Quelles sont les grandes associations étudiantes ?

Par Oriane Raffin, publié le 07 Septembre 2020
4 min

Actrices centrales de la vie des campus, les associations étudiantes foisonnent d’offres et d’initiatives. Pas toujours évident de se retrouver dans la jungle des possibles… Tour d’horizon des grandes structures nationales.

Dans son annuaire des associations étudiantes, Animafac (réseau national qui accompagne et promeut l'engagement des étudiants) recense plus de 4.000 structures associatives différentes, uniquement parmi celles qui sont actives dans ses réseaux. Certaines de ces associations étudiantes sont nationalement connues, d’autres sont plus spécifiques. Autant dire que vous avez de quoi faire !

Les associations "représentatives"

Premier type de structure associative étudiante : "Les organisations représentatives qui ont vocation à se présenter aux élections universitaires", présente Claire Thoury, déléguée générale d’Animafac. Ce sont celles qui siègent aux instances décisionnelles des facs ou des établissements, qui sont également présentes dans les comités des Crous, etc. Elles sont là pour représenter la voix des étudiants à ces différents niveaux – et plus globalement défendre leurs droits – un peu comme des syndicats pour les travailleurs, en quelque sorte.

Suivant les sensibilités de chacun, on se tournera plutôt vers l’Unef (union nationale des étudiants de France), l’Uni (union nationale inter-universitaire), le PDE (promotion et défense des étudiants), la Fage (fédération des associations générales étudiantes), Solidaires Etudiant-e-s… Bref, il y en a pour tous les goûts, avec généralement des délégations locales, voire par établissement.

Lire aussi

Les associations de filières

Autre type d’associations représentatives : celles dédiées aux étudiants d’une filière. "Ce qu’on appelle traditionnellement les corpo", résume Claire Thoury. Comme, par exemple, l’ANEPF (association nationale des étudiants en pharmacie de France) qui fédère des structures présentes sur les 24 UFR (unités de formation et de recherche) de pharmacie. Chez les futurs ingénieurs, on retrouvera le BNEI (bureau national des élèves ingénieurs) qui compte également 24 déclinaisons régionales. Les autres filières ne sont pas en reste : les étudiants en Staps se retourneront vers l’ANESTAPS (association nationale des étudiants en Staps), ceux en sciences sociales vers l'Ares (association représentative des étudiants en sciences sociales) …

Instances représentatives, elles se focalisent sur leurs filières, défendant leurs étudiants. Mais elles offrent également un regard sur la discipline, ses actualités, etc. Et peuvent participer à développer les échanges entre les établissements/UFR. Autre fonction : fédérer un réseau d'anciens et développer les échanges entre diplômés, dans une logique professionnelle.

Lire aussi

Les grandes associations nationales

Certaines structures pas spécialement étudiantes mais bien connues au niveau national peuvent avoir des déclinaisons sur les campus. C’est le cas par exemple d’Amnesty International ou de l’Unicef. Et même de certains partis politiques.

Lire aussi

Les réseaux d’associations à projets

Enfin, on retrouve ce que Claire Thoury appelle les "assos à projets", celles qui ont la volonté de suivre un (ou plusieurs) projet : monter un festival, gérer un potager, organiser un concours d’éloquence… "Elles sont plutôt dans la logique de se rassembler autour d’un projet qui peut avoir une dimension politique mais pas partisane."

Ces associations peuvent se retrouver au sein de réseaux de thématiques nationaux comme par exemple le REFEDD (réseau français des étudiants pour le développement durable), le réseau des Radios Campus, Engagé-e-s et Déterminé-e-s (associations de solidarité), EnActus, CoExister, Les Jeunes Européens, etc. Certains auront des déclinaisons locales, d'autres des associations membres à retrouver sur les campus.

Lire aussi

Articles les plus lus

Nos sélections d'offres de jobs étudiants

A la Une engagement et vie associative

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !