1. Supérieur
  2. Sciences po
  3. Avec son collectif d'action sociale, cette étudiante cherche à créer des ponts avec les migrants
Portrait

Avec son collectif d'action sociale, cette étudiante cherche à créer des ponts avec les migrants

Envoyer cet article à un ami
Nouchine est étudiante en dernière année de Sciences po Strasbourg. // © Delphine Dauvergne
Nouchine est étudiante en dernière année de Sciences po Strasbourg. // © Delphine Dauvergne

ELLE VA FAIRE LA UNE. Nouchine, 23 ans, a participé à la création d’un collectif pour l’action sociale avec d’autres étudiants lorsqu’elle était à Sciences po Aix. Sa mission : venir en aide et échanger avec des réfugiés.

Étudiante en dernière année à Sciences po Strasbourg, Nouchine, 23 ans, a commencé son cursus par une prépa littéraire, avant d'intégrer Sciences po Aix, directement en deuxième année. "J'ai notamment choisi cet IEP (institut d'études politiques) car il avait un partenariat avec une université berlinoise dans laquelle je voulais passer ma troisième année du cursus", explique-t-elle.

Pour sa cinquième année, souhaitant se rapprocher de l'Allemagne, elle réussit à intégrer le master affaires européennes, internationales, stratégies, spécialité politiques européennes et franco-germaniques de Sciences po Strasbourg. Une passerelle que peu d'étudiants obtiennent au vu des conditions à rassembler.

Lire aussi : L'Allemagne, une destination accueillante pour les étudiants étrangers

Engagée auprès des demandeurs d'asile

Nouchine apprécie "le côté historique de l'Allemagne, mais aussi le dynamisme de Berlin". Elle s'intéresse aussi à l'histoire des migrants. L'étudiante a réalisé son mémoire d'études de quatrième année à Sciences po Aix sur ce sujet, ainsi qu'un stage et du bénévolat dans un CADA (centre d'accueil pour demandeurs d'asile) à Marseille.

En mai 2016, avec un groupe d'amis de Sciences po Aix, elle décide de créer un collectif pour l'action sociale à Aix-en-Provence. Cette association étudiante est née suite "au constat d'un manque d'incubateur social pour fédérer les initiatives locales isolées existantes, mais aussi pour insérer l'IEP dans la société, la vie concrète de la ville".

Le collectif de 80 bénévoles est structuré en plusieurs pôles thématiques. Nouchine s'est concentrée sur celui dédié aux réfugiés et demandeurs d'asile, qui a organisé des cours de FLE (français langue étrangère) donnés par des étudiants bénévoles au CADA de Marseille. Nouchine a également participé à l'organisation d'événements plus ponctuels, comme une journée d'activités participatives sur l'exil, en janvier 2017.

Son engagement lui semble "naturel". "C'est important d'utiliser ses capacités au service des autres. J'aime l'idée de partage, de rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi d'essayer de changer le monde à son échelle", confie-t-elle.

Lire aussi : Ma vie d'étudiant réfugié : "Paris est immense mais je me sens en sécurité ici"

Lauréate de "La parole aux étudiants"

En 2016, Nouchine a fait partie de la centaine de jeunes lauréats de l'appel à idées "La parole aux étudiants". Elle a ainsi été invitée aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence pour participer à un groupe de travail sur la problématique : "Que faire face au choc migratoire ?".

"Nous venions de monter l'association. J'espérais pouvoir profiter de cet endroit pour obtenir des soutiens financiers, mais cela a été surtout l'occasion de se faire un réseau entre jeunes, tout en s'entraînant à présenter notre projet", raconte l'étudiante. L'idée qu'elle a développée aux rencontres est celle qu'elle essaie de mettre en pratique avec son collectif : "Entrer dans une relation d'égal à égal avec les demandeurs d'asile. Ils ont autant de choses à nous apprendre que nous à leur égard. On peut imaginer les inviter à certains cours sur l'international ou encore organiser des tandems pour apprendre la langue de l'autre". Pour ce faire, elle souhaiterait "plus de relations entre les CADA et les universités".

En stage de fin d'études au centre de recherche et de documentation de la CNDA (Cour nationale du droit d'asile), Nouchine envisage de travailler dans une institution européenne sur les questions d'immigration. Autre option : un service civique en Allemagne. En effet, elle n'exclut pas à terme un poste à l'étranger, peut-être également au Niger, où une partie de sa famille habite.

Participez à votre tour à "La parole aux étudiants"

La parole aux étudiants est un appel à idées lancé auprès des jeunes de 15 à 28 ans. Il permet à 100 d'entre eux de pouvoir participer aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, tous frais payés. Vous avez jusqu'au 2 avril 2017 pour envoyer votre essai (maximum 5 pages), sur le thème : "De quelle nouvelle prospérité serez-vous les acteurs ?". Les trois premiers lauréats recevront également un prix de 1.000 €.

Pour aller plus loin : Sonia Ben Ali, porte-voix des réfugiés urbains / Héloïse Nio crée une école pour former les refugiés à la langue française / Wintegreat ou comment deux étudiants de l'ESCP accompagnent les réfugiés / Sciences po : 10 conseils pour réussir votre entrée en master