1. Concours commun des IEP : "Entre la préparation au bac et à Sciences po : c'est un processus d'auto-renforcement"
Interview

Concours commun des IEP : "Entre la préparation au bac et à Sciences po : c'est un processus d'auto-renforcement"

Envoyer cet article à un ami

Ça bouge à Sciences po ! Letudiant.fr suit pour vous les nouveautés des IEP (Instituts d'études politiques) : réforme des concours, ouverture des inscriptions, nouveaux campus... Un bon complément à nos dossiers pratiques. Voici les actualités 2010 - 2012.

Gilles POLLET, directeur de Sciences po LyonDirecteur de l’IEP de Lyon, Gilles Pollet a présidé en 2009-2010 le jury du concours commun à 6 instituts d'études politiques de province (Aix, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse). Son établissement était le coordinateur du concours. Avant de passer la main à l’IEP de Rennes, il en tire le bilan pour letudiant.fret donne ses conseils aux nouveaux candidats.

 

  

 
Après trois éditions, quel bilan tirez-vous du concours commun ?
 

Très positif ! Ce concours à 6 est bien entré dans le paysage. Nous avons une légère progression du nombre de candidats en 2010. Nous approchons ainsi les 10.000 candidats, pour 1.100 places ouvertes. Les procédures sont calées, les participants se répartissent bien entre les sites.
Néanmoins, nous avons encore quelques améliorations à apporter. Par exemple la gestion de la liste complémentaire. Nous avons déjà mis en place un système automatique, plus efficace qu’avant, lorsque nous devions rappeler au téléphone les candidats au fur et à mesure des choix et désistements.
Désormais, les candidats suivent leur dossier en ligne avec un système d’alerte, mais ils doivent bien avoir en tête le timing. Les candidats ont une période d’attente [entre fin juillet et début septembre, NDLR] où ils peuvent dire : je prends tel IEP, sauf si le choix que j’ai mieux classé se libère [ils ont en effet classé par ordre de préférence les 6 instituts, NDLR]. Si vous ne validez pas dans les temps, vous pouvez garder votre choix antérieur... Nous avons dû ainsi repêcher quelques jeunes qui n’avaient pas eu le temps de répondre en temps et en heure. A noter tout de même : beaucoup de candidats obtiennent leur premier choix [68% en 2009, NDLR].
 

Prévoyez-vous d'autres initiatives avec les cinq autres IEP ?
 

Nous avons le projet de mettre en place une fondation. L’association de préfiguration pourrait être lancée dès 2011. Notre objectif est donner plus de visibilité au réseau des 6 IEP, en France et à l’international. L’idée est également de travailler ensemble sur certaines thématiques, comme l’égalité des chances.
Enfin, nous souhaitons mettre en commun et promouvoir certaines spécialisations. Par exemple en mettant ensemble une matière, comme les relations internationales Est-Ouest, sur un seul IEP où nous enverrions les étudiants des 6 instituts.

 
Quels conseils donneriez-vous à un lycéen qui souhaite passer le concours commun ?
 

Je lui rappellerais tout d’abord que nos épreuves sont proches des thématiques et des programmes de première et terminale. C’est donc un processus d’auto-renforcement : en travaillant le concours, vous réussirez mieux votre bac et inversement.
Mon deuxième conseil : allez sur le site de la préparation en ligne "Tremplin" [spécialement dédiée au concours des 6 IEP, NDLR] et voyez dans quelle mesure vous pouvez la suivre. Ceux qui vont au bout de cette prépa ont deux fois plus de chances de réussir à intégrer un IEP que les autres candidats ! C’est un vrai sésame. Cela permet aussi de rompre le côté « tous contre tous » du concours, avec une dynamique collective, notamment grâce aux forums de discussion en ligne. Cela réduit ainsi l’impression d’être tout seul.

 

Quel est le profil de ceux qui réussissent ?
 

Il s'agit majoritairement de bacheliers ES, suivis des scientifiques puis des littéraires. Ce sont des lycéens qui ont des mentions au bac, ce qui montre la très forte corrélation entre réussite au bac et au concours. Nous accueillons majoritairement des filles, à hauteur de 60 %. Enfin, il s'agit de jeunes intéressés par les questions de société et aussi internationales, avec une certaine curiosité intellectuelle et une ouverture aux autres. Ils n'ont souvent pas d'idée très précise de ce qu’il veulent faire comme métier et souhaitent se donner plus de temps en intégrent un IEP.


Les chiffres du concours commun : le profil des admis (2009)

Venant de la filière ES  53.01 %  Mention Très bien 46.61 %
Venant de la filière S 31.04 % Mention bien 40.02 %
Venant de la filière L 15.85 % Mention Assez bien 11.08 %