1. Examens
  2. Concours fonction publique
  3. Comment entrer dans une école de la fonction publique ? Sept élèves fonctionnaires racontent
  4. Julien, 25 ans, élève auditeur de justice à l'ENM

Julien, 25 ans, élève auditeur de justice à l'ENM

Envoyer cet article à un ami

Leur objectif : travailler dans la fonction publique comme conservateur, magistrat, ou encore inspecteur des impôts. Des métiers qui imposent de réussir des concours, puis de se former, sous le statut d’élèves fonctionnaires, dans des écoles tels que Normale Sup, les IRA, l’INP, l’ENM… Sept lauréats racontent leur parcours et livrent les clés pour suivre ces études rémunérées avec emploi garanti à la sortie.

“Préparer le concours de l’ENM est un travail de longue haleine”


Pris de passion pour le droit alors qu’il est en IEP (institut d’études politiques), Julien décroche le concours de l’École nationale de la magistrature de Bordeaux, où il apprend son futur métier de magistrat.

 
Julien, élève auditeur de justice à l'ENM - 2012


Son parcours

“Ayant échoué au concours d’entrée à Sciences po après mon bac L, je suis entré en prépa littéraire. J’ai réussi le concours l’année suivante et j’ai intégré l’IEP directement en deuxième année. Je me suis passionné pour le droit. J’ai donc préparé un master carrières judiciaires et juridiques pour devenir avocat ou magistrat. En janvier 2009, j’ai été reçu au concours de l’ENM [École nationale de la magistrature]. Diplômé depuis 6 mois, j’avais commencé un master en ressources humaines, en apprentissage.”
 


Le concours

“Les écrits ne m’ont pas posé de problème. Au-delà des connaissances, on nous demande d’avoir du recul, un esprit de synthèse et d’analyse, et Sciences po prépare bien à cela. Les oraux techniques étaient plus stressants car on tire un sujet et, 5 minutes après, on en parle devant un jury.”
 


Sa formation

“Elle débute, après 2 semaines de cours, par un stage d’une semaine dans un tribunal, suivi d’un stage de 5 mois dans un cabinet d’avocats. Nous revenons ensuite à l’école pendant 7 mois pour découvrir les facettes du métier. Nous apprenons à présider une audience, à rédiger des jugements. Nous suivons aussi des cours de psychologie, de déontologie, etc., puis nous retournons en stage pendant 10 mois dans différents services : parquet, instruction, audience correctionnelle, tribunal pour enfants, etc.

Cette alternance cours/stages dure 2 ans et demi jusqu’à la prestation de serment. Nous passons aussi des épreuves débouchant sur un classement pour le choix de notre premier poste.”
Sa rémunération nette pendant la formation : 1.350 € par mois.


Son conseil

Il ne faut pas préparer le concours au dernier moment, c’est un travail de longue haleine qui nécessite des connaissances et une réflexion globale sur la justice. Il ne faut pas être magistrat juste parce qu’on aime le droit, c’est surtout un métier humain. Un magistrat côtoie des gens de tous horizons qui vivent des situations compliquées. Il découvre une réalité qu’il ne connaissait pas et doit réfléchir en permanence pour prendre des décisions difficiles, à la fois acteur et spectateur.”

 

Pour aller plus loin : Travailler dans la fonction publique : comment ils sont devenus cadres à 25 ans / Jeunes, dynamiques et fonctionnaires / Et si vous visiez la fonction publique ? / Tout ce qu'il faut savoir sur les concours de la fonction publique / Fonction publique : halte aux idées reçues !

Sommaire du dossier
Retour au dossier Christelle, 25 ans, élève conservateur à l'ENSSIB Thibaut 23 ans, élève normalien à l’ENS Ulm Alice, 24 ans, élève ingénieure des Ponts, eaux et forêts à l'ENGREF Paris Julien, 25 ans, élève auditeur de justice à l'ENM Astrid, 25 ans, élève attachée des IRA à Lille Florent, 26 ans, élève conservateur du patrimoine à l'INP Charly, 25 ans, à l’ENFiP Lyon