1. Une année en troisième : les correspondantes coréennes entrent en scène
Reportage

Une année en troisième : les correspondantes coréennes entrent en scène

Envoyer cet article à un ami
De la K-pop au CDI. // © Martin Rhodes
De la K-pop au CDI. // © Martin Rhodes

IMMERSION AU COLLÈGE. Épisode 2. Ambiance décontractée à la veille des vacances de la Toussaint au collège Gustave-Flaubert, à Paris. Celles et ceux qui ont choisi le coréen en langue vivante 2 vont se produire sur scène...

Pendant toute une semaine, les neuf élèves de 3e4 qui ont choisi le coréen en LV2 (langue vivante 2) accueillent leurs correspondantes venues du collège Duksung de Séoul, un établissement privé réservé aux filles. Pour l'occasion, deux drapeaux sud-coréens ont été installés au-dessus des portes d'entrée du collège Gustave-Flaubert, à Paris, juste à côté des drapeaux français et européens. Ce mardi 18 octobre 2016 est un jour particulier. En fin de journée, les élèves français et coréens se produiront sur une scène éphémère installée au CDI (centre de documentation et d'information). Une centaine de spectateurs est attendue.

nullManifestation symbolique de la présence des correspondantes coréennes au sein du collège Gustave-Flaubert. // © Martin Rhodes

Lassana Bathily en cours d'éducation civique

La journée commence à 10 h 45 par une heure d'enseignement moral et civique (EMC). Le cours d'aujourd'hui traite de l'acquisition de la nationalité française et du droit de vote. Une photographie est projetée sur le tableau avec la légende suivante : "Cérémonie officielle de naturalisation, janvier 2015". On y voit un jeune homme entouré du Premier ministre et du ministre de l'Intérieur français. "Quelqu'un le reconnaît ?", demande Kamel Chabane, le professeur principal de la 3e4, en désignant l'un des trois visages à l'aide de son pointeur laser. "C'est Lassana Bathily, monsieur, l'employé de l'Hyper Cacher qui a caché des otages du terroriste Amedy Coulibaly", répond immédiatement Harlem. "Bien mon grand, encourage Kamel Chabane. Allez, on avance. Je veux finir ce chapitre avant les vacances."

La journée de l'élégance

La cloche sonne et les élèves se ruent hors des salles de cours. Beaucoup d'entre eux sont sur leur trente-et-un. Les garçons ont enfilé une chemise blanche et parfois même une cravate. Les filles portent une robe et des talons hauts. Les uns et les autres se vannent gentiment. C'est la journée de l'élégance. "Une très belle initiative lancée par nos élèves", précise Laurence Leyendecker, la principale du collège, en se retournant vers un collégien en costume.

nullCostume et robe : c'est la journée de l'élégance au collège. // © Martin Rhodes

Keep calm and drink tea

Les 3e4 prennent place dans la salle d'anglais. Catherine Pellerin, l'enseignante, fronce les sourcils en pointant du doigt l'affiche Keep calm and drink tea. "Dans moins d'un mois, vous êtes sur la scène du Théâtre du Châtelet [un grand théâtre de Paris]", rappelle la jeune prof. Ce cours s'inscrit dans le cadre d'un EPI (enseignement pratique interdisciplinaire). Le 8 novembre 2016, les élèves participeront à trois ateliers encadrés par un chef de chœur, un chorégraphe et un metteur en scène. Il n'y a donc pas de temps à perdre. 

Aujourd'hui, il faut revoir le rythme et les paroles de la chanson "Lullaby of Broadway", tirée de la comédie musicale "42nd Street". Catherine Pellerin lance la musique. Après quelques rires gênés, tous les élèves se mettent à chanter avec entrain en battant la mesure. "Chanter aide à mémoriser", constate Ji-Hoon, un élève de la 3e4. Un avis que partage sa camarade Émilie. "Grâce à la musique, on apprend sans même s'en rendre compte."

Pourquoi la LV2 coréen ?

L'établissement Gustave-Flaubert est le seul collège public de France et même d'Europe à proposer le coréen en LV2. Neuf des 17 élèves de 3e qui ont fait ce choix-là sont en 3e4. Les motivations sont variées. Comme beaucoup de ses camarades, Émilie est passionnée de K-pop, un genre musical né en Corée du Sud. Ji-Hoon est un élève d'origine coréenne. Il redouble et souhaite "gagner des points pour intégrer un lycée général". Anne-Laurence, elle, pense déjà à son employabilité : "Tout le monde choisi espagnol en LV2. J'imagine que le fait de parler coréen est un plus en entreprise".

Le CDI transformé en salle des fêtes

Après le déjeuner, les LV2 coréen passent la majeure partie de l'après-midi à répéter le spectacle de la fin de journée. Au programme : chants traditionnels et tubes rythmés de K-pop. Les collégiens français sont rejoints par leurs 15 homologues coréennes. Ces dernières ont revêtu l'uniforme bleu de leur établissement. L'événement aura lieu au CDI. 

Pour l'occasion, le temple de la lecture et du silence a été transformé en salle des fêtes. Le collège n'a pas lésiné sur les moyens : la scène est entourée de projecteurs, d'enceintes et de machines à fumée. Anne-Marie Jouanny, l'enseignante de musique, donne ses dernières consignes. Une centaine de spectateurs sont attendus, dont des représentants de l'ambassade de Corée en France. La pression monte. Le spectacle commence dans deux heures...

Le collège Gustave-Flaubert en chiffres

560 élèves

1/4 d'élèves boursiers

5 classes par niveau

1 classe relais et 1 classe Ulis

75,2 % de réussite au DNB (diplôme national du brevet) en 2016 mais une forte hétérogénéité du niveau des élèves : 13 % de mention TB, 21 % de mention B, 18 % de mention AB, 22 % sans mention.

L'Etudiant retourne au collège !

En 2016-2017, la rédaction de l'Etudiant retourne sur les bancs du collège ! Direction l'établissement Gustave-Flaubert, à Paris. Mois après mois, on y suivra une classe de 3e durant cette année scolaire rythmée par le stage, la préparation de l'orientation des élèves et celle du brevet. Pour suivre notre immersion : #letudiantretourneaucollege.

Lire aussi :  

- L'épisode 1 de l'immersion au collège

- L'épisode 1 de l'immersion au lycée

- L'épisode 2 de l'immersion au lycée