1. À 13 ans, cette collégienne rêve d'en finir avec le gaspillage
Portrait

À 13 ans, cette collégienne rêve d'en finir avec le gaspillage

Envoyer cet article à un ami
Pauline a déjà un projet permettant de récompenser le recyclage. // © Photo fournie par le témoin
Pauline a déjà un projet permettant de récompenser le recyclage. // © Photo fournie par le témoin

ELLE VA FAIRE LA UNE. Pauline Petit, élève de troisième, a imaginé un système de gratifications pour inciter à recycler les bouteilles en plastique. Lauréate des Hype Awards, elle espère pouvoir créer un jour sa propre entreprise.

Élève de troisième prometteuse, Pauline Petit a déjà sauté une classe dans son parcours scolaire. Cette collégienne, qui étudie à Notre-Dame, à Cysoing (59), a un rêve : "Contribuer à un monde plus vert en évitant le plus possible de polluer, et protéger ainsi les animaux."

Un recyclage gratifiant

Dès l'âge de 11 ans, elle prend conscience du gaspillage des bouteilles en plastique, lorsque son grand frère lui montre tout ce que l’on peut faire avec les matériaux recyclés. Une idée lui vient alors : créer un système de recyclage gratifiant, où les consommateurs pourraient gagner des objets (couvertures, vêtements, stylos…) fabriqués à partir des bouteilles qu’ils auront jetées dans des conteneurs connectés. Un site Internet recenserait les différents lieux de collecte, le solde de points et la liste des récompenses.

Lire aussi : Tous les portraits des jeunes qui vont faire la une

"En Bouteille Âge"

Deux ans plus tard, elle décide de mettre en scène son projet "En Bouteille Âge" en participant au concours des Hype Awards, qu’elle remporte. Elle affine un peu plus son sujet : "Des organismes de déchets ou de grandes marques d’eau minérale pourraient par exemple devenir partenaires pour se donner une bonne image", précise-t-elle.

Ce premier passage devant un jury l’a fortifiée et encouragée à concrétiser son rêve. "Grâce à cette expérience, j’ai pu commencer à me faire des contacts professionnels. J’aimerais créer ma propre entreprise mais je suis encore trop jeune pour un tel projet industriel", admet-elle. Attirée par les mathématiques, les sciences et la technologie, elle souhaite faire un bac S, puis continuer en école d’ingénieurs, pour se donner les moyens de "changer le monde".