Présidentielle 2022 : les candidats préférés des 16-25 ans

Par Romain Burrel, publié le 04 Février 2022
6 min

SONDAGE EXCLUSIF. À moins de trois mois du premier tour de l’élection présidentielle, quels sont les candidats dont les jeunes se sentent les plus proches... ou les plus éloignés ? Découvrez les résultats de notre sondage l'Etudiant-Harris Interactive, "Présidentielle : les attentes des 16-25 ans".

La jeunesse sera-t-elle l'arbitre de la prochaine présidentielle ? Lors des précédentes élections, elle s’était fortement abstenue (34% des 18–24 ans ne s'étaient pas déplacés au second tour en 2017, un record). On la dit volontiers moins mobilisée par la chose politique, plus tentée par des formes d’engagement plus directes.

Mais quand il s’agit de traduire ses opinions en faveur d’un ou d’une candidate à la présidentielle, pour le ou la soutenir – voire de transformer son soutien en un bulletin de vote – c’est une autre paire de manches.

Lire aussi

Macron, Mélenchon et Le Pen incarnent le mieux les idées des 16–25 ans

Mais alors, de qui se sentent politiquement le plus proche les 16–25 ans ? Un trio de tête se détache clairement selon notre sondage l’Etudiant-Harris Interactive. Lorsqu’on leur demande de choisir quelle personnalité représente au mieux leurs idées dans cette campagne présidentielle, 19% des jeunes interrogés désignent le président sortant Emmanuel Macron, 16% Jean-Luc Mélenchon et 13% Marine Le Pen. Pour une partie de la jeunesse, le RN, ex-Front national, ne semble plus faire office de repoussoir.

À gauche, on note un léger "effet Taubira" sur la jeunesse. Près de 7% de 16–25 estiment que la récente gagnante de la Primaire populaire incarne le mieux leurs idées. Un chiffre qui monte même jusqu’à 11% lorsqu’on scrute la tranche d’âge 16–19 ans.

Les candidats qui représentent le mieux les idées des 16–25 ans

Loading...

Loading…

Pécresse et Jadot peinent à convaincre les plus jeunes

De son côté, la candidate des Républicains (LR) Valérie Pécresse peine à gagner la confiance des plus jeunes. Si selon les sondages, elle est actuellement créditée autour de 16–17% d’intention de vote, seuls 3% des jeunes sondés par Harris Interactive pour l’Etudiant estiment qu’elle incarne leurs idées. Plus handicapant encore, près de deux jeunes sur cinq interrogés estiment ne pas assez la connaître pour se prononcer (39%). La candidate LR souffre clairement d’un déficit de notoriété auprès des plus jeunes.

Autre surprise, si la jeune génération s’avoue volontiers préoccupée par les défis climatiques (les questions liées à l’environnement et au développement durable se hissent en tête des thèmes qui motiveront leur vote au premier tour), la candidature de Yannick Jadot est loin d'être une évidence pour incarner ces enjeux. En effet, le candidat EELV ne convainc que 2% des 16–25 ans sondés.

Lire aussi

Une jeunesse politiquement gagnée par le "ni-ni"

On se souvient qu'en 2017, le positionnement "ni droite-ni gauche" était le leitmotiv de la campagne d'Emmanuel Macron. En 2022, les 16–25 ans affichent une défiance encore plus grande envers la politique. Chez les jeunes, le "ni-ni" gagne du terrain : 34% des jeunes interrogés ne se situent ni à gauche, ni à droite. Chez les plus jeunes, les 16–17 ans, la défiance vis-à-vis des repères traditionnels politiques montent jusqu’à 42%. Ce qui peut sembler normal à un âge où l’on a peut-être encore du mal à revendiquer une opinion politique affirmée.

Toujours selon notre sondage, le poncif "la jeunesse est largement de gauche" prend également du plomb dans l’aile. En effet, les répondants sont seulement 24% à se revendiquer "à gauche" ou "très à gauche", 22% à se situer au centre et 20% se placent d’eux-mêmes volontiers "à droite", voire "très à droite" de l’échiquier politique. Seuls les plus jeunes, c’est-à-dire les 16–17 ans, se situent nettement plus à gauche que leurs aînés de quelques années.

Sur l'échiquier politique, où se situent les jeunes ?

Loading...

Loading…

Lire aussi

La génération Z mais pas comme Zemmour

Globalement, les jeunes admettent avoir une opinion très floue des candidats et candidates à l’élection présidentielle. Et quand celle-ci est un peu plus nette pour eux, ils expriment majoritairement une mauvaise opinion des prétendants à l’Élysée.

Parmi les candidats déclarés – ou ceux dont la candidature ne fait plus aucun doute comme celle du président sortant – Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron bénéficient de la meilleure opinion, avec respectivement 43% et et 41% d’opinions très bonnes ou plutôt bonnes.

Tout le contraire d’un Eric Zemmour, qui fait figure de repoussoir pour la jeunesse. Le candidat du parti Reconquête! est en effet perçu négativement par trois quarts des jeunes âgés de 16 à 25 ans. Si le candidat obsède littéralement le monde politique et médiatique, il n'a clairement pas la cote auprès de la jeunesse.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une engagement et vie associative

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !