1. Supérieur
  2. Sciences po
  3. Sciences po Bordeaux : une nouvelle filière internationale franco-marocaine
Boîte à outils

Sciences po Bordeaux : une nouvelle filière internationale franco-marocaine

Envoyer cet article à un ami

Ça bouge à Sciences po ! Letudiant.fr suit pour vous les nouveautés des IEP (Instituts d'études politiques) : réforme des concours, ouverture des inscriptions, nouveaux campus... Un bon complément à nos dossiers pratiques. Voici les actualités 2010 - 2012.

Sciences po Bordeaux se met à l’heure marocaine. L’IEP a signé un accord avec l’université de Mundiapolis (Casablanca) afin de mettre en place ensemble une filière intégrée. Inaugurée le 11 juin 2010, celle-ci s’ajoute aux cinq filières internationales de l’IEP avec l’Espagne, l’Italie, le Royaume Uni, le Portugal et l’Allemagne.

Les étudiants recrutés au sein de ces cursus effectuent une scolarité alternée : une année à l’IEP bordelais, une année dans l’établissement étranger, et ce pendant les cinq années d’études. Les promotions sont mixtes, avec en général 10 étudiants de chaque pays.

Pour le démarrage de cette filière internationale de sciences politiques au Maroc (FIFMA), 5 étudiants de chaque pays devraient participer. La première rentrée aura lieu en 2011 à l'IEP. Côté bordelais, le recrutement sera ouvert dès l’an prochain. La sélection s’effectue sur concours (en avril)  puis entretien (à la fin mai), ouverts aux candidats à bac+0 ou bac+1. La connaissance de la langue arabe ne sera pas exigée.

Côté marocain, le recrutement s’effectuera également sur concours, organisé à Mundiapolis avec l’appui de Sciences po Bordeaux. Les étudiants marocains et africains candidatent dès maintenant pour suivre d'abord une année préparatoire, qui leur permettra ensuite de rejoindre la filière.

A la clé de ce cursus : deux diplômes, celui de l’IEP et celui de l’université de Mundiapolis.

L’université de Mundiapolis
Pour l’instant axée sur les sciences de l’ingénierie et le management, l’université de Mundiapolis (Casablanca) va ainsi élargir son offre de formation aux SHS (Sciences humaines et sociales) avec une filière en sciences politiques. Première université privée ouverte au Maroc à la rentrée 2009, elle compte 1.150 étudiants et abrite deux laboratoires de recherche. Voir le site de l’établissement.