplôme propre à l’école. Les frais de scolarité sont variables, de 500 à plus de 20 000 euros (pour un Bachelor), mais sont le plus souvent compris entre 6 000 et 8 000 euros par an.

 


* Attention, réforme : à la rentrée 2021, le DUT deviendra un diplôme intermédiaire intégré dans le BUT (Bachelor Universitaire de Technologie) délivré en trois ans.


Zoom sur : marketing et communication

Inventer des stratégies de marque, proposer des expériences innovantes, piloter des projets à 360°… le marketing et la communication du XXIe siècle offrent de nombreux débouchés. Découvrez la jeune carrière déjà bien remplie de Laurent Font et le parcours de Ghézlene Mohand-Ame, encore étudiante, qui ont choisi l’ISEG, l’école innovante du digital, du marketing et de la communication.

 

Lire aussi : Candidature en école de communication : une lettre de motivation convaincante

Autres témoignages


Témoignage : En terminale ES, en 2013, que sont devenus Clémence, Anne, Arthur et compagnie ?

Témoignage : Rentrée décalée : Claudia, du droit à la communication

Retour aux études par secteur.

Autres témoignages