Inscriptions, mode d'emploi

publié le 12 Novembre 2008
9 min
Formations paramédicales

Accrochez-vous ! La plupart des formations paramédicales sont accessibles sur concours et mènent en trois ou quatre ans à un diplôme d’État (DE). Et si vous misez sur un BTS ou un DUT, vous n’échapperez pas non plus à la sélection !

Écoles sur concours
Que vous souhaitiez devenir infirmier, kinésithérapeute, psychomotricien, orthoptiste, pédicure podologue, orthophoniste, ergothérapeute, audioprothésiste, manipulateur radio ou technicien en laboratoire, il vous faudra d’abord réussir un concours d’entrée. Le nombre de places est fixé chaque année par l’État. En 2008, par exemple, il était de 30 282 pour les infirmiers. Pour autant, l’organisation des concours n’est pas nationale. Chaque établissement, public ou privé, organise ses épreuves en respectant un programme qui, lui, est national. Il vous est donc possible de tenter votre chance dans plusieurs écoles, parfois via des sélections communes. Des sélections communes commencent d’ailleurs à voir le jour. Enfin, vous pouvez également concourir dans des spécialités différentes mais dont les épreuves sont proches (kinésithérapeute et ergothérapeute, par exemple). Seul le calendrier des concours peut vous limiter.

Conditions d’admission. S’il suffit d’avoir le bac pour s’inscrire aux concours, dans les faits, la plupart des étudiants passent d’abord par une année préparatoire en école ou à l’université. Du reste, certaines écoles, notamment 21 IFMK (instituts de formation des masseurs-kinésithérapeutes), ne recrutent qu’à l’issue d’une première année de médecine. Enfin, si les profils scientifiques sont les plus adaptés dans la plupart des spécialités, les littéraires ont l’avantage en orthophonie.

Quand s’inscrire ? Renseignez-vous au plus tôt sur le calendrier exact des inscriptions.
Quel que soit le concours, elles se font toujours auprès de l’école :
- dès novembre dans certaines formations d’orthophonie, les épreuves se déroulant en mars ;
- en janvier le plus souvent, les épreuves ayant lieu entre avril et juin ;
- en juillet dans certains IFSI (instituts de formation en soins infirmiers) qui organisent une deuxième session de recrutement en octobre en plus de celle du mois de mars.

Coût. Pour participer aux concours, il faut compter entre 35 € et 160 € de frais de dossier pour les concours eux-mêmes, et entre 20 € et 30 €, pour les sélections sur dossier. Ensuite, selon le statut de l’établissement, privé ou public, les frais de scolarité peuvent aller de la gratuité à 7.900 € par an.

Les BTS et les DUT
Une dizaine de BTS et DUT permettent d’exercer des professions paramédicales. Il s’agit des BTS diététique, analyses de biologie médicale, opticien-lunetier, prothésiste-orthésiste ou podo-orthésiste, ou du DUT génie biologique. Là encore, les capacités d’accueil sont limitées et l’entrée très sélective, même si elle s’effectue sur dossier et non plus sur concours. Toutefois, selon un arrêté daté du 8 août 2008, les écoles préparant au diplôme de laborantin d’analyses médicales sont à présent autorisées à sélectionner leurs étudiants à la suite du concours organisé en fin de PCEM 1.

Conditions d’admission. L’ensemble des BTS s’adressent plutôt à des bacheliers scientifiques (ceux de l’année sont prioritaires dans le public). Pour être admis, le plus sûr moyen est de pouvoir présenter un dossier scolaire équilibré, contenant de bonnes appréciations et faisant la preuve de votre assiduité en cours. Une lettre de motivation témoignant d’un réel projet professionnel pourra vous permettre de décrocher l’entretien. Si vous obtenez une mention au bac, n’hésitez pas à solliciter à nouveau un établissement qui vous aurait refusé une première fois. Des places peuvent se libérer entre juillet et septembre. En IUT et à l’université, les conditions d’admission sont similaires.

Quand s’inscrire ? Pour intégrer un BTS, vous avez tout intérêt à multiplier les dossiers de candidatures :
- dès janvier dans les lycées publics ;
- les inscriptions sont plus tardives dans le privé, mais plus vous vous y prendrez tôt, plus vous aurez de chances d’avoir une place ;
- de la deuxième quinzaine de février à fin avril en IUT, par Internet ou en s’adressant directement aux établissements ;
- jusqu’en juin à l’université.

Coût. 169 € l’année en IUT et en licence. Selon le statut de l’établissement en BTS (gratuité dans les STS publiques, de 300 à 900 € dans les STS privées sous contrat, jusqu’à 6.000 € dans les STS privées hors contrat). Mais ces frais de scolarité ne seront pas à votre charge si vous optez pour une formation en apprentissage.

Etudes médicales

Filière d’excellence s’il en est, seuls 16 % des inscrits en première année de médecine (PCEM1) réussissent le concours. Ils ont normalement accès à trois filières (médecine, dentaire, sage-femme), mais le nombre de places est très limité : 7.340 en médecine, 1.047 en dentaire, 1.015 en sage-femme en 2007-2008, pour plus de 46.000 inscrits ! Mais sachez que si l’État fixe le nombre de places en deuxième année, chaque université détermine son programme, les matières enseignées, le contenu et la forme des épreuves. Certaines vous seront donc plus favorables que d’autres ! A noter : à l’été 2008, le ministère de l’Enseignement supérieur a parlé d’intégrer la première année de pharmacie, pour le moment à part, à PCEM 1. Rebaptisée première année commune de santé, celle-ci serait organisée en deux semestres : le premier composé de cours en tronc commun, le second d’enseignements spécifiques à chaque filière. A la fin de l’année, les étudiants pourraient passer quatre concours distincts.

Conditions d’admission. Tous les bacheliers peuvent s’inscrire quelle que soit leur série. Mais, sans le bac S, les chances de réussir le concours sont très faibles. 93 % des étudiants en 2007 étaient issus de la filière scientifique en première année. Ce pourcentage s’élève à 99 % en deuxième année.

Quand s’inscrire ? Les modalités d’inscription sont susceptibles de varier selon les académies et les universités. Les pré-inscriptions se font généralement à partir du mois de mars via les sites Internet académiques, avec une inscription administrative après l’obtention du bac.

Coût. Il faut compter 452 € pour la préparation du diplôme d'Etat de docteur en médecine.

Formations du secteur social

Comme dans le secteur paramédical, la plupart des métiers du social s’exercent à condition de décrocher un DE (diplôme d’État). En deux ou trois ans après le bac, il en existe pour chaque métier : DEASS (diplôme d’État d’assistant de service social), DEEJE (diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants)… Ils sont délivrés par les écoles de travail social qui recrutent sur concours. Le BTS économie sociale et familiale et le DUT carrières sociales complétés par une troisième année peuvent également vous mener aux différents DE. À vous de voir quel contexte de formation vous correspondra le mieux.

Conditions d’admission.
Les écoles de travail social recrutent à bac ou équivalent. Pour les non-bacheliers, les DRASS (directions régionales de l’action sanitaire et sociale) organisent un examen de niveau qui autorise ensuite à concourir dans les écoles du secteur.

Quand s’inscrire ?
Là encore, la meilleure stratégie est de multiplier les candidatures :
- dès le mois d’octobre et jusqu’en janvier-février dans les écoles de travail social (parfois jusqu’en décembre seulement) ;
- dès janvier dans les BTS publics ;
- à partir de janvier dans les BTS privés ;
- de janvier à mai en IUT, par télématique ou en s’adressant directement aux établissements ;
- à partir de mars à l’université.

Coût.
Autour de 500 € par an pour les écoles d’assistant de service social et 150 € de frais de concours ; en moyenne 600 € par an pour les écoles d’éducateurs de jeunes enfants (+ 150 € de frais de concours) ; entre 400 et 1.000 € pour les écoles d’éducateurs spécialisés (+ 150 € de frais de concours) ; autour de 170 € à l’université ou en IUT, variable en BTS (gratuité dans les STS publiques, de 300 à 900 € dans les STS privées sous contrat, jusqu’à 4.000 €, voire plus, dans les STS privées hors contrat).

Carole Gibrat

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !