1. Ces deux étudiants sont champions du monde de danse sur glace
Portrait

Ces deux étudiants sont champions du monde de danse sur glace

Envoyer cet article à un ami
C'est grâce à leur programme libre, exécuté sur le concerto n° 23 de Mozart, que Gabriella et Guillaume ont remporté leur titre de champions du monde à Shangai. // © Jerzy Bukajlo
C'est grâce à leur programme libre, exécuté sur le concerto n° 23 de Mozart, que Gabriella et Guillaume ont remporté leur titre de champions du monde à Shangai. // © Jerzy Bukajlo

Les Français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, 19 et 20 ans, sont devenus les champions du monde de danse sur glace fin mars 2015. Les plus jeunes depuis quarante-neuf ans ! Hors des patinoires, le duo tente de combiner sport de haut niveau et études supérieures, ce qui s'avère parfois périlleux…

Champions du monde ! Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, 19 et 20 ans, sont montés sur la plus haute marche du podium en danse sur glace, à Shanghai, fin mars 2015. Deux mois plus tôt, ils avaient décroché le titre européen. Quand ils ne chaussent pas les patins, Gabriella et Guillaume étudient les lettres modernes pour l'une, le marketing et le management pour l'autre.

Des études à distance

Expatriés depuis l'été 2014 à Montréal, au Canada, où ils s'entraînent, les patineurs ont opté pour une formation à distance. Avec leur rythme de travail, concilier la compétition au plus haut niveau et les études n'est pas une mince affaire. "Après six heures de sport, on n'a pas le courage de sortir les bouquins", avoue Guillaume, qui suit par correspondance le Bachelor management et commerce du CESNI (Centre d'études des sportifs nationaux et internationaux) de Chambéry (73).

Étudiante en première année de lettres modernes à Caen (14), Gabriella s'accroche pour suivre sa licence à distance. "Ce qui manque le plus, c'est l'interaction avec les professeurs", regrette la jeune femme.

Happés par la glace

Au lycée, pour cette bonne élève, le bac était "aussi important" que les patins. Soutenus par leurs parents dans leur double projet, les champions ont ensuite été happés par la glace. "Ce qui me motive maintenant, ce n'est plus tant le diplôme que d'apprendre des choses qui m'inspirent", analyse Guillaume, qui a suivi la classe préparatoire de l'école des Beaux-Arts à Lyon (69), avant de s'orienter vers le marketing.

"La carrière, c'est maintenant. Mes études, je peux les reprendre plus tard", relativise Gabriella. En attendant d'être diplômés, les patineurs collectionnent les bonnes notes sur glace.