Thomas, 22 ans, assistant clientèle : « Je dois aller au-devant des clients du Casino pour les conseiller »

publié le 21 Mai 2007
4 min

Casier judiciaire vierge exigé ! Comme pour devenir fonctionnaire, si vous voulez travailler dans un casino, vous devrez montrer patte blanche. Mais la comparaison s’arrête là ! Comment se former à ces métiers mal connus ? A quoi ressemble le quotidien des pros des machines à sous et des tapis verts ? Combien gagne-t-on ? Travaille-t-on forcément la nuit ? Témoignages de jeunes qui ont choisi cette voie, et reportage à Paris, à l’école des croupiers.

Dès le lycée, Thomas savait qu’il ferait carrière dans le milieu du casino. Ce qui l’a toujours attiré est aussi ce qu’il préfère aujourd’hui dans sa fonction d’assistant clientèle au Casino de Lille : le contact avec la clientèle et la dimension commerciale du métier.

Etre au contact des clients. "Immédiatement après mon bac STG, j’ai choisi de suivre une formation pour devenir assistant clientèle dans un casino. J’avais envie de travailler dans ce milieu que je trouvais à la fois ludique et sérieux. Et puis je voulais être au contact des clients, cela correspondait à mes études commerciales. Je suis quand même allé voir, dès que j’ai été majeur, à quoi ressemblait un casino, puis j’ai financé ma formation qui a duré un mois. A travers des jeux de rôles, on nous a appris à être à l’aise pour communiquer. J’ai également eu des cours sur la législation des machines à sous et appris comment réparer les petites pannes".

Un premier poste, à 18 ans, à Megève. "Durant l’été 2008, j’ai effectué un remplacement au Casino de Megève (74). J’avais 18 ans et c’était mon premier travail. Mes horaires étaient variables : je travaillais soit de 8h à 14h, soit de 12h à 20h, soit de 20h à 3h du matin. Le rôle d’un assistant clientèle consiste à aller au-devant des clients pour les conseiller et leur expliquer comment fonctionnent les machines à sous. Il faut aussi faire en sorte que les clients restent devant les machines, en leur apportant des consommations par exemple."

Des horaires changeants. "Après ce premier CDD, j’ai souhaité retourner dans le Nord de la France dont je suis originaire. Ne trouvant pas de travail dans les casinos de ma région, j’ai postulé pour devenir gendarme-adjoint. J’ai exercé ce métier pendant un an, et puis, après une deuxième tentative de candidature auprès du casino de Lille, j’ai été embauché en février 2011, en CDI. Mes horaires peuvent être très variables : 9h30 – 17h30, ou 12h – 20h, ou 16h – minuit, ou 17h – 1heure ou encore 20h30 – 4h30. C’est un rythme qui me convient. Aujourd’hui, je gagne 1.400 € brut par mois. Et j’ai la possibilité de récupérer les heures supplémentaires en congés. Plus tard, j’aimerais évoluer vers d’autres métiers du casino, soit en hôtellerie ou au bar, ou bien comme caissier ou croupier".
En savoir plus :
Ils ont choisi de travailler dans un casino
Sarah, 24 ans, croupière, puis chef de partie : « On se couche quand le jour se lève »
Cédric, 31 ans, technicien de machines à sous : « La formation était payante, mais ma région me l’a financée »
Thomas, 22 ans, assistant clientèle : « Je dois aller au-devant des clients du Casino pour les conseiller »
Métiers du casino : reportage à l’école des croupiers

Céline Manceau
Avril 2011

Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !