1. PACES : les tutorats, alternatives aux prépas privées, reçoivent leurs médailles
Décryptage

PACES : les tutorats, alternatives aux prépas privées, reçoivent leurs médailles

Envoyer cet article à un ami
D'or, d'argent ou de bronze, les tutorats de PACES sont tous gagnants. // © plainpicture/amanaimages/Clover
D'or, d'argent ou de bronze, les tutorats de PACES sont tous gagnants. // © plainpicture/amanaimages/Clover

Or, argent ou bronze ? Les associations nationales des étudiants en médecine et pharmacie ont décerné, le 7 avril, les agréments 2017 aux tutorats en PACES. Leur objectif : renforcer leur crédibilité face aux prépas privées et convaincre les étudiants (et leurs parents) de la qualité du service proposé.

Quelque 44.000 étudiants sur les 58.000 inscrits chaque année en PACES (première année commune aux études de santé) suivent un tutorat. Et chaque année, près de 4.000 tuteurs, étudiants en 2e ou 3e année de médecine ou de pharmacie, les aident à se préparer au mieux aux concours des quatre filières médicales : médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique, et parfois kinésithérapie.

Concrètement, la préparation aux concours consiste en des travaux dirigés, des colles, des concours blancs, la mise à disposition de polycopiés… Son objectif : limiter l'impact des inégalités sociales dans la réussite aux concours en proposant une alternative gratuite aux prépas privées, dont le coût, selon l'ANEMF (Association nationale des étudiants en médecine de France), oscille entre 1.500 et 3.000 € l'année.

Lire aussi : PACES : le tutorat, alternative gratuite à la prépa privée

Le soutien du ministère

De fait, un tutorat existe désormais dans la totalité des universités proposant une PACES et bénéficie du soutien des doyens, des enseignants, et même de celui du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche depuis cette année ! "Le soutien du ministère est crucial pour convaincre les étudiants et les parents de la qualité du service proposé par rapport à l'offre des prépas privées", souligne Julien Li, responsable des tutorats à l'ANEMF. L'étudiant en médecine aimerait d'ailleurs aller encore plus loin : "Beaucoup d'étudiants découvrent l'existence du tutorat au moment de leur inscription. Nous aimerions pouvoir les informer bien plus en amont, en allant dans les lycées. Les tuteurs doivent devenir les ambassadeurs officiels de la PACES", conclut-il.

L'autre objectif de l'ANEMF et de l'ANEPF (Association nationale des étudiants en pharmacie de France) est de mieux valoriser le travail réalisé par les tuteurs. 31 tutorats ont d'ores et déjà mis en place une formation qui leur est destinée et certaines universités, comme à Nantes ou Angers, leur permettent de valider via cet engagement une unité d'enseignement optionnelle. Une initiative qu'il faudrait généraliser au niveau national, selon Julien Li.

36 tutorats sur le podium

Pour gagner en légitimité et témoigner de la professionnalisation du tutorat, une procédure d'agrément a été lancée en 2014 par l'ANEMF et l'ANEPF. Son objectif : distinguer les tutorats les plus aboutis en leur décernant un agrément d'or, d'argent ou de bronze. Une procédure qui s'est déroulée, cette année, le 7 avril 2017. "Il ne s'agit en aucun cas d'établir un classement ou une hiérarchisation entre eux mais de montrer que l'on se situe dans une logique permanente d'amélioration", insiste Julien Li.

En 2017, 36 tutorats ont participé à la procédure et le jury a décerné 19 agréments or (soit quatre de plus qu'en 2015), 12 agréments argent (un de plus), 3 agréments bronze (trois de moins) et 2 sont en cours d'obtention agrément.

Le bien-être des étudiants pris en compte

Parmi les critères retenus et rapportant le plus de points aux tutorats : l'implication du corps professoral de la fac dans la conception des épreuves, l'exhaustivité des matières proposées, l'organisation d'une prérentrée (proposée dans 33 facs), ou encore le prix d'accès au tutorat (20 tutorats sont entièrement gratuits).

Cette année a par ailleurs été marquée par l'arrivée de nouveaux critères tels que la mise en place de dispositifs favorisant la santé et le bien-être des étudiants. C'est le cas des facultés de Limoges et Toulouse qui proposent désormais des séances de sophrologie ou d'hypnose. 

Facultés

Jury 2015

Jury 2017

Amiens Bronze Argent
Angers Or Or
Besançon Bronze Argent
Bordeaux Or Or
Brest Argent Argent
Caen Or Or
Auvergne - Clermont 1 Argent Or
Corte Ne participait pas Bronze
Bourgogne - Dijon Or Or
Grenoble 1 Argent Argent
La Réunion En cours NC
Lille 2 (pharmacie) En cours En cours
Insitut catholique de Lille Or Argent
Limoges Or Or
Lyon-Est Or Or
Lyon-Sud Argent Or
Aix-Marseille Argent Argent
Montpellier (médecine) Or Or
Montpellier (pharmacie) Or Or
Lorraine Argent Or
Nantes Or Or
Nice Or Or
Nîmes Or Or
Paris 5 - Descartes Argent Argent
Paris 6 - UPMC Argent Or
Paris 7 - Diderot Or Or
UVSQ (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) Argent Argent
Paris 11 - Paris-Sud Bronze Or
Paris 12 - UPEC Bronze Argent
Paris 13 - Bobigny En cours Bronze
Poitiers Argent Argent
Rennes 1 Or Argent
Reims Bronze Bronze
Rouen Bronze Argent
Strasbourg Ne participait pas En cours
Toulouse 3 Argent Or
Tours Or Or