1. Quel(s) métier(s) pour Laure, en terminale S ?
Coaching

Quel(s) métier(s) pour Laure, en terminale S ?

Envoyer cet article à un ami
Laure est une très bonne élève, entreprenante et scientifique. // © Jean-Christophe Dupuy / Andia pour l'Etudiant
Laure est une très bonne élève, entreprenante et scientifique. // © Jean-Christophe Dupuy / Andia pour l'Etudiant

Laure, très bonne élève, entreprenante et meneuse, à l’esprit scientifique, a de sérieux atouts pour mener des équipes et des projets. Soit comme médecin soit comme ingénieure ? C’est toute la question !

Son parcours scolaire

Le choix du bac S était évident pour Laure, car il correspond à ce qui l'intéresse le plus : les sciences. Première de la classe en seconde avec 17 de moyenne, elle obtient ses meilleurs résultats en maths et physique.

L'année de première n'a pas démenti son potentiel scientifique : en tête de sa classe avec 18 et 17 de moyenne générale en maths, physique et SVT. Ce n'est qu'en allemand qu'elle obtient des notes plus modestes, avec un 15 de moyenne ! Ses notes au bac de français, 15 à l'écrit et 20 à l'oral, lui donnent des points d'avance. "J'adore les maths", précise Laure, qui, quand elle évoque ses matières préférées, cite aussi "l'histoire, la physique et les SVT pour tout ce qui concerne le corps humain, la reproduction, les gènes".

Sa personnalité

Avec un fort sens de l'initiative, elle sait prendre des décisions. De fait, Laure est de nature entreprenante et se sent stimulée par la compétition. Elle aime le contact avec les autres. Son caractère altruiste fait d'elle une meneuse, elle a d'ailleurs été déléguée de classe l'an dernier. Elle a besoin de se sentir utile : "En TPE, c'était formi­dable de travailler sur une prothèse de main en lien avec le handicap d'un camarade", illustre la jeune fille. D'esprit scientifique, Laure prend plaisir à raisonner, aime "chercher pendant des heures avec ensuite la satisfaction d'avoir trouvé". Elle manifeste un esprit technique et un goût certain pour ce qui est manuel : "Je ne dirai jamais non pour prendre un tournevis", poursuit-elle.

Laure, qui habite à la campagne, près de Châteauroux, apprécie d'être souvent à l'extérieur et un métier de terrain devrait lui plaire. Elle a, en outre, un goût prononcé pour l'investigation, le débat d'idées, la lecture et suit l'actualité : "Je lis régulièrement la presse et les journaux en anglais", précise-t-elle.

Les études de médecine

Les études de médecine peuvent orienter Laure vers le monde hospitalier puis vers des projets de recherche. Une carrière de médecin hospitalier pourrait la conduire vers des métiers de management de projets innovants. Professeure d'université ou praticienne hospitalière ?

- La PACES (première année commune aux études de santé).
- L'EHESP (École des hautes études en santé publique).
- Les DU (diplômes universitaires), nombreux au sein des facultés de médecine, permettent d'acquérir des spécialisations ou des compétences complémentaires. Ainsi, le DU santé, droit et société de la faculté de médecine et la faculté de droit de Paris-Descartes (75), en partenariat avec Sciences po, permet de poursuivre en master médecine, droit et politiques publiques.
- Le M1 (première année de master) santé publique-informatique biomédicale de l'université Paris-Descartes (75).

Les filières ingénierie et management de l'innovation

Intelligence artificielle, biomédical, biotechnologies, bio-informatique ou aéronautique, management de l'innovation et métiers de demain : Laure réunit tous les atouts pour réussir des études d'ingénieur.

- Les CPGE scientifiques, classes préparatoires MPSI (mathématiques, physique et sciences de l'ingénieur) et PCSI/PC (physique, chimie et sciences de l'ingénieur/physique, chimie) en première année, MP (mathématiques et physique) ; PC (physique et chimie) et PSI (physique et sciences de l'ingénieur) en deuxième année.
- Les spécialisations biomédicales des écoles d'ingénieurs, comme celles proposées à l'UTC (université de technologie de Compiègne) (60), le diplôme d'ingénieur de l'Institut supérieur d'ingénieurs de Franche-Comté de l'université de Besançon, spécialité génie biomédical...
- Les INSA Centre-Val-de-Loire (41), Lyon (69), Rennes (35), Rouen (76), Strasbourg (67) et Toulouse (31) et la filière biochimie et biotechnologies de l'INSA Lyon (69).
- Les doubles diplômes ingénieur manager : de nombreuses écoles d'ingénieurs proposent des doubles diplômes en partenariat avec des écoles de commerce et des IAE (instituts d'administration des entreprises), à l'instar des Écoles centrales comme Centrale Lyon (69) et l'EM Lyon (69) ou Centrale Nantes (44) et Audencia Business School (44).

 

Faites votre bilan personnalisé et recueillez des conseils grâce à
Coaching Orientation by l'Etudiant