1. L’expertise comptable nouvelle génération : les choses à savoir
Partenariat

L’expertise comptable nouvelle génération : les choses à savoir

Envoyer cet article à un ami
 // © Adobe Stock
// © Adobe Stock

Si vous pensiez que l’expertise comptable consistait à vérifier des colonnes de chiffres, vous allez être surpris(e) ! Choisir ce métier, c’est se consacrer à une activité étonnante et pluridisciplinaire, qui se décline dans tous les secteurs et offre nombre de débouchés.

Personnage-clé de la vie des entreprises, l’expert(e)-comptable est un(e) professionnel(le) polyvalent(e) dont le rôle et l’influence pèsent fortement sur l’activité économique. Ses missions s’étendent à des services à haute valeur ajoutée, qu’il/elle prodigue au sein de cabinets de plus en plus digitalisés, capables d’intervenir en temps réel. Revue de détail ici !

L’expert(e)-comptable : un(e) copilote dans l’avion


Le quotidien d’un(e) expert(e)-comptable est bien loin d’une vallée de solitude entourée de montagnes de registres. Au cœur de son activité, on trouve le conseil aux entrepreneurs, à tous les stades du développement de leur structure.
L’expert(e)-comptable aide les créateurs d’entreprise à analyser les tendances, la concurrence et l’évolution du marché, à construire le bon modèle économique ou encore à lever des fonds. Il/elle conseille les chefs d’entreprise dans leurs décisions sociales, fiscales et juridiques tout en dressant les bilans.

À cette fin, outre ses connaissances techniques pointues, il/elle établit une veille rigoureuse sur les évolutions des exigences réglementaires et travaille en collaboration avec un réseau de professionnels : avocats, notaires, banquiers, assureurs…

En matière d’outils, la calculette a été remisée au fond de l’armoire avec le Minitel. La révolution numérique transforme profondément le métier. Logiciels et algorithmes déchargent les cabinets des tâches de comptabilité chronophages. À la clé, la possibilité d’aider à concevoir des outils de pilotage dédiés et performants pour répondre en temps réel aux besoins des clients.

L’expert(e) sur qui compter dans tous les secteurs

L’expert(e)-comptable intervient dans tous types d’entreprises et de structures, pour tous les secteurs d’activité. Conseils pour la gestion du patrimoine d’un artisan coiffeur ou d’une artiste, tenue de la comptabilité d’une association, stratégie d’optimisation fiscale pour une PME, conseil en développement pour un cabinet de consultants… Il/elle est aussi nécessaire dans la filière agricole qu’au sein d’un groupe bancaire ou chez un constructeur automobile !
Certain(e)s lâcheront tailleur ou costume-cravate et arboreront une tenue plus décontractée lors de séances de travail dans un café avec des fondateurs de start-up. D’autres pourront se spécialiser dans une clientèle de commerçants ou de professions libérales. Avec 2 millions d’entreprises clientes, le choix est large !

We want you

L’expertise comptable a besoin de jeunes talents et recrute en nombre ! Le métier recherche notamment des candidats dans les domaines du conseil au dirigeant, du développement à l’international, du financement, des ressources humaines, des systèmes d’information. Pour pratiquer, deux options s’offrent à vous : soit au sein de votre propre cabinet ou comme associé-e d'un cabinet existant.
Il est possible de s’installer à son compte dès l’obtention du diplôme d’expertise comptable, une fois inscrit(e) au Tableau de l’ordre des experts-comptables.

Découvrez les offres proposées sur la plateforme d'emplois de l'ordre : https://hubemploi.fr/

Quelle filière pour se former ?
Pour devenir expert(e)-comptable, il vous faut entreprendre un parcours de 5 années d’études suivies d’un stage de 3 ans comme collaborateur(trice) de cabinet. S’il est préférable d’aimer manier et analyser les chiffres, nul besoin d’être un(e) as des maths !

Première étape : bac + 3
La voie dite « classique » consiste à obtenir un DCG (diplôme de comptabilité et de gestion), de niveau licence/bac + 3, dans l’une des 230 écoles spécialisées, publiques ou privées, y compris en apprentissage pour certaines d’entre elles.
Un BTS CGO (comptabilité et gestion des organisations), un DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations), certaines licences et licences professionnelles à la fac vous permettront de rebondir vers le DCG en obtenant plusieurs dispenses d’épreuves.

Deuxième étape : bac + 5
Après le DCG, le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion), de niveau master/ bac + 5, se prépare en 2 ans dans quelque 100 établissements en France. Certains masters (notamment le master CCA) ainsi que des diplômes de grandes écoles peuvent vous permettre d’obtenir un certain nombre de dispenses.

Troisième étape : le DEC
Ultime étape, le DEC (diplôme d’expertise comptable) clôture le stage en cabinet d’une durée de 3 ans.