1. Quel avenir pour les métiers de l’immobilier?
Témoignage

Quel avenir pour les métiers de l’immobilier?

Envoyer cet article à un ami

Tous les métiers du secteur ne sont pas touchés de la même façon par la crise. Ainsi, l’administration de biens, le syndic de copropriétés et l’immobilier d’entreprise recrutent !

Valérie Blondin"Deux Français sur trois rêvent de posséder leur propre maison"

Valérie Blondin, responsable de la licence professionnelle conseiller commercial en maisons individuelles, IUT de Marne-la-Vallée

"Maisons Phénix, Castor, France Confort... malgré la crise, les constructeurs s'arrachent nos jeunes diplômés et leur proposent des salaires nets d'environ 2.500 €, variable comprise. Si l'immobilier neuf a chuté l'an passé, ce n'est pas parce que les clients ne veulent plus acheter : deux Français sur trois rêvent d'une maison individuelle avec jardin. La raison tient plutôt à la frilosité des banques, qui rechignent à consentir des prêts. Résultat : nous allons faire évoluer la licence pro, et nos commerciaux, à l'avenir, seront davantage formés au conseil en produits bancaires afin de mieux aider les clients à monter leur dossier. Beaucoup d'élèves ont un BTS professions immobilières ou techniques de commercialisation. Pour travailler chez un constructeur, il faut savoir vendre, c'est-à-dire aider le client à choisir sa maison, puis le rassurer sur l'avancée du chantier. Faire construire une maison est un projet important et les clients sont très inquiets. C'est une profession où l'on est très autonome, beaucoup plus que dans une agence de transaction "classique". Avec les départs en retraite des seniors, il y a pas mal de débouchés."

 

Hélène Peraldi-Rolland"On accueille les jeunes formés au e-marketing"

Hélène Peraldi-Rolland, en charge de la commission formation de l'Unis (Union des syndicats de l'immobilier)

"La crise touche les agences qui ne font que de la transaction (achat-vente de biens), mais pas celles qui font de l'administration de biens (gestion locative), du syndic de copropriétés (gestion des parties communes) ou de l'immobilier d'entreprise. Les CQP [certificats de qualification professionnelle] négociateur immobilier, gestion de biens, et assistant commercial et administratif, en deux ans après le bac, sont bien adaptés à la demande des recruteurs, comme les BTS techniques de commercialisation ou professions immobilières, et les nombreuses licences pro du secteur. L'alternance est aussi très appréciée. Enfin, les recruteurs accueillent à bras ouverts les jeunes formés au e-marketing et au e-commerce, qui révolutionnent le secteur des PME. À signaler, la percée des métiers liés au développement durable. Et soyons positifs : le secteur de la transaction devrait repartir d'ici à 2015. "

 

Pascal Maury"L'asset management et le property management vont recruter en 2013"

Pascal Maury, Directeur des ressources humaines de BNP Paribas Real Estate

"Nous recrutons près de 140 jeunes diplômés chaque année. La moitié des postes, ouverts aux profils commerciaux type master 2 ou école de commerce, concerne la transaction immobilière. Vient ensuite l'asset management (achat et vente de biens immobiliers), avec des postes de chargés d'arbitrage ou d'investissement, destinés aux jeunes issus d'une formation en finance (Dauphine, ESCP Europe...). Ils représentent 25% des embauches de juniors.

Le troisième secteur regroupe les fonctions supports : juridique, contrôle de gestion, ressources humaines, expertise et conseil. Il est possible d'y accéder avec un bac+2/3. En 2013, nous proposons aussi 55 postes en alternance et 145 stages longs. Ceux-ci sont destinés, pour moitié, à des élèves en fin de cursus (M1 ou M2, écoles de commerce ou d'ingénieurs) spécialisés en asset management ou promotion immobilière. L'autre moitié concerne des élèves de BTS, DUT ou licence pro spécialisés en property management (administration de biens, gestion d'immeubles...). Avec l'asset management, le property management va recruter en 2013 : nous allons accroître la surface de nos biens en France et à l'étranger, ce qui va nécessiter des embauches."