Physique et chimie

Etudier la physique et la chimie peut se faire à l’université comme en école d’ingénieurs. Si vous aimez aussi les maths, vous pouvez passer par une prépa.

Physique et chimie

Ces deux matières donnent accès à de nombreux cursus. Côté débouchés, il existe deux voies principales : l'enseignement et la recherche, d'une part, l'industrie de l'autre. Dans la seconde, le choix des secteurs d'activité est très vaste : BTP, contrôle qualité, imagerie médicale, nucléaire, industrie chimique ou pharmaceutique…

Licence scientifique : une formation généraliste

Les universités délivrent des licences de chimie, de physique ou de physique-chimie mais aussi des licences sciences pour l'ingénieur, avec des parcours en physique appliquée et instrumentation (Aix-Marseille) ou génie mécanique (Lorient).

Dans tous les cas, la physique et la chimie ne sont pas les seules disciplines enseignées.

En première année de licence (L1), c’est souvent un portail pluridisciplinaire scientifique qui est proposé par exemple : mathématiques, informatique et physique ou physique chimie et sciences de la Terre. Cela permet à l’étudiant de s’orienter progressivement vers la mention de licence qui lui convient le mieux.


Certaines universités ont mis en place des parcours renforcés qui permettent de se préparer aux concours des écoles d’ingénieurs durant deux années.

À l’issue de la licence, l’enseignement et la recherche sont la suite logique de ces cursus généralistes, à condition de continuer en master, voire en doctorat.

À noter : si l'insertion, au niveau des licences professionnelles, accessibles après une dernière année de licence validée, est plutôt bonne, les diplômés de master (bac+5) subissent la concurrence des diplômés des écoles d'ingénieurs.

Prépas PC et PSI : pour les matheux

L'entrée en classe préparatoire s'effectue après l'examen d'un dossier.

En première année de prépa, les étudiants plus attirés par la physique et la chimie que par les mathématiques s'orienteront vers la filière PCSI (physique, chimie, sciences de l'ingénieur). Malgré douze heures de physique et chimie, les maths restent au programme. Compter dix heures de cours par semaine dans cette matière.

En seconde année, la plupart choisissent la voie PC (physique-chimie), d'autres la voie PSI (physique et sciences de l'ingénieur). Les filières PC et PSI laissent une place plus importante aux travaux pratiques que la voie MP (mathématiques-physique). Il existe des prépas PC et PSI, qui, réservées aux meilleurs élèves, comportent un enseignement et un entraînement aux concours plus approfondis.
Après la prépa, vous pourrez passer la plupart des concours d'entrée en écoles d'ingénieurs.
 

Écoles d'ingénieurs : un choix très vaste

École après bac en cinq ans ou école après prépa en trois ans : à vous de choisir ! Les écoles à bac (CPE Lyon ou les INSA par exemple) majoritairement sur concours (concours Avenir regroupant six écoles, concours GEIPI-Polytech pour intégrer les écoles universitaires, concours Puissance 11, etc.). Après une prépa, le concours est un passage obligé et ouvre sur plus d'une centaine d'écoles d'ingénieurs.

Autre solution : intégrer, après le bac, sur dossier et entretien, un CPI (cycle préparatoire intégré). À l'issue de deux ans de formation, vous avez accès à une petite vingtaine d'écoles d'ingénieurs en chimie regroupées au sein de la Fédération Gay-Lussac, sans passer de concours.

Romain, 20 ans, en première année à l'Institut d'optique Graduate School, à Palaiseau (91)

Ce qu'il voulait faire. Travailler en laboratoire. “J'avais envie de travailler en laboratoire et mes idées se sont affinées autour du métier d'ingénieur. Je voulais développer des produits, aller sur le terrain. En STL, j'ai trouvé ce que j'espérais. Mon entourage m'a encouragé à continuer en classe prépa.”

Ce qu'il fait aujourd'hui. De l'optique. “J'ai passé deux ans aux Lazaristes à Lyon [69] avant de tenter les concours de l'Institut d'optique Graduate School à Palaiseau et de l'ISAE [Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace] de Toulouse [31]. Recalé dans l'école toulousaine, j'ai intégré SupOptique, pour une formation spécialisée en physique fondamentale. Je redouble ma première année, mais cette fois-ci je l'effectue en apprentissage. L'entreprise dans laquelle je fais mon apprentissage me permet de découvrir les gyroscopes à entrées optiques !”

Retour aux études par secteur.