ESIEE Paris ouvre un cycle ingénieur "option santé" avec l'UPEC

Par Clément Rocher, publié le 11 Mars 2021
4 min

L'ESIEE Paris ouvre à la rentrée de septembre 2021 un cycle ingénieur "option santé" en partenariat avec l'université Paris-Est Créteil. Ce nouveau programme reprend le modèle de la licence accès santé (L.AS). Comment va s'organiser la formation ?

L'ESIEE Paris, qui forme des ingénieurs dans les domaines des technologies du numérique, ouvre un cycle ingénieur "option santé" en partenariat avec la faculté de santé de l'université Paris-Est Créteil (UPEC). Disponible sur Parcoursup, cette formation post-bac ouvre 40 places aux bacheliers généraux et technologiques (STI2D) pour la rentrée de septembre 2021.

Ce cursus reprend le principe de la licence avec option "accès santé" (L.AS) qui permet de suivre une formation de licence universitaire et en même temps les enseignements de l'option "accès santé". Cette licence est, avec le PASS, l'une des deux remplaçantes de la PACES depuis la rentrée 2020.

Lire aussi

Cours, poursuite d'études : quels liens avec les études de santé ?

Les étudiants de cette "option santé" vont suivre une journée complète par semaine consacrée aux enseignements de santé. Les cours seront dispensés en distanciel par l'université Paris-Est Créteil. Les autres jours seront dédiés aux enseignements du cursus ingénieur (sciences fondamentales, sciences de l'ingénieur…), en présentiel, à l'ESIEE Paris.

Ce nouveau cycle ingénieur donne accès aux études de médecine au terme de la première année de formation. L'université est chargée de l'évaluation de cette mineure santé : la sélection se fera en fonction des notes obtenues aux examens. S'ils ne souhaitent pas poursuivre en 2e année de cursus santé, les étudiants pourront continuer leur cycle en 2e année à l'ESIEE Paris, à condition d'avoir validé leur 1re année.

En cas d'échec, les étudiants auront le droit à une deuxième chance d'accéder aux études de médecine après avoir validé leur 2e année à ESIEE Paris. Une demi-journée sera consacrée à un enseignement complémentaire en santé dispensé par l'université.

Lire aussi

Rapprocher les études de santé et d'ingénieurs

"Ce programme est né d'un double constat. Nous avons des points de contact entre ce qui relève des ingénieurs et des médecins autour de la robotique médicale, des capteurs pour la santé, de l'intelligence artificielle", explique Jean Mairesse, directeur de l'ESIEE Paris.

L'école d'ingénieurs cherche par ailleurs à s'inscrire dans le cadre de la réforme des études de santé. "On est au milieu d'une transformation profonde des études de médecine. Cela a du sens de proposer une formation d'ingénieurs sur le modèle de la L.AS", poursuit le directeur.

Pierre Wolkenstein, doyen de la faculté de santé de l’UPEC, se félicite également de cette association. "Avoir une formation transversale et des profils diversifiés, c'est ce que nous souhaitions dans le cadre de la réforme du premier cycle des études de santé. Le profil ingénieur n’est pas celui qu’on voit habituellement en médecine, mais nous savons à quel point ces élèves ont beaucoup de qualité et de créativité pour la médecine."

Le doyen de la faculté n’exclut pas la passerelle inverse : des étudiants en filière santé pourraient rejoindre l’école d’ingénieurs dans deux ou trois ans. "Ce partenariat avec l’ESIEE Paris est une bonne manière d’anticiper notre souhait d’avoir des étudiants de licence santé qui font une école d’ingénieurs."

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !