1. Au collège, mes notes sont en chute libre : 5 réflexes pour remonter la pente
Coaching

Au collège, mes notes sont en chute libre : 5 réflexes pour remonter la pente

Envoyer cet article à un ami
Vos notes chutent, manque de travail ou de concentration ? // © PlainPicture / Westend61
Vos notes chutent, manque de travail ou de concentration ? // © PlainPicture / Westend61

L’année n’avait pourtant pas trop mal commencé. Certes, vous n’étiez pas le premier mais vos résultats se tenaient. Mais depuis quelques semaines, vos notes sont en chute libre… Voici quelques conseils pour vous aider à redresser la barre et finir l’année en beauté !

"La première chose à faire quand les notes baissent, c'est d'essayer de comprendre pourquoi !", explique Lakdar Khlifi, professeur de mathématiques au collège le-Landry à Rennes (35). Manque de concentration, difficultés de méthode, d'apprentissage, travail trop superficiel, mauvaise compréhension des cours... les raisons ne manquent pas pour expliquer la baisse de vos résultats.

#1 - Revoyez votre méthode de travail

Si vos résultats ne sont pas à la hauteur de vos espérances, alors même que vous avez l'impression de ne pas moins travailler qu'avant, il faut certainement vous pencher sur votre méthode de travail.

Vous passez beaucoup de temps derrière votre bureau ? Oui, mais combien à travailler réellement, sans rêvasser ou penser à autre chose ? Pour avoir toutes les chances d'être efficace, Marie-Noëlle Bacquet, professeure d'histoire-géographie au collège Jean-Moulin à Chaville (92), conseille à ses élèves de ne pas se mettre au travail sitôt rentrés du collège. "Il faut un moment de décompression entre la fin des cours et le travail personnel, recommande-t-elle. L'idée c'est que lorsque l'élève s'installe derrière son bureau, c'est pour travailler et rien d'autre."

Aussi, à chaque fois que vous ressentez un relâchement de votre attention, que vous avez tendance à penser à autre chose, accordez-vous un moment de détente. Sortez de votre chambre, allez boire un verre d'eau par exemple. "Entre 12 et 15 ans, il est difficile de rester concentré plus de 20 minutes consécutives", confirme Michel Alfré, médecin généraliste à Paris. D'où l'importance de faire des pauses régulières.

#2 - Passez plus de temps sur vos devoirs

Au-delà de votre méthodologie, peut-être faut-il aussi "creuser" du côté de la quantité de travail fourni. Certes, vous faites vos devoirs et révisez quand il y a une interrogation, mais vous ne maîtrisez pas vos cours pour autant. Apprendre une leçon, ce n'est pas seulement la lire. La mémorisation exige un véritable effort. D'abord de compréhension, "or trop d'élèves apprennent sans vraiment comprendre", déplore Marie-Noëlle Bacquet. Puis de répétition. Pour bien retenir une leçon, il faut l'avoir vue plusieurs fois.

D'où la nécessité de travailler régulièrement. "Idéalement, un élève doit revoir, à la fin de la journée, le travail effectué dans chaque discipline afin de bien se fixer les idées, quitte à demander des précisions le lendemain à son professeur si des notions n'ont pas été comprises", conseille Lakdar Khlifi.

Évitez également de faire vos exercices "à la va-vite", sur un coin de bureau ou de 12 heures à 14 heures au fond du préau, parfois en louchant sur le cahier de votre copain. Certes, le travail est fait et vous évitez ainsi une remarque de votre professeur, voire une heure de retenue pour travail non fait, mais cela ne sert strictement à rien en termes d'apprentissage. L'enseignant de mathématiques insiste sur "l'importance de bien relire la leçon, de s'assurer qu'elle a été comprise avant de se lancer dans la résolution des exercices". Même son de cloche en histoire-géographie. Pour Marie-Noëlle Bacquet, "le travail écrit ne peut se faire qu'après l'apprentissage de la leçon". Il faut travailler très régulièrement et apprendre à apprendre.

La veille du contrôle, demandez à quelqu'un de votre entourage de vous interroger. Excellent moyen pour vous forcer à apprendre vraiment et vérifier que vous avez bien compris et, ainsi, mettre toutes les chances de votre côté.

Au fil de votre scolarité, les notions abordées sont plus nombreuses et complexes. Les maîtriser suppose un investissement plus important de votre part. "On ne leur demande pas de se transformer en bourreaux de travail, mais de consacrer plus d'un quart d'heure chaque soir au travail scolaire : cela suffisait peut-être à l'école élémentaire mais certainement pas au collège !", confirme Lakdar Khlifi.

#3 - Soyez attentif aux consignes lors des contrôles

Pour certains, c'est surtout au moment des interrogations en cours que le bât blesse. Vous avez travaillé, appris votre cours, refait les exercices avant le contrôle, fait des fiches. Vous pensiez avoir réussi, mais... vous restez bloqué autour de 8-9 sur 20. Que s'est-il passé ?

"Souvent, il s'agit d'une mauvaise lecture des consignes, avance Géraldine Gonzales, professeure de lettres au collège Liberté de Chevilly-Larue (94). L'élève sait son cours, il l'a compris mais ne prend pas le temps de lire attentivement les questions posées. Il répond donc à côté ou de façon incomplète".

Comment bien lire les consignes ? Commencez par lire toutes les questions d'un exercice. Puis, avant de répondre à chacune d'entre elles, assurez-vous que vous en comprenez chaque terme. Dans votre tête, posez-vous la question suivante : "Qu'est-ce que l'on me demande vraiment ?" N'hésitez pas à reformuler la question avec votre propre vocabulaire. Ce n'est pas du temps perdu, au contraire. "Trop d'élèves se précipitent pour répondre aux questions sans les lire vraiment, regrette l'enseignante de français, d'où des réponses hors sujet ou incomplètes".

#4 - Demandez conseil à vos enseignants

Si malgré votre travail et votre maîtrise du cours, vous avez quand même "une sale note", le meilleur conseil est de bien écouter la correction. Vous avez sans doute un sentiment d'injustice et l'envie de mettre votre copie en boule au fond de votre sac ne manque pas... Pourtant, il faut essayer de comprendre ce qui s'est passé. Écoutez bien la correction, elle est souvent riche d'enseignements. Si à l'issue de celle-ci, vous êtes toujours autant dans le brouillard, parlez-en à votre professeur. Faites-lui part de votre désarroi. "On apprécie toujours les élèves qui ne s'arrêtent pas à la note et qui essaient de comprendre pourquoi cela n'a pas fonctionné. Ce n'est que si l'on comprend ses erreurs que l'on peut progresser", assure Marie-Noëlle Bacquet.

Sachez aussi que certains professeurs notent plus sévèrement que d'autres : ils sont plus exigeants ou plus sévères. "Pour ces enseignants, mettre de très bonnes notes signifie que l'élève n'a plus de marge de progression. Et, à l'inverse, mettre une note correcte à un élève qui ne travaille pas beaucoup, ce serait l'encourager à ne pas en faire davantage", explique Julie Clot, principale au collège Les Martinets à Rueil-Malmaison (92).

Dans ce cas-là, que faire ? Le mieux est de prendre du recul par rapport à la note, d'autant que l'on sait qu'en matière de notation, les disparités entre enseignants sont nombreuses. Plus qu'aux notes, intéressez-vous à leur progression depuis le début de l'année. Ont-elles tendance à augmenter ou à baisser ? Assurez-vous que vous répondez bien aux attentes de l'enseignant et n'hésitez pas à aller lui parler, mais en restant constructif. Ne remettez jamais en question l'enseignant. Demandez-lui simplement qu'il vous explique les raisons pour lesquelles il vous a mis si peu de points à une question, alors même qu'au regard de la correction vous avez l'impression d'y avoir répondu correctement.

#5 - Attention à la fatigue !

La baisse de vos notes peut également s'expliquer par la fatigue. Vous grandissez et n'avez pas forcément envie de vous coucher à la même heure que vos petits frères et sœurs. Pourtant, "le manque de sommeil nuit gravement à la concentration et à l'apprentissage", met en garde le docteur Alfré. D'où l'importance de se coucher tôt à une distance raisonnable de tout écran. Exit téléphone portable et tablette sous l'oreiller...

Enfin, si vous travaillez régulièrement et suffisamment, dites-vous bien que vos efforts finiront par payer à condition, toutefois, de ne pas vous décourager. Et ce n'est pas parce que votre voisin de classe ne fait pas grand-chose et aligne les bonnes notes, que vous devez l'imiter. Nous ne sommes pas tous égaux. Certains ont besoin de travailler plus que d'autres !