1. Métiers
  2. Métiers - Portraits de pros
  3. Cet étudiant est champion du monde de handball
Portrait

Cet étudiant est champion du monde de handball

Envoyer cet article à un ami
Melvyn Richardson, 18 ans, sur les traces de son père, le mythique Jackson Richardson. // © S. Pillaud/IHF
Melvyn Richardson, 18 ans, sur les traces de son père, le mythique Jackson Richardson. // © S. Pillaud/IHF

LES JEUNES ONT DE L'AVENIR ! À 18 ans, Melvyn Richardson est étudiant, mais aussi champion d’Europe et champion du monde de handball avec l’Équipe de France des moins de 19 ans. Depuis son plus jeune âge, sa scolarité pour sportifs lui a permis de suivre à la fois sa carrière de handballeur et ses études.

Champion d'Europe en 2014, champion du monde en 2015, meilleur joueur du Mondial des moins de 19 ans... Depuis 1 an, tout sourit à Melvyn Richardson.

Âgé de 18 ans, cet espoir du handball français a appris très jeune à jongler entre les cours à l'école, les entraînements, les tournois et... les loisirs, lorsqu'il lui reste du temps. Fils de Jackson Richardson – handballeur professionnel mythique, ancien capitaine de l'Équipe de France, recordman du nombre de sélections et double champion du monde –, Melvyn teste plusieurs disciplines avant de tenter le hand, à l'âge de 8 ans. "Lors du premier entraînement, l'ambiance m'a plu, raconte l'arrière-droit. J'ai rencontré une vraie bande de potes, qui est restée. Du coup, j'ai continué."

Une scolarité à horaires aménagés dès le collège

Entré au collège avec 1 an d'avance, Melvyn intègre la section sportive handball du collège George-Sand à La Motte-Servolex (73). Au menu, des horaires aménagés et 3 entraînements par semaine. Le jeune homme réussit à gérer le rythme, jusqu'au lycée. "En première, il fallait fournir plus de travail et, avec le sport, ça devenait épuisant." Matheux, Melvyn choisit la voie scientifique mais hésite sur son orientation. "Après le bac, j'ai intégré le centre de formation du Chambéry Savoie Handball et je devais donc suivre un cursus aménagé." Le jeune handballeur opte pour le DUT techniques de commercialisation sport-études du CESNI (Centre d'études des sportifs nationaux et internationaux) de Chambéry (73). "Je ne connaissais pas le commerce mais ça m'a beaucoup plu."

Dans ce cursus pour sportifs, Melvyn bénéficie toujours d'horaires aménagés. Mais, en mars 2015, il devient handballeur professionnel et ses plans changent.

Un bachelor en e-learning

"Avec les entraînements le matin, le soir, les déplacements, la récupération et la fatigue, ça ne laisse plus le temps de suivre les cours", réalise-t-il. Problème : son DUT n'est pas ouvert à l'enseignement à distance. Melvyn se réoriente alors vers un bachelor en e-learning. Pour Melvyn et ses parents, il est important de ne pas lâcher les études. "Avec sa mère, on lui a conseillé de profiter maintenant de l'opportunité d'étudier", explique son père, Jackson Richardson, qui, devenu entraîneur, se sert de son vécu pour aiguiller son fils. "Si j'en avais eu l'opportunité, j'aurais passé mes diplômes d'entraîneur avant d'arrêter", avoue-t-il. Melvyn, quant à lui, se voit bien exercer "un métier autour du sport", peut-être un poste "au sein d'un club ou dans le management".

"Cela demande des sacrifices"

Tandis que sa carrière prend un tournant cette année, le jeune handballeur jongle toujours entre ses études et sa mission d'arrière-droit au club de Chambéry. "Quand on est jeune, on aimerait sortir, faire la fête et profiter de la vie. Nous, au contraire, on est concentrés sur les compétitions, on sort moins, on voit moins nos amis et notre famille. Cela demande des sacrifices."

Mais le champion du monde est aussi conscient de la chance qu'il a eue d'avoir pu continuer ses études tout en faisant évoluer sa carrière. "En étant dans le monde du sport tout en poursuivant ses études, on voyage, on participe à des compétitions, on fait de nouvelles rencontres. On est encore à l'école mais on découvre le monde professionnel. Ce sont des expériences uniques."

Pour aller plus loin : 100 jeunes qui font parler d’eux (11/11) : les sportifs / Jeunes sportifs : les facs américaines vous veulent ! / Erik Boisse, sportif de haut niveau et étudiant à l’ESCP Europe / Passionné(e) de sport, et pourquoi pas y faire carrière ?