1. CAP, BEP, bac pro : les 10 changements à venir
Décryptage

CAP, BEP, bac pro : les 10 changements à venir

Envoyer cet article à un ami
La seconde professionnelle sera composée de "familles métiers" et non plus de métiers précis // © Sophie Blitman
La seconde professionnelle sera composée de "familles métiers" et non plus de métiers précis // © Sophie Blitman

Le 28 mai 2018, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé des mesures pour réformer la voie professionnelle. Présentation des changements à venir, principalement pour la rentrée 2019.

La voie professionnelle va changer. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé lundi 28 mai 2018 des mesures pour faire évoluer le lycée pro, le BEP (brevet d'études professionnelles) et le CAP (certificat d'aptitude professionnelle). Et cela concerne du monde : aujourd'hui, un tiers des lycéens est en voie pro, soit 665.000 élèves.

Suite à la mission sur l'avenir de la voie professionnelle confiée par le ministre à la députée Céline Clavez et au chef étoilé Régis Marcon, un rapport avait été publié avec plusieurs propositions, en février 2018. Jean-Michel Blanquer a repris plusieurs de ces idées.

Lire aussi : CAP, BEP, bac pro : quelles différences ?

Un test de positionnement et un accompagnement pour l'orientation

Si toutes les évolutions sont prévues pour la rentrée 2019, deux d'entre elles auront lieu dès septembre 2018. Ainsi, si vous entrez en seconde professionnelle, vous passerez en début d'année un "test de positionnement" en français et en mathématiques. L'idée est que les professeurs évaluent le niveau des élèves afin d'adapter les enseignements.
Les lycéens en voie pro bénéficieront également d'un "accompagnement à l'orientation", chaque année, dès la seconde, pour "construire leur projet".

En seconde, le choix d'une "famille de métiers"

C'est l'une des grandes nouveautés. Jusqu'alors, les élèves de troisième qui s'orientaient en seconde professionnelle choisissaient leur spécialité parmi une centaine de métiers. À partir de la rentrée 2019, ils devront choisir une "famille de métiers". L'idée est que les lycéens se spécialisent plus progressivement. C'est seulement en fin de seconde que l'élève choisira sa spécialité.
Ces "familles" regroupent plusieurs spécialités dont les compétences professionnelles sont communes ou proches. Les lycéens auront le choix entre une quinzaine d'entre elles, qui pourraient être : métiers de l’aéronautique ; métiers de la réalisation de produits mécaniques ; métiers du numérique et de la transition énergétique ; métiers de la maintenance des équipements industriels et des véhicules ; métiers du pilotage d’installations automatisées ; métiers des industries graphiques et de la communication ; métiers du bois ; métiers de la construction durable, du bâtiment et des travaux publics ; métiers des études et de la modélisation numérique du bâtiment ; métiers de la beauté et du bien-être ; métiers de la gestion administrative, du transport, de la logistique et de la sécurité ; métiers de la relation client ; métiers de l’hôtellerie-restauration, tourisme ; métiers de bouche.
Certaines spécialités, très spécifiques, garderont leur cursus à part.

Les horaires du bac professionnel à partir de 2019 // © Ministère de l'Éducation nationale
Les horaires du bac professionnel à partir de 2019 // © Ministère de l'Éducation nationale

Insertion pro ou poursuite d'études ? Le choix en terminale

Entre la fin de l'année de première et le début de l'année de terminale, vous aurez deux choix majeurs à faire.
En fin de première, vous devrez choisir si vous souhaitez effectuer votre année de terminale sous voie scolaire ou en alternance. Cela implique une nouveauté : chaque lycée devra proposer la possibilité de suivre le cursus par cette voie, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.
En début de terminale, vous devrez opter pour l'un des deux modules suivants : "insertion professionnelle et entrepreneuriat" (aide à la rédaction de CV et lettre de motivation, préparation aux entretiens d'embauche…), si vous souhaitez entrer sur le marché de l'emploi dès la sortie du lycée ; "poursuite d'études", si vous souhaitez poursuivre votre formation.

Lire aussi : Quelles études après un bac pro ?

Vous produirez un "chef d'œuvre"

Afin de "redonner du prestige" au bac professionnel, selon les termes de Jean-Michel Blanquer, vous vous préparerez dès la première à la réalisation d'un "chef d'œuvre". Celui-ci témoignera "de l'acquisition des savoirs et des gestes propres à un métier". Effectué seul ou en groupe, ce travail sera présenté, à l'oral, en fin de terminale devant un jury et comptera pour le bac.

Des cours en co-intervention

Vous suivrez, chaque année, des cours en "co-intervention". Certains enseignements professionnels seront donnés par l'enseignant référent, qui sera parfois accompagné par un enseignant de français ou de mathématiques. L'objectif est de rendre plus "concrets" les enseignements généraux et de leur donner du sens.

Le CAP en 1, 2 ou 3 ans

Actuellement effectué en deux ans, le CAP pourra être préparé en un, deux ou trois ans à partir de 2019, selon les profils. Les élèves qui valideront leur année de première ou de terminale (générale, technologique ou professionnelle), ceux qui auront déjà un diplôme supérieur, voire des élèves sortant de troisième "au bon niveau scolaire et au projet professionnel solide" pourront le préparer en un an.
Le CAP en deux ans sera proposé aux élèves sortant de troisième.
Le CAP en trois ans pourra être effectué par les élèves aux "besoins particuliers", notamment issus de Segpa ou d'Ulis.

Lire aussi : Tous les CAP en fiches

La création de "campus d'excellence"

Jean-Michel Blanquer veut redonner du souffle aux campus des métiers et des qualifications. Il veut ainsi créer au moins trois "campus d'excellence" par région. Chacun comprendrait : des établissements proposant des filières professionnelles du CAP à la licence, un internat, des infrastructures sportives et culturelles, des centres de formation d'apprentis, un "FabLab" et des incubateurs d'entreprises…

La fin du BEP ?

La suppression du BEP n'a pas été annoncée officiellement. Mais Jean-Michel Blanquer a indiqué à demi-mots qu'il est inévitablement voué à disparaître. Mal reconnu par les professionnels, ce diplôme a l'inconvénient, selon le ministre, de participer à rendre "les temps d'évaluation trop importants" en lycée professionnel. Il pourrait être remplacé, à terme, par une "évaluation de blocs de compétences".

2.000 places créées en "classes passerelles"

Enfin, Jean-Michel Blanquer a annoncé la création, dès la rentrée 2018, de 2.000 places en "classes passerelles", : une sorte de "sas" entre la terminale et le BTS (brevet de technicien supérieur), afin de faciliter la poursuite d'études dans l'enseignement supérieur.

Moins de places en gestion-administration

La spécialité gestion-administration va être rénovée. Actuellement, c'est celle qui accueille le plus de lycéens pro. Or, seuls 34 % des diplômés ont un travail sept mois après leur sortie. Le ministère souhaite donc modifier la formation afin de davantage l'adapter aux besoins du secteur professionnel, mais également limiter le nombre d'élèves dans cette filière, et ce dès la rentrée 2018.