Qu'apprend-on dans un Inspé, l'école des futurs profs ?

Par Amélie Petitdemange, publié le 09 Septembre 2020
5 min

Les Inspé (Institut national supérieur du professorat et de l'éducation) préparent au métier de professeur en délivrant un master MEEF. Le cursus est modifié à la rentrée 2021, avec un concours en deuxième année.

Si vous envisagez de devenir professeur, vous serez confronté au mystérieux acronyme "Inspé". Cet Institut national supérieur du professorat et de l'éducation dispense le master MEEF (Master de l'enseignement, de l'éducation et de la formation). Il existe 32 Inspé en France, au sein d'universités.

Pour entrer en master MEEF, la sélection se fait sur dossier. Chaque Inspé a ses critères : résultats en licence, adéquation de la demande avec le profil, critères sociaux…

Devenir prof en primaire ou en secondaire

Les Inspé vous préparent au métier de professeur en primaire (maternelle et élémentaire), au collège ou au lycée ou encore à celui de CPE selon la mention de master MEEF choisie :

  • mention "1er degré" pour devenir professeur des écoles ;
  • mention "2nd degré" pour enseigner au collège ou au lycée ;
  • mention "encadrement éducatif" pour devenir conseiller principal d'éducation (CPE)

Lire aussi

CRPE et Capes : les concours en deuxième année

En 2019, les Inspé ont remplacé les Espé (Écoles supérieures du professorat et de l'éducation). Ce changement de nom a aussi induit des évolutions dans le cursus, qui prendront effet dès la rentrée 2021 pour les étudiants intégrant la première année de master.

Les concours de recrutement (CRPE ou Capes) n'auront plus lieu en fin de première année mais en fin de deuxième année. Les 800 heures d'enseignement du master seront donc modifiées.

"Habituellement, nous préparons les étudiants au concours pendant la première année, puis ils se professionnalisent l'année suivante. Avec cette réforme, nous préparerons le concours pendant deux ans", explique Lionel Audion, directeur adjoint à la formation de l'Inspé de l'académie de Nantes.

Lire aussi

Apprendre à transmettre

En première année, vous aurez des cours très "universitaires" de préparation aux écrits et oraux du concours. Mais aussi des cours de didactique, l’art d'enseigner. "Ce n’est pas parce que je connais la grammaire que je saurais l'enseigner. Il ne s’agit pas d’acquérir un savoir, que les étudiants possèdent avant d'entrer en master, mais de leur apprendre à transmettre ce savoir", illustre Lionel Audion.

L'autre grand volet réside dans les stages d'observation et de pratique accompagnée pendant six semaines.

Deuxième année en stage

La deuxième année laisse plus de place à l'expérience professionnelle. Depuis la réforme, vous serez fonctionnaires stagiaires à mi-temps pour 12 semaines de stage.

"C'est un gros changement pour les étudiants, car avant ils étaient payés tout au long de l'année, même s'ils étaient en formation la moitié du temps. Là, ils seront considérés comme étudiants et payés juste pour leur mi-temps", pointe Lionel Audion.

Lire aussi

Le nombre de places au concours

À la fin de votre master, vous passerez un concours pour décrocher votre poste. Le CRPE pour être professeur des écoles ou le Capes pour enseigner au collège ou au lycée.

Chaque année, le nombre d’admis peut varier du simple au double, selon le nombre de nouveaux postes ouverts et le nombre de départs à la retraite.

Pour Lionel Audion, "il faudrait plus de professeurs l'année prochaine, pour accueillir les élèves qui ont décroché pendant le confinement. Dans certaines écoles et collèges, c'est très difficile cette année. Mais je ne sais pas si ce sera le cas…". Le nombre de postes offerts est en effet également dépendant du budget dont dispose l'Etat.

Lire aussi

Place au numérique

La crise sanitaire pourrait aussi avoir des conséquences sur la formation en Inspé. "On met un accent fort sur le numérique, car nous ne sommes pas à l’abri d’un enseignement hybride sur la durée. Et la période de confinement nous a fait réfléchir sur des dispositifs d'enseignement qu’on peut utiliser en période normale", souligne Lionel Audion.

Le dispositif de classe inversée, par exemple, a de beaux jours devant lui. Les élèves travaillent leur sujet en amont puis posent leurs questions pendant le cours.

Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !