Etudes de santé : PASS ou L.AS, que choisir ?

Par Mersiha Nezic, publié le 20 Février 2020
5 min

Avec la fin de la PACES, deux voies principales vous permettront désormais d’accéder aux études de médecine, pharmacie, odontologie (dentiste), maïeutique (sage-femme) et kinésithérapie. Dès la rentrée 2020, le PASS et la L.AS remplaceront la PACES. Entre les deux, quel cursus choisir ? Existe-t-il une voie royale ?

Vous rêvez d’intégrer les filières MMOPK (maïeutique, médecine, odontologie, pharmacie, kinésithérapie) ? Mais pour quel cursus opter ? Avant de vous décider, il va falloir vous pencher sur la réforme des études de santé.

Après la suppression de la PACES (première année commune aux études de santé) actée pour la rentrée 2020, vous avez désormais le choix entre deux principales voies d’accès : le parcours spécifique "accès santé" (PASS) ou une licence avec option "accès santé" (L.AS). 35 PASS et 450 L.AS sont répertoriés en France, dont 162 en sciences, technologies, santé ; 44 en droit, 44 en SES (sciences économiques et sociales), 94 en humanité, 25 en psychologie et 17 en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives)

Sachez que ces deux filières d'accès aux études médicales seront contingentées. 70% de places seront réservées aux élèves issus d’une première année avec une majorité d'enseignements en santé. Et 30% aux étudiants issus de L.AS.

Lire aussi

PASS ou L.AS : pas de voie royale

Jusqu’à présent, environ 80% des 60.000 candidats buttaient chaque année sur le concours couperet de la PACES. Même si le nombre d’étudiants admis en deuxième année de médecine, dentaire, pharmacie, maïeutique ou kiné risque d’être revu à la hausse, la sélection restera toujours drastique. Alors vous vous demandez forcément, entre le PASS et la L.AS, quel est le meilleur choix pour optimiser ses chances de réussite ?

"Il n’y a pas de voie royale, choisissez celle où vous pouvez le plus vous épanouir en première année et où vous avez le plus de chances de réussir", estime Hadrien Thomas, le président de la Fédération nationale des étudiants en kinésithérapie (FNEK).

Optez pour le PASS, si vous êtes très bons en sciences fondamentales et convaincus d'avoir la vocation pour ces métiers. Bref, "si vous voulez faire MMOPK à tout prix, indique Roxane Hellandsjö-Prost, la présidente de l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF). Et choisissez votre mineure, avec soin", Car en PASS, vous devrez, effectivement, vous déterminer pour une "mineure" dans une autre discipline.

Objectif : faciliter la réorientation. Si vous ne passez pas le cap de la sélection, vous pourrez poursuivre les études en licence de votre "mineure". Alors "choisissez la en fonction de la filière dans laquelle vous êtes prêt à vous réorienter par la suite", recommande Roxane Hellandsjö-Prost.

Lire aussi

La L.AS, une bonne option si vous avez des hésitations

La L.AS est un bon choix notamment pour les étudiants qui sont tentés par plusieurs voies. "Si vous hésitez entre la psychologie et la médecine par exemple, la L.AS de psychologie avec une mineure santé, vous permettra de vous assurer que la santé vous intéresse vraiment, poursuit la présidente de l'ANEMF. Si c'est le cas, vous pourrez candidater en deuxième année des filières MMOPK. Sinon, vous poursuivrez votre cursus en psychologie".

Et surtout, n'oubliez pas que d'autres voies existent pour accéder aux métiers de la santé, comme les masters dispensés par les facultés de pharmacie (en biostatistique, bio-informatique et santé, pharmacologie, modélisation… ), rappelle Kevin Bouchenak, en charge de l’enseignement supérieur à l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF).

"Vous pourrez enchaîner par un doctorat portant sur des domaines reliés directement aux pathologies humaines, la virologie, bactériologie… Ceux qui travaillent dans les unités de recherche ne sont pas forcément issus des études de santé et pourtant leur travaux contribuent au secteur". Bref, restez ouverts !

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !