Décryptage

Au collège, comment repérer que l’on est en train de décrocher ?

Classe ennuyeuse
Démotivation, notes qui chutent, absences qui se répètent… Sachez repérer les signaux qui doivent vous alerter. © Fotolia
Par Isabelle Dautresme, mis à jour le 21 octobre 2015
3 min

Pour éviter qu’un simple relâchement ne vire au véritable décrochage, mieux vaut en repérer très vite les signes avant-coureurs : retards répétés, difficultés de concentration, oublis, chute des résultats...

Mal au ventre chaque matin avant d'aller en cours, retards répétés, fatigue... voilà autant de signes qui doivent vous alerter sur un passage à vide.

En cours, vous avez souvent l'esprit ailleurs  ? Alerte !

Élodie, en seconde à Cannes (06) se souvient qu'en 4e elle se “sentait toujours fatiguée et s'endormait en classe. J'ai dû passer la moitié de l'année à l'infirmerie”, glisse-t-elle l'air désolé. Quant à Armand, en terminale STMG à Nantes (44), il multipliait les absences.

Mais, ce n'est pas parce que vous allez au collège tous les jours que, pour autant, vous n'êtes pas sur le point de décrocher. Julie Clot, principale au collège à Rueil-Malmaison (92) évoque les décrocheurs de l'intérieur. “Ils viennent en cours, ne font pas de vague mais leur esprit est ailleurs. Ils ne font pas leurs devoirs, ne participent pas en classe et rendent copie blanche. Mais ils sont là !”

Les mauvaises notes se multiplient ? Réagissez

Si la plupart d'entre vous – et de vos parents – réagissent dès les premières mauvaises notes, ce n'est pas toujours le cas. En témoigne Gabriel, actuellement en première ES à Versailles : “Dès la fin de la 5e mais surtout en 4e, je me suis mis à moins travailler. Si au départ, ça m'a fait bizarre d'avoir des mauvaises notes, je n'ai pas bien compris ce qui m'arrivait, mais très vite, je m'en suis accommodé et me disais que ça ne servait à rien que je m'y remette, j'avais pris tellement de retard...”

Si Gabriel a su redresser la barre à temps, d'autres se laissent submerger par des difficultés qui peuvent, parfois, les conduire à décrocher. Il en est ainsi des 150.000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans diplôme, dont près de la moitié en fin de 3e ou en seconde (lire à ce propos notre article “Échec scolaire : le plan de Vincent Peillon pour lutter contre le décrochage scolaire”.)

D'où l'importance de repérer le plus tôt possible, les signes avant-coureurs du décrochage : démotivation, fléchissement des résultats, changement dans le comportement, absences répétées..., de façon à le prévenir et vous permettre de repartir sur de bonnes bases au plus vite.

Vous aimerez aussi

Contenus supplémentaires

Partagez sur les réseaux sociaux !