1. Se former au développement durable en école d’ingénieurs : comment bien choisir son cursus ?
Se former au développement durable en école d’ingénieurs : comment bien choisir son cursus ?
Hélène Brunet-Rivaillon
Publié le 18.02.2020

Sensibilisés aux grands enjeux du développement durable, vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir vous former dans les écoles d’ingénieurs. Mais les offres sont si nombreuses qu’il n’est pas facile de s’y retrouver. On fait le point.

Formations, débouchés, nouveau parcours...L'Etudiant vous explique tout sur la spécialisation en développement durable dans les écoles d'ingénieurs.

1-Est-ce que je peux me former au développement durable dès la première année ?

Bien sûr ! L’École polytechnique offre un bagage de "culture générale environnementale" à tous ses étudiants tout au long de leur cursus. D’autres écoles font la part belle au développement durable dans leurs troncs communs, comme l’INSA Lyon. À l’IMT Atlantique, les élèves reçoivent 80 heures d’enseignements liés à ces problématiques dès la première année, puis des cours d’approfondissement sur l’énergie, l’éthique ou l’éco-conception. 

L’ESTP Paris propose un cursus en alternance en génie energétique de la construction durable

À Polytech Montpellier, les filières génie biologique et agroalimentaire, matériaux et sciences et technologies de l’eau comprennent plusieurs matières sur le développement durable. Les "geeks" peuvent choisir la majeure énergies nouvelles et "smart grids" de l’EFREI Paris, qui les prépare à l’exploitation de la data au service de la transition énergétique. Tout un programme !

Palmares-des-ecoles-de-commerce-postbac-en-4-ou-5-ansDécouvrez tous les résultats de notre classement 2020 des écoles d'ingénieurs

2-Existe-t-il des écoles d’ingénieurs spécialisées dans le développement durable ?

Oui. C’est le cas d’UniLaSalle – EME de Rennes. On peut y suivre – entre autres formations – un cursus ingénieur de l’environnement en cinq ans. Geoffroy Belhenniche, directeur du développement durable et de l’enseignement social du groupe, précise que les élèves sont regroupés en équipes : "Ils travaillent comme le ferait un bureau d’études, pour apporter des solutions grâce à l’éco-conception, à l’économie circulaire et à l’analyse en cycle de vie." 

Lohann Hubert est étudiant en première année : "J’ai choisi de faire une prépa intégrée dans l’école pour entrer tout de suite dans le vif du sujet !" confie-t-il. L’ENGEES et l’ESAIP (UniLaSalle) sont également spécialisées dans les questions environnementales.

3- Et si je préfère me spécialiser seulement en fin de cursus ?

Vous aurez l’embarras du choix ! Les ingénieurs agronomes pourront suivre la spécialisation agroecology d’Agrocampus Ouest à Rennes. Tous les cours (écologie, agronomie, sciences du sol, ou encore sciences économiques et sociales) sont dispensés en anglais. Fanny Le Gloux, une ancienne étudiante, témoigne : "Je voulais me former sur une thématique en plein développement". 

L’IMT Atlantique propose un master expert en énergies marines renouvelables, l’ISAT un master en automative engineering for sustainable mobility, l’École des mines d’Alès un master disaster management of environmental impact. À l’ISAE – SUPAERO, trois chaires sont consacrées au développement durable. Et plus de 15 masters à l’ENPC !

Lire aussi : F. Debouck : "À Centrale Lyon, les jeunes sont très sensibles aux questions d’environnement"

4-Quels sont les débouchés pour les formations au développement durable ?

Geoffroy Belhenniche, du groupe UniLaSalle, explique qu’"aujourd’hui, les recruteurs attendent que les candidats aient une approche très globale de la manière de traiter le développement durable." Selon lui, la formation en ingénierie de l’environnement peut mener "à des postes de responsables d’exploitation, de commercial ou de manager dans les industries et les entreprises spécialisées dans l’environnement, comme Paprec, Suez ou Veolia. 

Mais aussi à des postes dans les départements QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement) de collectivités ou d’entreprises telles que Carrefour, Orange ou Hermès, en France ou à l’international." "Notre mission d’ingénieur sera d’aider à développer notre société de manière plus écologique et plus citoyenne", conclut Lohann Hubert.

5-Quels seront les nouveaux parcours possibles pour les rentrées à venir ?

Christian Olagnon, directeur des formations à l’INSA Lyon révèle que de nouvelles orientations seront mises en place à la rentrée 2021 : "Nous travaillons actuellement sur de gros changements dans nos cursus pour augmenter la formation aux enjeux énergétiques et de développement durable, tout au long des cinq années d’études. Nous allons, par exemple, créer un cours sur les enjeux présentés par les rapports du GIEC. Et axer l’ensemble de nos enseignements vers le développement durable". 

Le label DD&RS

  - Le label développement durable et responsabilité sociale permet aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche (grandes écoles et universités) de valoriser leurs démarches RSE.

 - C’est un bon indicateur pour les étudiants, les recruteurs et les universités à l’étranger.

 - En 2019, 15 écoles d'ingénieurs ont le label développement durable et responsabilité sociale.

 - Le label est accordé pour quatre ans, à l’issue d’un audit.