1. Concours commun des IEP : une erreur de sujet à Cergy
En bref

Concours commun des IEP : une erreur de sujet à Cergy

Envoyer cet article à un ami
Les candidats au concours commun des 7 IEP n'ont pas tous bénéficié du même temps pour rédiger. // © iStockphoto
Les candidats au concours commun des 7 IEP n'ont pas tous bénéficié du même temps pour rédiger. // © iStockphoto

Samedi 20 mai, se tenait le concours commun de 7 instituts d’études politiques de région. Au centre d’examens de Cergy-Pontoise, le sujet d’anglais distribué n’était pas le bon. Une erreur qui a perturbé une centaine de candidats, qui s’estiment lésés. Le réseau des Sciences po ne souhaite pas faire de commentaire d'ici à la publication des résultats d'admission, le 22 juin.

Pas de chance pour une partie des candidats qui a passé au centre de Cergy-Pontoise le concours d’entrée commun aux 7 Sciences po (Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse). En tout, ce sont plus de 9.000 futurs bacheliers ou bacheliers 2016 qui se sont présentés au concours d'entrée en première année. 

Un "mauvais" sujet d'anglais

Dans l'après-midi du 20 mai 2017, une erreur dans la distribution d’un sujet a perturbé le bon déroulement des épreuves pour une centaine de candidats, comme le raconte l’une d'entre eux. "Nous étions répartis dans plusieurs amphis pour composer sur les sujets d’histoire et d’anglais en 4 h 30, dans l’ordre que l’on souhaitait, explique Léna, 18 ans. Un peu plus d’une demi-heure après le début, un responsable de l’établissement est arrivé dans la salle en disant que ceux qui avaient un sujet d’anglais avec un point noir avaient reçu le mauvais sujet… Dans mon amphi, c’était le cas de tout le monde !"


Les candidats sont priés de s’interrompre, le temps que les bons sujets d’anglais soient distribués. "Mais ceux qui avaient commencé par l’histoire pouvaient continuer à réfléchir à leur plan.", pointe Léna, qui avait choisi l’anglais. "Certains candidats, stressés, se sont énervés", ajoute-t-elle.

Lire aussi : Sciences po : clap de fin pour le concours d’entrée en deuxième année de 7 IEP

40 minutes en plus... pour tous les candidats

D’autant que les responsables de la surveillance des salles ne semblent pas avoir eu de consignes sur la façon de remédier à cet impair. On annonce d’abord un supplément de temps de 20 minutes, alors que plus d’une demi-heure s’était écoulée avant que l’erreur ne soit constatée… Ce sera finalement 40 minutes pour tous les candidats de l’amphi de Léna, y compris pour ceux ayant commencé par l’histoire, qui ont donc bénéficié de 5 h 10 en tout.

"On s’est remis à travailler sur le sujet d’anglais de secours, consacré au Brexit… alors que le premier portait sur Donald Trump. C’était déstabilisant de devoir tout recommencer. J’ai fait des réponses courtes et simples pour rattraper le temps perdu, alors que le sujet méritait des réponses plus approfondies, vu le niveau du concours", se désole Léna.

Pas de commentaire du réseau des Sciences po

"J’ai envoyé un message aux gens avec qui j’avais préparé le concours, sur notre groupe Facebook, pour évoquer l’idée d’un recours auprès d’un tribunal administratif. Mais il semble impossible de faire repasser les épreuves aux 10.000 candidats de tous les centres d’examen…" reconnaît la jeune fille. Les candidats concernés attendent donc une harmonisation des notes qui ne pénalise personne. 

Le 30 mai, soit neuf jours après les faits, le réseau des Sciences po a publié un communiqué laconique, laissant les candidats dans l'expectative : "La correction des copies est actuellement en cours. La délibération se tiendra comme prévu pour une publication des résultats le 22 juin 2017. Le respect du principe d’égalité entre les candidats guidera comme chaque année le jury dans son travail de délibération. Jusqu'à cette date, afin de préserver la sérénité tant des corrections que de la délibération indiquant la fin du concours, aucun commentaire ne pourra être fait."

Léna, elle, a prévu un plan B si sa candidature n’est pas retenue dans un des IEP : une double licence droit-économie à la Sorbonne.