1. Ma vie d'étudiante à Sciences po Bordeaux : Julie, étonnée par l'importance de l'oral
Témoignage

Ma vie d'étudiante à Sciences po Bordeaux : Julie, étonnée par l'importance de l'oral

Envoyer cet article à un ami
Avec les années, Julie a appris à intervenir davantage en cours. // © Flore-Aël Surun/Tendance floue pour l'Etudiant
Avec les années, Julie a appris à intervenir davantage en cours. // © Flore-Aël Surun/Tendance floue pour l'Etudiant

Julie, 21 ans, en quatrième année à Sciences po Bordeaux, raconte ses débuts à l'IEP et donne ses conseils pour réussir.

"Quand j'ai réalisé la place accordée à l'oral dans notre évaluation, ce fut un choc", témoigne Julie, étudiante en quatrième année à Sciences po Bordeaux. "Toutes nos conférences de méthode [l'équivalent des TD à l'université] tournent autour des exposés", explique-t-elle. Avec les examens de mi-semestre, les fameux "galops d'essai", ils constituent la marque de fabrique d'une scolarité à Sciences po.

Lire aussi :  Sciences po : les IEP au banc d'essai

Savoir tenir 10 minutes à l'oral

Dans chaque matière, les étudiants doivent développer une réflexion sur un sujet précis, en organisant leur pensée en "deux parties, deux sous-parties", et en respectant une durée de prise de parole, en général dix minutes. "Au début, cela m'a complètement déstabilisée", raconte Julie, pour qui le premier exposé fut "une catastrophe". "Les étudiants ont souvent tendance à être trop longs. Moi, ce fut l'inverse, se souvient-elle. Je voulais tellement aller à l'essentiel que j'avais fini au bout de six minutes !" La jeune femme de 21 ans souligne aussi que la participation pendant les conférences est prise en compte dans la note finale. "Cette attitude n'est pas forcément naturelle, mais c'est un pli à prendre. Dès la troisième année, nous intervenons beaucoup plus !"