1. Cindy, apprentie en M2 : "Dès l’entretien, j’ai posé des questions sur mon environnement de travail"
Témoignage

Cindy, apprentie en M2 : "Dès l’entretien, j’ai posé des questions sur mon environnement de travail"

Envoyer cet article à un ami
Dans le cadre de l'apprentissage, Cindy est chargée de mission à la SNCF. // © Mat Jacob / Tendance Floue pour l'Étudiant
Dans le cadre de l'apprentissage, Cindy est chargée de mission à la SNCF. // © Mat Jacob / Tendance Floue pour l'Étudiant

Ayant suivi son DUT en alternance, Cindy s'est appuyée sur cette expérience pour décrocher un nouveau contrat d'apprentissage en M2. Elle apprécie cette formule qui lui a permis de trouver sa voie.

Dès mon DUT, j’ai voulu enrichir mon CV par de l’alternance. Pour rechercher une entreprise en master 2, j’étais donc rôdée à l’exercice. J’ai opéré via Pôle Emploi, des sites Internet spécialisés et des réseaux comme LinkedIn et Viadeo. J’ai envoyé une dizaine de candidatures dès le mois de mai. C’était bien moins que lors de mes recherches en DUT, mais je comptais sur le poids des diplômes et de l’expérience pour faire la différence.

Des entretiens de dix minutes à une heure

J’ai reçu trois réponses positives : l’université de Tours, où j’avais fait mon stage de M1, l’Établissement français du sang et la SNCF. J’ai été convoquée à des entretiens qui ont duré entre dix minutes et une heure. La seule question qui m’a posé problème, c’est lorsque, une fois, on m’a demandé de récapituler tout ce qui avait été dit, ça m’a déstabilisée !

Aujourd’hui, je suis chargée de mission à la SNCF à Tours au département distribution et billettique, qui compte sept personnes. Je travaille 39 heures par semaine. Dès l’entretien de motivation, j’ai posé des questions sur mon environnement de travail. Nous avons pu aborder des points essentiels tels que mes horaires ou mes missions. Je suis gérante d’une auto-entreprise [conseil et réalisation de supports en marketing], c’était donc indispensable. Et puis, en tant qu’apprenti, il faut parfois se battre pour la légitimité de son statut.

Un rythme qui exige une bonne résistance

Depuis janvier, je participe à temps plein à la création d’un outil performant pour analyser la concurrence, le pilotage de la distribution, les performances de communication… Le rythme de l’alternance demande une bonne résistance nerveuse ! En novembre, où j’alternais quinze jours d’entreprise et quinze jours d’école, j’ai été obligée de prendre des congés pour pouvoir réviser. Mais la formule permet de savoir clairement ce qu’on veut faire et ne pas faire. Moi qui me destinais plutôt au commerce, j’ai trouvé ma voie dans le marketing !

Cindy, 22 ans, apprentie chargée de mission à la SNCF à Tours (37)

2012

Bac ES au lycée Dessaignes, à Blois (41).
2012–2014
DUT techniques de commercialisation, en alternance, à l’IUT de Tours.
2014–2015
licence pro MATIC à l’IUT de Tours.
2015–2016
CDD de chargée de mission marketing. Crée son auto-entreprise.
2016–2017
M1 management stratégique des hommes et des organisations à l’IAE de Tours.
2017–2018
apprentie en M2 marketing des services à l’IAE de Tours.