Les études pour accéder aux métiers de l'architecture intérieure

Par Séverine Maestri, publié le 13 Octobre 2020
4 min

Les émissions de déco à la télévision et l’attention portée à la décoration des hôtels de prestige contribuent à la popularité du métier d'architecte d'intérieur. Vous êtes tenté ? Les professionnels sont à la fois dotés d'une bonne dose de créativité et d'un savoir technique.

L'architecte d’intérieur aménage des espaces en jouant sur les volumes et les couleurs. Il dessine son projet, dirige les artisans en fonction des contraintes budgétaires, techniques, légales et des désirs de son client.

Il peut rester généraliste ou se spécialiser dans l’aménagement de boutiques, de restaurants, de logements. Environ 2.000 architectes d’intérieur travaillent en France, la moitié exerçant en indépendants et les autres dans des agences d’architecture ou des bureaux d’études spécialisés.

Lire aussi

Quelles compétences ?

Créativité et maîtrise technique sont les principaux atouts de l’architecte d’intérieur. À cela s’ajoute une bonne dose d’esprit pratique pour pouvoir tenir compte de certaines contraintes sur un chantier. Être à l’écoute, curieux, avoir le sens du détail sont des qualités également importantes. Enfin, la ténacité permet de négocier avec les entreprises pour imposer ce qui a été validé avec le client.

Vous l’apprendrez en cours, la maîtrise de certains logiciels (mise en page, modélisation 3D, conception, dessin de plans…) est indispensable.

Lire aussi

Quelles formations ?

Environ 80 écoles peuvent mener à l’exercice du métier d’architecte d’intérieur, dont certaines reconnues par l’UNAID (Union nationale des architectes d’intérieur, designers) et le CFAI (Conseil français des architectes d’intérieur).

À bac+1. Les élèves issus de bacs généraux, technologiques ou professionnels peuvent intégrer une année préparatoire pour, à terme, franchir au mieux la barrière des concours d’entrée de certaines écoles sélectives comme l’ENSAD (École nationale supérieure des arts décoratifs), l’ENSBA (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris), l’ENSCI (École nationale supérieure de création industrielle-Les Ateliers). Cette année est dispensée en écoles ou au lycée.

À bac+3. Le DNA permet de se spécialiser dans l’une des trois options proposées (art, design graphique, communication). Le DNMADE propose 14 mentions. Six d’entre elles peuvent être privilégiées pour ce métier : espace, graphisme, matériaux, numérique, objet, ornement.

À bac+5. Le DNA et le DNMADE invitent à poursuivre pour obtenir en deux ans un DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) dispensé au sein des écoles supérieures d’art. Le DNMADE peut mener au DSAA (diplôme supérieur des arts appliqués) qui offre plusieurs mentions.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !