1. Anglais au collège : des pistes pour améliorer votre niveau
Coaching

Anglais au collège : des pistes pour améliorer votre niveau

Envoyer cet article à un ami
Séjours linguistiques, films en V.O., jeux de rôles sur internet, les moyens sont nombreux pour améliorer son anglais. // © iStockphoto // © iStockphoto
Séjours linguistiques, films en V.O., jeux de rôles sur internet, les moyens sont nombreux pour améliorer son anglais. // © iStockphoto // © iStockphoto

“Do you speak english ?” “Well, a little…” Pour pouvoir répondre "Yes, I’m fluent", il va vous falloir un peu plus de pratique que les quelques heures de cours par semaine. Stage linguistique, échange avec un correspondant, films et livres, sites Web… voici des pistes pour muscler votre anglais en douceur.

Première option : l'immersion !

Et si vous alliez prendre l'air Outre-Manche ? Cela vous donnera l'occasion de parler anglais et de découvrir une autre culture et pourquoi pas de faire de belles rencontres.
 

Partir pour un stage linguistique

En immersion totale ou avec une alternance de cours le matin et d'activités sportives ou musicales l'après-midi ; en famille ou logé dans un collège... Les organismes de séjours linguistiques redoublent d'inventivité dans leurs formules. Pour Marie Destre, professeure d'anglais au collège Bel-Air à Mulhouse (68), "ces stages présentent le grand avantage d'être conçus dans une démarche d'apprentissage. Le principe ? Vous passez un petit test en début de séjour, afin d'évaluer votre niveau. Selon vos résultats, vous assisterez à des cours de révision ou d'approfondissement. "La grande différence avec le collège, c'est que les élèves peuvent mettre immédiatement en pratique ce qu'ils ont appris, ce qui permet de bien fixer les choses", illustre l'enseignante, adepte de la formule.

Une condition toutefois pour vraiment progresser en anglais : ne pas rester entre Français. Ainsi, Victor, 15 ans regrette de ne pas s'être davantage immergé dans la vie locale lors de son séjour de deux semaines au Pays de Galles. "Je n'ai pas appris autant que j'aurais pu, avoue-t-il. Le matin en cours, j'avais souvent du mal à me concentrer, et pendant l'activité rugby, on jouait entre Français... en français !"

Si vous optez pour le séjour linguistique, renseignez-vous bien sur les tarifs, ils varient fortement d'un organisme à l'autre et selon la période. Ils ont tendance à fortement augmenter en été.

Côté organismes de séjours linguistiques, vous n'aurez que l'embarras du choix : Action-séjours ou l'incontournable Nacel proposent des séjours couplant cours de langue et activités sportives. Ofacil organise des circuits découvertes d'une ville, d'une région à travers un thème culturel. Club langues et civilisations propose des séjours avec logement en familles à des tarifs vraiment intéressants.

Pour vous aider à faire votre choix dans le marigot des organismes linguistiques, il existe un salon qui se tient au lycée Henry-IV à Paris au printemps.

Partagez la vie d'une famille anglophone

Autre option pour une immersion totale : celle du séjour dans une famille. "L'échange, c'est certainement la formule la plus efficace pour progresser rapidement en langue, assure Philippe Robineau, professeur d'anglais au collège Liberté à Chevilly Larue (94). Lorsque le collégien est dans la famille de son correspondant, il baigne dans un environnement 100% anglophone. Il est donc obligé de parler anglais et de faire l'effort de comprendre."

Des progrès en anglais donc quasi-assurés, même si les premiers jours sur place peuvent être un peu déroutants. Car au-delà de la langue elle-même, il vous faudra intégrer rapidement les "codes" de la vie sur place. Rassurez-vous, très vite, vous trouverez vos marques. En témoigne Flore, élève de 4e, "en Écosse, j'avais l'impression que tout allait très vite, je ne comprenais rien à ce qui se passait autour de moi ! Le soir je me couchais épuisée. Trop de choses à enregistrer...", se souvient la jeune fille avant d'ajouter "qu'[elle] s'est finalement sentie tellement bien dans sa famille d'accueil, qu'[elle] n'attend qu'une chose, c'est d'y retourner".

Pour ne pas perdre pied, mieux vaut maîtriser un minimum la langue toutefois. Marie Destre conseille de ne pas partir avant la fin de la 5e. Une fois sur place, prenez l'habitude d'avoir un petit carnet en permanence sur vous, pour y noter dans l'instant les expressions et le vocabulaire nouveau. Le soir, prenez un petit peu de temps pour le relire de façon à bien le mémoriser.

À votre retour, rien ne vous empêche de continuer à pratiquer la langue de Shakespeare, en échangeant avec votre correspondant, voire ses copains. C'est ce qu'a fait Basile. Parti pour un échange au Canada, il en est revenu avec "une bande d'amis qui ne parlent pas un mot de français et avec lesquels [il] continue d'échanger en anglais, sur Skype depuis trois ans".

Comment procéder ?

Philippe Robineau conseille le site student of the world pour trouver des correspondants. Le site lingoo sert, quant à lui, d'intermédiaire entre des familles de différentes nationalités.

Deuxième option : améliorer votre accent en restant en France
 

Vous pouvez également progresser dans la langue de Shakespeare sans quitter votre chambre. Comment ? En visionnant des films, en écoutant de la musique, en surfant sur internet... Optez pour une plongée quotidienne en langue anglaise et vous serez très vite fluent !

Vive la V.O. !

Et si plutôt que de regarder vos séries américaines préférées en français vous optiez pour la version originale ? Un bon moyen de faire le plein de vocabulaire, d'expressions courantes, bref de vous familiariser avec la langue de Shakespeare.

Au départ, optez pour la VO sous-titrée. "Le niveau de langue de la plupart des collégiens ne leur permet pas de comprendre toutes les scènes. Sans sous-titres, ils risquent de décrocher très vite et donc de se décourager", met en garde Philippe Robineau. L'astuce pour progresser ? "Bien écouter les dialogues avant de lire les sous-titres", conseille l'enseignant. Vous pouvez également visionner des films simples, pour enfants par exemple,comme des dessins animés ou encore regarder vos films préférés, dont vous connaissez les dialogues, mais cette fois sans sous-titrage "en essayant de reconnaître des mots et expressions connus" poursuit Marie Dertre. Vous serez surpris de constater que finalement vous connaissez beaucoup de vocabulaire.

Á ceux qui se sentent plus à l'aise, en 4e ou en 3e, Philippe Robineau conseille, quant à lui, de suivre l'actualité en anglais, sur la chaîne ou le site de ABC ou CNN, "excellent moyen de travailler la compréhension tout en se tenant informé".

Apprendre du vocabulaire en lisant

Votre truc à vous, ce sont les bouquins ? Optez pour les livres rédigés dans la langue de Shakespeare. Vous n'êtes pas obligé de vous attaquer à un gros pavé, type Harry Potter, au risque de vous essouffler dès la 5e page. "Le mieux est de commencer par des revues en langue anglaise ou des livres bilingues, une page en français, la suivante en anglais", conseille Marie Destre. Une fois encore, après un peu de pratique, rien ne vous empêche de passer à des livres plus épais. Et si vous êtes fan de BD, ne vous privez pas. L'avantage ? "Les images aident à comprendre le texte !", lâche Victor.


En France comme ailleurs : les bons réflexes

Halte à l'inhibition !

"De nombreux élèves conservent leur accent français alors qu'ils ont un bon niveau en anglais, à cause de leur timidité. Ils n'osent pas mettre l'accent. Ils ont le sentiment d'être ridicule, déplore Marie Destre. Or, pour parler correctement, il faut se lâcher, ne pas avoir peur d'articuler et d'exagérer les intonations." Un bon moyen pour progresser à l'oral et avoir un accent d'Oxford ? "Parler le plus souvent possible à haute voix", conseille l'enseignante. Vous aimez chanter ? Ne vous privez pas, hurlez à tue-tête vos chansons de langue anglaise préférées en essayant d'en comprendre les paroles, d'abord "à l'oreille", puis en les cherchant sur internet, par exemple sur des sites de traduction.

Travaillez votre prononciation

Si vous avez un doute sur une prononciation, cap sur le site du British Council : vous y trouverez un tableau phonétique qui peut vous être d'une grande utilité lorsque vous devez faire un exposé par exemple. Vous pouvez également surfer sur Acapela,le site préféré de Flore : "C'est hyper facile à utiliser. Ça évite de se taper l'affiche en prononçant n'importe comment en cours !" Le principe est simple : vous écrivez le mot ou la phrase que vous ne savez pas prononcer, vous choisissez l'accent que vous souhaitez (anglais ou américain), puis vous cliquez sur "Say it" : Vous entendez alors le mot ou la phrase en question parfaitement bien prononcée. Vous pouvez également vous rendre sur le site de l'académie de Versailles qui propose des enregistrements classés par thèmes et par niveaux dans un grand nombre de langues.

Revoir la grammaire sur internet

"Il existe de nombreux sites gratuits qui permettent de réviser la grammaire... en s'amusant", explique Philippe Robineau. Alors, à vos ordis ! Ainsi, le site english.exercise créé par des professeurs d'anglais du monde entier propose des centaines d'exercices : vocabulaire, grammaire, compréhension orale, chansons, etc. Autre exemple : sur anglais facile vous pourrez revoir vos cours, jouer ou faire des exercices en ligne. "Comme ils sont corrigés automatiquement, l'élève voit ainsi quasi simultanément son erreur et sa correction", souligne l'enseignant.

Citons également des sites comme Elllo (conçu par un enseignant d'anglais au Japon), qui propose des documents audio et vidéo sur une grande variété de sujets suivis de petits quiz de compréhension globale ; enfin sur le site d'Horrible Histories, vous pouvez faire de l'histoire en anglais et vous y découvrirez pleins de faits bizarres et amusants.

Pensez enfin à vous tourner vers le large éventail de sites qui permettent d'apprendre l'anglais en jouant : celui BBC schools, qui propose un grand nombre de jeux destinés aux jeunes écoliers anglais mais qui sont très bien également pour des jeunes Français. Toujours sur le site de la BBC les plus grands (3e) pourront s'initier aux jeux de rôle.

Attention toutefois. "Si les sites internet permettent de jouer ou de faire des exercices d'anglais, ils ne dispensent pas d'un travail de mémorisation", insiste Marie Destre. Pour cela, à chacun ses petits trucs. Á l'instar de Flore qui a accroché la liste des verbes irréguliers au-dessus de son lit. "Je les relie tous les soirs avant de me coucher, histoire de les graver dans ma mémoire !", s'amuse la jeune fille. Victor, lui, note dans un répertoire les mots et expressions qu'il apprend en écoutant ses chansons favorites. Son répertoire ne le quitte pas et régulièrement, "il jette un œil dessus".

Last but not least, gardez à l'esprit qu'un dernier bon moyen de progresser en langue anglaise... est d'écrire encore et encore. Que ce soit par courrier, par mail ou via Facebook ! After, you'll speak english very well, won't you?