1. Cet étudiant coorganise le premier "Startup Weekend" de l'éducation
Portrait

Cet étudiant coorganise le premier "Startup Weekend" de l'éducation

Envoyer cet article à un ami
Anthony, 22 ans, étudiant à l'ESSCA, coorganise à Lyon un concours de création de start-up sur le thème de l'éducation. // © Photo fournie par le témoin
Anthony, 22 ans, étudiant à l'ESSCA, coorganise à Lyon un concours de création de start-up sur le thème de l'éducation. // © Photo fournie par le témoin

Du 1er au 3 avril 2016, Anthony Gonnet coorganise le premier Startup Weekend Education Lyon. Pour cet étudiant en école de commerce de 22 ans, participer à la mise en œuvre de ce concours de création d'entreprise est l'opportunité de vivre une expérience entrepreneuriale et de se constituer un réseau.

"Charlemagne a inventé l'école. À vous d'imaginer la suite !" Telle est l'accroche qu'ont trouvée les étudiants lyonnais organisateurs du premier "Startup Weekend" français dédié à l'éducation. Le concours se déroulera du 1er au 3 avril 2016, à Villeurbanne. 

"Startup Weekend", qu'est-ce que c'est ? Cette organisation internationale promeut l’entrepreneuriat à travers le monde par l’organisation de week-ends éponymes dédiés. Ces concours de créations d'entreprises ont été inventés par Techstars, un accélérateur de start-up, et sont soutenus par Google for Entrepreneurs, une branche de Google. Plus de 1.000 week-ends ont déjà eu lieu dans près de 500 villes à travers le monde.

54 heures pour créer une start-up

"Il s'agit de passer d'une idée à un projet de start-up en 54 heures, soit du vendredi au dimanche", définit Anthony, 22 ans, étudiant en alternance à l'Essca, une grande école de commerce. Il y prépare un MBA (Master of Business Administration). En parallèle, il travaille comme vendeur conseiller technique au sein de l'entreprise Saint-Gobain.

Le vendredi après-midi, les porteurs de projets "pitchent" leurs idées à l'oral pour convaincre l’auditoire de rejoindre leur équipe. Au terme du week-end, un jury de 7 professionnels détermine les 3 meilleurs projets à récompenser.

"Une fusée pour faire décoller son projet"

Anthony a lui-même concouru à l'une de ces compétitions en 2015. "J'ai participé à un Startup Weekend en novembre 2015. Avec mon équipe, nous avons fini troisièmes." Anthony a poursuivi l'aventure et retravaillé son projet de découverte de villes avec des experts d'un géant du numérique – Microsoft – qui lui ont prodigué leurs conseils. "Le Startup Weekend a été une fusée qui a fait décoller et connaître notre projet : en participant à ce type d'événement un jeune peut se créer un réseau". Ainsi, de contact en contact, Anthony a pu améliorer son prototype d'écran.

Organisateur après participant

Après avoir été participant (une condition pour être organisateur), Anthony a voulu à son tour se lancer dans la création d'un concours avec d'autres étudiants du pôle Ynov. Celui-ci regroupe 7 écoles du numérique. Autour d'Anthony, Tristan, Charles-Antoine (2 élèves ingénieurs de CPE, l'École supérieure de chimie physique électronique de Lyon qui accueille le concours) et 7 autres étudiants se sont activés pour mettre sur pied l'événement organisé à Villeurbanne sur le thème de l'éducation. "Avec les nouvelles technologies existantes, les modes de transmission des savoirs ne sont plus adaptés. Il faut imaginer de nouvelles manières d'enseigner, plus coopératives et plus créatives", justifie-t-il.

4 mois de travail

"Organiser un événement à partir de rien est un sacré challenge pour nous !" constate Anthony. Durant 4 mois, lui et son équipe ont travaillé pour prospecter les sponsors, recruter les coachs chargés de conseiller les équipes pour améliorer leur projet, constituer le jury... Google for Entrepreneurs fournit une aide à travers un réseau de contacts et de "facilitateurs" dans chaque ville ainsi qu'une "bible" de conseils. Mais au final, c'est bien aux jeunes de se débrouiller pour mettre sur pied la manifestation. 

90 participants à choyer

"Logistique, trésorerie, communication… Nous nous sommes constitués en pôles pour nous répartir l'organisation de l'événement, explique Anthony. La logistique n'est pas le moindre des soucis car nous devons assurer les repas de la soixantaine de participants durant 3 jours ! Heureusement, nous avons prévu des food trucks", sourit-il. Un détail la nourriture ? Pas du tout ! Le guide fourni aux étudiants pour réussir leur Startup Weekend y consacre un chapitre entier, depuis le choix des aliments jusqu'à la gestion des déchets. Au total, 90 étudiants, professeurs, ingénieurs, designers et développeurs étaient attendus au concours.