1. Ludivine, en bac pro : "L’apprentissage m’a fait rebondir"
Témoignage

Ludivine, en bac pro : "L’apprentissage m’a fait rebondir"

Envoyer cet article à un ami
Ludivine est apprentie mécanicienne dans une concession automobile. // © Bertrand Desprez pour L'Étudiant
Ludivine est apprentie mécanicienne dans une concession automobile. // © Bertrand Desprez pour L'Étudiant

Intéressée par la mécanique, Ludivine a profité d'un stage long chez un concessionnaire automobile pour le convaincre de l'engager en contrat d'apprentissage. Elle alterne une semaine dans l'entreprise et une semaine à l'école.

J’ai commencé à m’intéresser à la mécanique très jeune, aux côtés de mon frère et de ses amis. Après le collège, je me suis inscrite en seconde générale, un peu par défaut. J’ai poursuivi en première ES, mais j’ai abandonné en cours d’année. J’avais envie de faire quelque chose qui me plaisait vraiment. Grâce à la mission locale de l’Essonne, j’ai pu profiter d’un dispositif alliant cours à la Faculté des métiers et stages en entreprise. Pour moi, il n’y avait plus de doute : je voulais faire de la mécanique.

Peu de femmes en mécanique

J’ai tenté de négocier un contrat d’apprentissage très tôt, mais une femme dans ce secteur doit faire ses preuves ! Alors, pendant plusieurs mois, j’ai profité d’un stage long chez Baudrey Automobiles. J’avais passé un entretien avec le patron de la concession dès le début de ma passerelle et il m’a rapidement fait confiance. J’ai ainsi pu lui montrer que je travaillais aussi bien que ses salariés masculins. À la fin de mon stage, j’étais convaincue de vouloir rester dans cette entreprise, et à ce poste.

Alain Baudrey a tout de suite accepté de me prendre en contrat d’apprentissage. Je n’ai pas eu besoin de repasser un entretien. Depuis deux ans, je suis mécanicienne dans cette concession, qui compte une dizaine de salariés. J’alterne entre une semaine dans l’entreprise et une semaine à l’école. C’est un rythme qui me convient bien, car il permet de ne pas trop s’éloigner de la théorie. J’espère poursuivre avec un CAP en carrosserie, toujours à la Faculté des métiers de l’Essonne, et en apprentissage. L’alternance m’a fait rebondir. C’est vraiment quelque chose de gratifiant. Ceux qui n’aiment pas les cours ne doivent pas hésiter à aller sur le terrain, cela peut être décisif.

Ludivine, 20 ans, apprentie chez Baudrey Automobiles, à Étampes (91)

2013–2014
Abandonne sa première ES.
2014–2015
Stage chez Baudrey Automobiles et cours à la Faculté des métiers de l’Essonne.
2015–2016
Première année bac pro maintenance des véhicules.
2015–2016
Terminale bac pro, Faculté des métiers de l’Essonne et Baudrey Automobiles.