Université : le guide pour s’engager dans une association étudiante

Par Amélie Petitdemange, publié le 23 Septembre 2022
7 min

Rejoindre une association étudiante a toujours du sens. En arrivant à l'université, c'est une occasion de rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi de défendre une cause et d’acquérir de nouvelles compétences.

À l’occasion de cette nouvelle rentrée, pourquoi ne pas vous engager dans une association étudiante ? "Intégrer une association est idéal pour créer du lien quand on arrive à la fac. Cela permet de rencontrer d'autres personnes et de se sentir moins perdu sur son campus", explique Christophe Gaydier, président étudiant du réseau d’associations Animafac.

C'est aussi l'occasion de "participer à un projet qui correspond à ses valeurs, voire de changer les choses qui ne nous plaisent pas sur notre campus", précise l'étudiant.

1. Intégrer une association étudiante pour quoi faire ?

La première étape avant de s’engager est de se demander pourquoi vous voulez rejoindre une association étudiante. Pour faire des rencontres ? Pour monter en compétences ? Pour changer des choses qui ne vous conviennent pas ? Christophe était par exemple engagé dans une association bordelaise pour réduire les déchets et créer du lien sur son campus. "Ça m’a permis d’acquérir des compétences que je n’aurai pas acquises pendant mes études, comme la gestion, la communication et le travail en équipe", raconte-t-il.

Rayan Saïbi, étudiant en droit, a rejoint l'association Assas LGBT+ dès le début de ses études. "Je voulais m'investir pour une association qui avait du sens et dont je partageais les valeurs. J'ai subi de la LGBT-phobie et j'ai aussi assisté à des actes de ce type envers d'autres personnes. C'était donc logique de défendre les idées de cette association", explique le jeune homme. Désormais vice-président de l'association, il a acquis des compétences relationnelles, d’organisation et d'argumentation.

Mathieu Adenot a aussi rejoint une association dès sa première année de licence de chimie. "Cela m'a fait sortir de la bulle de la promo et rencontrer des étudiants d’autres filières", se souvient-il. Le tiers lieu ouvert par l'association LieU'topie à Clermont Ferrand (63), avec notamment une épicerie solidaire et une programmation culturelle, l'a tout de suite convaincu. Six mois après avoir intégré l'association, il est entré au conseil d'administration.

Quatre ans plus tard, Mathieu est co-président. "J'ai développé un grand réseau, qui n'est pas en lien avec le droit mais très intéressant en termes de valeurs", explique l'étudiant. Il a par ailleurs acquis des compétences de relations humaines en réalisant régulièrement des des recrutements de salariés pour l'association.

Lire aussi

2. Se renseigner sur les associations de votre université

Une fois au clair avec vos envies, passez à la phase d’information. Vous pouvez vous renseigner dans les forums de rentrée de l'université afin de rencontrer les associations.

Une autre possibilité est d’entrer en contact avec elles sur les réseaux sociaux, où vous trouverez de nombreuses informations. Il est aussi opportun de se rapprocher du service de la vie étudiante, qui répertorie toutes les associations du campus.

3. Discuter avec les membres de l'association

Pour trouver l'association qui vous convient le mieux, n'hésitez pas à vous rapprocher des membres associatifs. Et, pour mieux comprendre ce qu’ils font concrètement, participez à des évènements.

"L'essentiel, c'est de vous sentir bien dans l'association, d'apprécier son ambiance et de partager son projet", affirme Mathieu. Rayan insiste aussi sur les valeurs communes : "Quand on est en première année de licence, on a tendance à suivre les autres pour se faire un groupe d'amis. Je conseille de plutôt s'écouter. Si une association vous plait, allez-y même si vous êtes seul. Il faut se tourner vers quelque chose qui à du sens pour soi, où on apporte quelque chose à l'université, et même à la société." Vérifiez aussi que vous ne serez pas surchargé. Vous pouvez informer l'association du temps dont vous disposez.

Lire aussi

4. Choisir la thématique de l'association étudiante

"Les diverses thématiques permettent à chacun de s’y retrouver", assure Christophe Gaydier d'Animafac. De nombreuses options s’offrent à vous dans le domaine de la transition écologique, avec par exemple le RESES (Réseau étudiant pour une société écologique et solidaire) ou l’association CLOPE, à Montpellier (34), qui crée des projets contre les mégots dans les rues.

Vous trouverez aussi des associations créatrices de lien, comme le club Nouveau jeu à Paris, qui favorise le lien social par le jeu. D’autre agissent pour la santé mentale, comme Nightline, ou contre la discrimination, comme MEUF (Mouvement étudiant universel féministe) à Bordeaux (33).

Certaines associations sont aussi spécifiques à des filières. À Strasbourg (67) par exemple, le MASSS (Mouvement associatif en sciences sociales de Strasbourg), favorise l’intégration des nouveaux en début d’année, organise des parrainages et aide à entreprendre des projets. Et bien sûr, des associations sont dédiées à la culture, au sport ou encore à l’international.

5. Devenir membre de l'association

Une fois votre choix arrêté, vous n’avez plus qu’à vous inscrire. En général, aucune sélection n’est faite. Il suffit de demander à l’association d’adhérer. Vous devrez souvent payer une cotisation annuelle qui varie selon l’association, cela peut être un prix libre ou un prix fixe. Vous pourrez ainsi participer à ses événements, à ses actions, aux rencontres et aux échanges.

Si vous désirez vous investir davantage, vous aurez l'opportunité de rejoindre le bureau de l’association. Pour cela, il faut se faire élire lors de l’assemblée générale. "Elle est souvent organisée à la rentrée, justement pour que les nouveaux puissent prendre des responsabilités", pointe le président d'Animafac. Plusieurs postes sont possibles : secrétaire, trésorier, président…

Lire aussi

6. Trouver l'équilibre entre engagement associatif et les cours à la fac

Dans ce cas, vous consacrerez plus de temps à l'association. Mathieu dédie par exemple une vingtaine d'heures à LieU'topie. Pour autant "ne vous mettez pas la pression", prévient Rayan. Vice-président d'Assas LGBT+, il est aussi président de CAELIF (Collectif des associations étudiantes LGBT d’Ile-de-France). "C’est parfois compliqué de s’engager tout en réussissant ses examens. Au premier semestre, j'ai un peu négligé mes cours pour les associations. Il ne faut pas avoir peur de se mettre en retrait pour travailler, c'est ce que j'ai fait au deuxième semestre", témoigne-t-il.

Vous pouvez par ailleurs faire reconnaitre cet engagement associatif par votre université. Le dispositif de "bonus" engagement étudiant permet en effet d’obtenir un aménagement d’emploi du temps, des crédits ECTS ou encore des points supplémentaires.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une engagement et vie associative

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !