1. Héloïse a cofondé une école pour former les exilés à la langue française
Portrait

Héloïse a cofondé une école pour former les exilés à la langue française

Envoyer cet article à un ami

LES JEUNES ONT DE L'AVENIR ! Avec Judith Aquien, 32 ans, Héloïse Nio, 25 ans, a fondé Thot, une école qui proposera des cours de FLE (français langue étrangère) à des réfugiés et à des demandeurs d’asile. Une campagne de financement participatif leur a déjà permis de récolter plus de 50.000 euros. L’assurance pour 30 apprenants de bénéficier de ce programme dès le mois de juin 2016.

55.000 € en moins d’un mois. C’est la somme réunie via la plateforme Ulule par le projet Thot, à quatre jours de la fin de sa campagne de financement participatif. Thot est une école qui proposera une formation gratuite et qualifiante en français langue étrangère à des exilés, réfugiés ou demandeurs d’asile. Les bénéficiaires pourront y suivre 10 heures de cours par semaines pendant 7 semaines pour valider le Delf (diplôme d’études en langue française). "Cette somme nous permettra d’ouvrir trois classes de 10 élèves, commente Héloïse Nio, 25 ans, vice-présidente de l'association. Avec Judith Aquien, 32 ans, Héloïse a fondé Thot début octobre 2015. "Si nous atteignons 63.000 €, nous pourrons ouvrir quatre classes", s'enthousiasme-t-elle.

Abd Al Malik, soutien du projet

Le projet a retenu l'attention du rappeur-slameur Abd Al Malik, qui le parraine. La New York University et Ici Montreuil ont déjà donné leur accord pour mettre des salles à disposition de l'association. Deux membres de l'équipe pédagogique, professeurs de FLE (français langue étrangère), niveau master, planchent, bénévolement pour l'instant, sur le programme. Le recrutement des professeurs se fera en fonction de la cagnotte disponible.

"Incubée" par Singa

Outre les cours de langues, Thot entend aussi prendre sa part dans la vie sociale quotidienne des bénéficiaires et les aider dans leurs démarches de demande d'asile. Singa, qui "incube" l'association depuis avril 2016, facilite la mise en relation avec d'autres acteurs de l’insertion professionnelle et sociale des réfugiés. "Tous les jeudis, nous rencontrons d’autres acteurs, ce qui permet d’avoir plein de retours d’expériences et des contacts d’assoc’ avec lesquelles on peut travailler. On est aussi en contact avec Simplon, école de programmation qui a créé des classes pour les réfugiés", raconte Héloïse. Un théâtre bruxellois est partant pour venir animer des ateliers. Des ateliers CV devraient être mis en place. Et l’association compte sur des bénévoles passionnés de dessins, de photos ou autres, pour ouvrir le champ des activités proposées aux bénéficiaires, et "pour que les rencontres entre réfugiés et d’autres gens soient possibles", précise la vice-présidente.

"Crise de la quarantaine à 25 ans"

Pour se consacrer à 100 % à ce projet et à d'autres activités associatives, Héloïse, diplômée de l’INSA Rennes, a quitté son travail d’ingénieure dans un bureau d’études de design radio travaillant sur la couverture 3G, 4G et wifi, le 31 mars 2016. "J’ai fait ma crise de la quarantaine à 25 ans, pour être sûre de ne pas perdre de temps", s’amuse-t-elle. L'idée de créer une école est venue de Judith, qu'elle a rencontrée dans l'ancien lycée Jean-Quarré, lorsqu'une centaine de migrants y vivaient. Héloïse, qui donnait déjà des cours de français à des migrants en tant que bénévole au Secours populaire, s'était alors portée volontaire pour faire de même au lycée Jean-Quarrée. "Je me basais sur des méthodes et des livres de FLE, et je partais de leurs besoins : se repérer dans la rue, savoir quoi dire à la Préfecture...", témoigne-t-elle.

Et demain ? Marier social et ingénierie

La jeune femme se donne jusqu’à fin juin pour voir si Thot démarre, avant de chercher un emploi. "Contrairement au social, mon métier d’ingénieure me permet de trouver facilement du travail", reconnaît la jeune femme.  Aujourd’hui, elle n’exclut pas de pouvoir marier les deux. Avec un budget de plus de 50.000 € par le financement participatif, l’aventure Thot est bien partie. Il vous reste quelques jours pour la soutenir !