1. Recherche d'emploi : le top 5 des fautes qui vous nuisent en entretien
Boîte à outils

Recherche d'emploi : le top 5 des fautes qui vous nuisent en entretien

Envoyer cet article à un ami
« Malgré que j’ai peu d’expérience, j’ai pallié à cela avec un stage dans l’entreprise à mon oncle. » Aïe, aïe, aïe… certaines fautes de français ne passent pas ! // © plainpicture/PhotoAlto/Frederic Cirou
« Malgré que j’ai peu d’expérience, j’ai pallié à cela avec un stage dans l’entreprise à mon oncle. » Aïe, aïe, aïe… certaines fautes de français ne passent pas ! // © plainpicture/PhotoAlto/Frederic Cirou

En entretien, stress et orthographe font rarement bon ménage. Concentré sur le contenu, on oublie de soigner la forme… Or le recruteur, surtout s'il est pointilleux, tiquera forcément en entendant une grosse faute de grammaire ou de conjugaison. En voici cinq à éviter pour mettre toutes les chances de son côté !

1. "Bien que" (et non "malgré que")

Pour exprimer la concession, on emploie la conjonction "bien que" suivie du subjonctif. Si vous tenez vraiment à utiliser "malgré", ce sera sous la forme "malgré le fait que", mais en aucun cas "malgré que" !

À lire aussi : tous nos conseils pour vos entretiens d'embauche.

2. "Pallier quelque chose" (et non "pallier à quelque chose")

Le verbe pallier est transitif direct. Traduction : il n'est pas suivi de la préposition "à". Par conséquent, on pallie un problème. Attention également au sens ! "Pallier" ne signifie pas "résoudre", mais bien masquer, atténuer, éviter...

3. "Si j'avais su..." (et non "si j'aurais")

Dans "La Guerre des boutons", Petit Gibus dit "Si j'aurais su", mais c'est un enfant ! Retenez que le "si" de condition n'est jamais suivi du futur (-rai), ni du conditionnel (-rais). On dira donc "Si j'avais su...”

4. "Qui croient" (et non "qui croivent")

C'est bien connu, les verbes du 3e groupe n'en font qu'à leur tête ! Si boire et savoir deviennent "boivent" et "savent" à la 3e personne du pluriel de l'indicatif présent, croire donne "ils croient".

5. "L'entreprise d'untel" (et non "l'entreprise à untel")

Pour indiquer l'appartenance, c'est la préposition "de" qui convient. Si vous employez "à", vous vous exprimez dans un langage populaire, peu adapté à l'exercice de l'entretien ! On écrira donc : "l'entreprise d'untel".

En partenariat avec le Projet Voltaire
Découvrez les travaux de recherche sur les recruteurs et l'orthographe