1. Vie étudiante : 5 ans de mesures "jeunes" dont vous pourriez plus profiter
Boîte à outils

Vie étudiante : 5 ans de mesures "jeunes" dont vous pourriez plus profiter

Envoyer cet article à un ami
Des bourses à la période de césure, n'hésitez pas à profiter des dispositifs mis en place par le gouvernement sortant ! // © plainpicture/PhotoAlto/Odilon Dimier
Des bourses à la période de césure, n'hésitez pas à profiter des dispositifs mis en place par le gouvernement sortant ! // © plainpicture/PhotoAlto/Odilon Dimier

Depuis 2012, plusieurs dispositifs ont été lancés par le gouvernement en faveur des étudiants et des jeunes diplômés. Bourses, logement, engagement, emploi… On vous explique en quoi ils consistent et dans quelle mesure vous êtes concernés, afin de mieux y avoir accès.

En cette fin de quinquennat, le gouvernement fait le bilan de ses mesures en faveur des jeunes. De votre côté, c'est l'occasion de faire le point sur ces dispositifs dont vous bénéficiez et vérifier que vous êtes à jour sur vos droits.

De quelles aides financières bénéficier ?

Les bourses sur critères sociaux ont été revalorisées en 2013 et sont désormais versées sur 10 mois. Vous avez jusqu'au 31 mai 2017 pour faire votre demande en remplissant le DSE (dossier social étudiant).

Dès la rentrée 2017, les bourses des étudiants inscrits dans les formations paramédicales (infirmiers, ergothérapeutes, kinés, podologues...) ainsi que celles des sages-femmes seront alignées sur celles de l'enseignement supérieur et désormais versées par les Crous (Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires).

Par ailleurs, à la rentrée 2016, une nouvelle aide à destination des jeunes diplômés a été créée : l'ARPE (aide à la recherche du premier emploi). Pour y avoir accès, il faut en faire la demande avant les quatre mois qui suivent la publication des résultats de vos examens. Il faut être également boursier lors de sa dernière année et avoir moins de 28 ans. Le montant de l'ARPE varie de 100 à 550 € par mois, pour une durée maximum de quatre mois.

Enfin, depuis le 1er janvier 2016, les étudiants salariés de 18 à 25 ans peuvent avoir droit à la prime d'activité, s'ils travaillent pour une rémunération au moins égale à 0,8 SMIC. Il faut faire votre demande en ligne sur le site de la Caisse des allocations familiales ou celui de la Mutualité sociale agricole. Vous devrez déclarer vos ressources en ligne ou via votre smartphone (avec l'appli mobile "CAF mon compte") tous les trimestres.

Un portail unique pour toutes les démarches

Depuis janvier 2016, les étudiants ont accès à un portail numérique du ministère de l'Éducation nationale, qui va leur permettre, progressivement, d'accéder à tous les services de la vie étudiante dont ils ont besoin. Remplir son dossier social étudiant se fait désormais via cette plate-forme, avec la dématérialisation des pièces justificatives, qui ne sont plus envoyées par courrier postal.

Parmi les autres services disponibles sur le portail, on peut citer la CLÉ (caution locative étudiante), Lokaviz (pour les logements étudiants), Jobaviz (pour les jobs étudiants), ou encore l'ARPE (aide à la recherche du premier emploi).

Plus de logements

Le Plan 40.000, lancé en mai 2013, a permis de créer 26.840 places de logements étudiants. Pour respecter l'engagement initial, il reste donc environ 15.000 nouveaux logements à réaliser. D'ici décembre 2017, les prévisions du ministère du Logement annoncent 42.607 logements construits. Cette mesure se traduit donc par plus de résidences universitaires gérées par les Crous, mais aussi par des bailleurs sociaux privés.

Parmi les nouvelles résidences construites cette année, on peut citer la tour de 17 étages en face du restaurant universitaire de la Harpe, à Rennes (35), la résidence Jules-Verne à Levallois-Perret (92) avec 231 logements, ou encore la résidence Constantinople de 306 appartements à Toulouse (31).

Lire aussi : Logement étudiant : le parcours du combattant

Engagez-vous, c'est reconnu

Depuis juillet 2015, les étudiants peuvent effectuer une césure de six mois à un an dans leurs études, tout en conservant leur statut d'étudiant. Attention cependant : chaque établissement possède sa procédure et son calendrier pour accorder ou non cette parenthèse à ses candidats. Impossible d'en profiter sans avoir l'aval de votre établissement d'origine, qui s'engage en contrepartie à vous réintégrer à votre retour.

Par ailleurs, avec la loi égalité et citoyenneté adoptée en janvier 2017, le statut d'étudiant engagé est davantage reconnu. Unité d'enseignement optionnelle, points rajoutés... plusieurs établissements expérimentaient déjà des dispositifs. La loi va désormais leur imposer de prévoir "des aménagements dans l'organisation et le déroulement des études" des élèves qui ont des responsabilités dans des associations, syndicats, ou qui sont en service civique ou encore en volontariat militaire. Les compétences acquises dans ces activités bénévoles seront donc récompensées dans tous les cursus.