1. 10 questions sur les pépinières d'entreprises

10 questions sur les pépinières d'entreprises

Envoyer cet article à un ami
Difficile de s’offrir de vrais bureaux quand on vient de créer son entreprise ! La plupart des jeunes entrepreneurs doivent souvent se contenter d’un coin de table entre le micro-ondes et le clic-clac pour partir à la conquête du monde…. D’où l’intérêt des pépinières d’entreprises, qui proposent des surfaces variables adaptables aux besoins des jeunes entreprises.

alain lambert pepiniere entreprisesComment fonctionnent ces structures ? Qui peut y entrer et comment ? Combien cela coûte-t-il ? Réponses et conseils avec Alain Lambert, directeur de la pépinière Paris Soleillet, qui accueille une cinquantaine d’entreprises dans le XXe arrondissement de Paris.

Comment ça marche une pépinière ?

"On peut créer son entreprise dans son salon ou sa chambre à coucher, mais ça devient vite difficile quand l’affaire se développe", explique Alain Lambert, le directeur de la pépinière Paris Soleillet. Chez soi, impossible de recevoir des clients, et les adresses type « Résidence des oiseaux » ou « Cité des poètes » ne sont pas très crédibles sur une carte de visite professionnelle. "Mais il est difficile de trouver une petite surface de bureau à Paris ou dans les grandes villes : elles sont rares et chères. Et quand l’entreprise recrute, s’agrandit, il faut déménager, changer d’adresse et de numéro de téléphone… D’où l’intérêt des pépinières d’entreprises et leur principe de fonctionnement très simple : elles proposent à leurs locataires des bureaux, vides ou meublés, pour une durée limitée, de 2 à 4 ans. L’hébergement s’accompagne d’un conseil "au long cours", pendant toute la durée de l’hébergement, sur la gestion et le développement de l’entreprise". Du cocooning spécial entrepreneurs, en quelque sorte.

Les loyers sont-ils élevés ?

En pépinière, on peut recevoir correctement ses clients dans des salles de réunion qu’il suffit de réserver, on a une "vraie" adresse professionnelle qui peut aider à asseoir la crédibilité (et à distinguer vie privée et travail). Mais ces services ne sont pas gratuits, même si les loyers demandés par les bailleurs (municipalités, chambres de commerce, régions) sont généralement moins élevés que ceux du marché. "Mais nous ne bradons pas nos mètres carrés, prévient Alain Lambert. Une entreprise viable doit être capable de faire face à ses charges foncières".

pepiniere entreprises soleilletÀ Soleillet, le loyer est de 300 €/m2 par an, charges comprises – un loyer assez proche des prix du marché parisien, mais l’intérêt d’une pépinière est de proposer de petites surfaces, à partir de 10m2, souvent difficile à trouver. "Les entrepreneurs hébergés ici paient 25 € du m2 par mois, ce qui fait un loyer de 250 € pour 10m2". Pas cher pour un vrai bureau, et plein d’autres avantages…

Les bureaux sont-ils meublés ?

L’offre est très variable suivant les pépinières : depuis le "pack" complet (qui comprend meubles, équipement techniques {ordinateurs, téléphones, fax…}, standard, électricité...) à la simple mise à disposition d'une surface. A Solleillet, l’ameublement est sommaire, ce sont les entrepreneurs qui apportent ce dont ils ont besoin pour travailler efficacement – certains poussent le besoin de confort jusqu’à mettre du parquet sur la moquette qui habille les lieux. Ce sont aussi les chefs d’entreprise qui contractent directement avec les compagnies d’électricité et de téléphone – mais les lignes sont évidemment déjà installées.

Quel est l’intérêt d’être hébergé en pépinière ?

Un coup de blues, une commande qui s’annule, un problème de gestion ou plus simplement d’imprimante ? Il suffit d’aller taper à la porte d’à côté. Au delà de la mise à disposition de locaux, le premier intérêt de la pépinière est de rompre la solitude du créateur d’entreprise. Beaucoup de pépinières sont construites comme de grands hôtels à coursives réunies autour d’un atrium. La cafétéria y est souvent le cœur battant : autour d’un café se tissent les réseaux professionnels si importants pour assurer le développement d’une entreprise.

Les pépinières organisent-elles des rencontres entre créateurs d’entreprises ?

"Nous offrons bien plus que la possibilité de rencontres informelles, souligne Alain Lambert. Régulièrement, nous organisons des rencontres thématiques entre entrepreneurs, avec des intervenants extérieurs, représentants de banques, de Pôle emploi, de cabinets spécialisés en ressources humaines". Les créateurs d’entreprise apprécient souvent ces moments de mise en commun des expériences, bonnes ou mauvaises.

Est-il possible de bénéficier d’un accompagnement et de conseils ?

A Solleilet, comme dans la plupart des pépinières soutenues par des CCI (Chambres de commerce et d'industrie), c’est obligatoire. Tous les trimestres, le créateur rencontre le conseiller qui le suit depuis son entrée et fait le point sur les problèmes rencontrés ou à venir. Un atout de plus pour assurer un développement harmonieux à son entreprise.

Combien de temps est-il possible de rester dans une pépinière ?

Le premier contrat dure le plus souvent de 2 à 3 ans. Ensuite, les règles varient : certaines pépinières acceptent de renouveler deux fois ce premier bail, d’autres non. Il faut alors voler de ses propres ailes. La CCIP (Chambre de commerce et d'industrie de Paris), qui possède la pépinière Soleillet, propose à ses entrepreneurs devenus grands de rejoindre son hôtel d’entreprise : principal avantage, il est à la même adresse que la pépinière.

Faut-il déménager quand on a besoin de plus d'espace ?

Ce n’est pas toujours nécessaire puisque la plupart des pépinières proposent des surfaces variées – 50 bureaux de 9 à 100 m2 à Soleillet, par exemple. "Quand une entreprise se développe, elle a généralement besoin de plus de place, explique Alain Lambert. Ici c’est possible sans avoir à changer d’adresse, ni de numéro de téléphone".

Comment entrer dans une pépinière ?

Pour être éligible, il faut être une jeune entreprise, c’est à dire, la plupart du temps, avoir moins de 2 ans d’existence. Certaines pépinières sont généralistes, d'autres sont spécialisées dans un domaine, une technologie, un type de clientèle. Paris Soleillet est une pépinière généraliste mais accueille prioritairement des entreprises qui font du "B to B", c’est à dire qu'elles proposent des services aux entreprises (informatique, communication, vidéo, ressources humaines, etc). "Chez nous, les conseillers qui reçoivent les jeunes entrepreneurs examinent la viabilité de l’entreprise, l’adéquation entre l’individu, ses compétences, son expérience, et son projet. Il faut fournir un business plan sur 3 ans – le conseiller peut aider à le monter si besoin. Le dossier est ensuite proposé à un comité d’agrément qui se réunit une fois par mois. Le ou les porteurs du projet doivent alors assurer une présentation par PowerPoint de leur entreprise. Comme le conseiller a bien préparé le dossier avec chaque candidat, en général, ça passe sans problème !". En 2009, la pépinière Soleillet a accepté 25 dossiers sur 30 reçus.

Et après ?

Il y a peu d’exemples d’échecs à Soleillet, comme dans la plupart des pépinières qui mixent hébergement et accompagnement : "Quand ça arrive, c’est souvent un problème d’entente entre des associés", constate Alain Lambert. Et de conclure avec fierté : "En 20 ans d’existence, très rares ont été les dépôts de bilan et liquidation d'entreprises".

Sandrine Chesnel
26 août 2010

A qui s'adresser ? Vous cherchez une pépinière susceptible de vous accueillir ? Adressez-vous en priorité à la chambre de commerce et d'industrie de votre lieu de résidence, ou à la chambre de métiers et d'artisanat (rubrique Espace créateurs). Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de votre mairie. Certains conseils généraux et régionaux proposent aussi des formules d'hébergement intéressantes aux porteurs de projets. Enfin, vous pourrez aussi trouver davantage d'informations sur le site de l'Agence pour la création d'entreprise.