1. APB 2017 : plus de candidats, plus de vœux... et moins de tirage au sort ?
En bref

APB 2017 : plus de candidats, plus de vœux... et moins de tirage au sort ?

Envoyer cet article à un ami
Étape 2 sur APB : confirmer les candidatures avant le 2 avril 2017. // © Ministère de l'Éducation nationale
Étape 2 sur APB : confirmer les candidatures avant le 2 avril 2017. // © Ministère de l'Éducation nationale

INFOGRAPHIE. Premier bilan, après la clôture des inscriptions le 20 mars, de la session 2017 d'Admission postbac. Vous êtes plus nombreux à vous être inscrits que l'an dernier et vous avez formulé, en moyenne, davantage de vœux qu'en 2016. Un bilan provisoire, puisque vous avez jusqu'au 2 avril pour confirmer – ou non – vos candidatures.

Mardi 28 mars 2017, le ministère de l'Éducation nationale a communiqué les premiers chiffres de la session 2017 d'Admission postbac.

Vous êtes 853.262 candidats à avoir créé un dossier et choisi au moins une formation sur APB, la plate-forme nationale de préinscription en première année d'études supérieures. Soit 39.700 candidats de plus qu'en 2016 (+ 4,9 %), dont 25.800 élèves de terminale. Les 13.900 autres sont principalement des étudiants en réorientation.

À noter : il y a chaque année une légère déperdition entre le nombre d'inscrits (813.000 en 2016) et le nombre de candidats ayant confirmé au moins une candidature (761.659). En 2016, 6,4 % des candidats n'avaient pas confirmé leurs vœux, par négligence ou par choix en fonction de leur projet d'études.

2 ou 3 vœux de plus en moyenne

Le chiffre de 9,4 vœux formulés en moyenne par les candidats en 2017 peut donc encore diminuer jusqu'au 2 avril, date limite pour confirmer vos candidatures.

À ce jour, on relève tout de même une augmentation du nombre moyen de ces vœux, qui n'étaient que de 7,1 en 2016. On constate toujours une forte disparité selon les filières de bac : les élèves de terminale générale ont fait en moyenne 11,6 vœux (8,4 en 2016), contre 8,7 pour les bac techno (7,2 en 2016) et 6,1 pour les bac pro (4,9 en 2016).

Vous êtes donc plus prudents – ou plus inquiets ! – que les candidats des années précédentes.

Voir aussi : Vidéo "minute APB" : que faut-il faire avant le 2 avril ?

Des vœux 1 en licence, BTS et DUT

Concernant les choix prioritaires de formation, pas de grande surprise : la licence (incluant la première année commune aux études de santé) reste le premier vœu principal des candidats (pour 38 % d'entre eux) et surtout pour les élèves de terminale générale (53 % d'entre eux).

Les futurs bacheliers technologiques sont 20 % à choisir prioritairement un DUT (diplôme universitaire de technologie).

Quant aux bacs pro, ils se dirigent majoritairement (à 83 %) vers des BTS (brevets de techniciens supérieurs).

Lire aussi : Bacheliers pro : c'est le moment de tenter votre chance en BTS

Des chiffres qu'il est difficile de comparer à ceux des années précédentes, en 2017, les candidatures en apprentissage (BTS, formations universitaires...) sont traitées à part : les candidats ne leur attribuent pas de numéro dans leur liste de vœux, comme c'était le cas auparavant.

Pas de tirage au sort en PACES

Du côté des licences, les quatre filières toujours en tête – faisant l'objet de candidatures groupées sur APB depuis 2016 – sont la PACES (14,6 % des vœux de licence), le droit (12 %, soit une baisse de 1 % par rapport à 2016), les STAPS (10 %) et la psychologie (7 %, au lieu de 8 % l'an dernier). Cependant, ce quatuor qui représentait 45,1 % des vœux en licence en 2016 ne représente plus que 43,6 % cette année. "On constate une plus grande diversité des choix sur la licence", souligne le ministère, qui précise qu'il faut tout de même "attendre que les vœux 1 se stabilisent".

Bonne nouvelle pour les candidats à la PACES en Île-de-France : il ne devrait pas y avoir de recours au tirage au sort pour départager les vœux 1 de l'académie. D'une part, le nombre de demandes est globalement stable, d'autre part, "l'augmentation du numerus clausus [en 2017] laisse plus de places car il y aura moins de redoublants", analyse le ministère.