1. Adélie, attachée de presse : "Je dois expliquer nos actions aux journalistes"
Portrait

Adélie, attachée de presse : "Je dois expliquer nos actions aux journalistes"

Envoyer cet article à un ami
Trouver des solutions, susciter l'intérêt et créer de la notoriété dans l'espace public : des missions qui demandent de la polyvalence. // © Simon Lambert / Kaïros pour L'Étudiant
Trouver des solutions, susciter l'intérêt et créer de la notoriété dans l'espace public : des missions qui demandent de la polyvalence. // © Simon Lambert / Kaïros pour L'Étudiant

On peut être spécialiste de la communication et défendre une belle cause, participer à l'élaboration d'une société meilleure. La preuve avec Adélie.

"J-2 avant l'inauguration du nouveau siège d'ATD Quart Monde, à Montreuil (93), et l'enseigne de l'association n'est toujours pas prête. 350 personnes dont le maire de la ville sont attendues. À moi de trouver une solution", raconte Adélie. Cette anecdote est, selon elle, représentative du caractère parfois incongru et urgent du métier d'attaché de presse. 



 

Susciter l'intérêt

 

"Je ne sais jamais de quoi ma journée sera faite. En général, je passe beaucoup de temps à expliquer nos actions aux journalistes, à rédiger des communiqués de presse, à faire vivre notre site Internet et nos comptes sur les réseaux sociaux", énumère la jeune femme. Susciter l'intérêt, créer de la notoriété dans l'espace public : c'est là la mission de tout spécialiste de la communication. 


 

Communiquer utile



 

Adélie a tout d'abord suivi une formation généraliste à l'EFAP (École française des attachés de presse) avant de se spécialiser en communication humanitaire à l'université Lumière de Lyon. Avant ATD Quart Monde, elle a travaillé pour l'Unicef, le Centre d'accueil de la presse étrangère et Médecins du Monde. "Je ne voulais pas faire de la communication dans un but mercantile. Je voulais défendre une cause, participer à l'élaboration d'une société meilleure, confie-t-elle. L'attaché de presse écrit des communiqués et répond par téléphone aux questions des journalistes. Il doit donc être polyvalent, à l'aise à l'écrit comme à l'oral."